Visite ministérielle :

Mobilité: M.L. Penchard fait le bilan


Publié / Actualisé
C'est par une visite sur le site du Maïdo, récemment ravagé par un incendie spectaculaire que la ministre de l'outremer, Marie-Luce Penchard, a commencé la seconde journée de son séjour officiel à La Réunion, ce mardi 30 novembre 2010,. Elle a félicité les pompiers pour leur action. Après une visite à Bois Madame Sainte-Marie sur le chantier d'insertion du sentier littoral, elle s'est rendue à Ladom (l'agence de l'outremer pour la mobilité). L'occasion de souligner qu'entre le 1er janvier et le 26 novembre 2010, 12 515 personnes ont bénéficié du dispositif de continuité territoriale géré par la Région.
C'est par une visite sur le site du Maïdo, récemment ravagé par un incendie spectaculaire que la ministre de l'outremer, Marie-Luce Penchard, a commencé la seconde journée de son séjour officiel à La Réunion, ce mardi 30 novembre 2010,. Elle a félicité les pompiers pour leur action. Après une visite à Bois Madame Sainte-Marie sur le chantier d'insertion du sentier littoral, elle s'est rendue à Ladom (l'agence de l'outremer pour la mobilité). L'occasion de souligner qu'entre le 1er janvier et le 26 novembre 2010, 12 515 personnes ont bénéficié du dispositif de continuité territoriale géré par la Région.

"Ladom est un guichet unique entièrement dédié à la mobilité" a expliqué Michel Boyer, président de la structure. "Depuis le 1er janvier 2010, 2 662 jeunes ont bénéficié d'aides à la formation. Depuis le mois de juin, 997 jeunes ont été éligibles au passeport mobilité et depuis la reprise du dispositif de continuité territoriale des milliers de personnes ont pu voyager pour rendre visite à leur famille, accompagner un proche etc" a énuméré en substance, Michel Boyer.

"Je ne crois pas que le mieux pour les jeunes Réunionnais soit de vivre et de travailler au pays. Il faut leur donner le choix d'aller ailleurs et par là même donner à La Réunion les moyens de s'ouvrir sur le monde" a noté pour sa part Didier Robert, président du conseil régional.

"La mobilité n'est pas une punition, nous ne sommes plus à l'époque du Bumidom (Bureau pour le développement des migrations dans les départements d'outre-mer créé en 1963 par Michel Debré - ndlr) où l'on partait pour ne plus revenir. Aujourd'hui on part pour construire un parcours et acquérir une expérience avant, pourquoi pas, de revenir à La Réunion" a commenté Marie-Luce Penchard.

Notant qu'à ce jour plus de 12 000 Réunionnais ont été éligibles au dispositif, elle notait "on peut penser que dans les prochaines années 40 ou 50 000 personnes pourront bénéficier de ces dispositions, ce qui sera aussi un apport non négligeable pour les compagnies aériennes".

La ministre rappelait ensuite que le dispositif de continuité territoriale avait été arrêté (alors que le conseil régional était présidé par le communiste Paul Vergès - ndlr) "car l'État avait le devoir de s'assurer que les fonds publics étaient utilisés de manière juste et claire". Cette gestion, a estimé la ministre "n'était pas satisfaisante". Raison pour laquelle "l'État a décidé de reprendre lui-même la gestion du dispositif".

En quittant Ladom, Marie-Luce Penchard a reçu en préfecture des représentants du monde économique. Elle leur a présenté Bertrand Coûteaux récemment nommé commissaire au développement endogène pour La Réunion et Mayotte. Dans l'après-midi elle s'est rendue à Sainte-Anne pour visiter le chantier de construction d'un écolodge.

La ministre termine sa visite ce mardi soir.

Mahdia Benhamla pour

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !