Contre le régime d'Hosni Moubarak :

La mobilisation égyptienne en images


Publié / Actualisé
Depuis le 25 janvier 2011, les Egyptiens ont engagé un bras de fer avec leur président, Hosni Moubarak. Manifestations et violences sont le quotidien de centaines de milliers d'Egyptiens depuis cette date. Selon l'organisation "Human Rights Watch" cité par le Monde, "297 personnes au moins ont été tuées depuis le 25 janvier". L'organisation estime toutefois que "le bilan réel est probablement beaucoup plus élevé". Frédéric Lafargue, photographe qui a exercé pendant quelques années à La Réunion, se trouve actuellement en Egypte. Il a immortalisé quelques instants de ce moment historique pour le pays des Pharaons.
Depuis le 25 janvier 2011, les Egyptiens ont engagé un bras de fer avec leur président, Hosni Moubarak. Manifestations et violences sont le quotidien de centaines de milliers d'Egyptiens depuis cette date. Selon l'organisation "Human Rights Watch" cité par le Monde, "297 personnes au moins ont été tuées depuis le 25 janvier". L'organisation estime toutefois que "le bilan réel est probablement beaucoup plus élevé". Frédéric Lafargue, photographe qui a exercé pendant quelques années à La Réunion, se trouve actuellement en Egypte. Il a immortalisé quelques instants de ce moment historique pour le pays des Pharaons.
Dans la dynamique de la révolte tunisienne qui a provoqué le départ de Zine el-Abidine Ben Ali du pouvoir, les Égyptiens veulent aujourd'hui mettre fin à 30 années de règne de leur "raïs". Une volonté qui se traduit par une forte mobilisation, au Caire mais aussi en province. Ce mardi 8 février, l'Egypte a connu sa plus importante journée de mobilisation avec des centaines de milliers de personnes qui ont défilé dans les rues de différentes villes. Ce mercredi 9 février, des centaines de manifestants ont bloqué le Parlement égyptien.

Pour calmer la révolte, Hosni Moubarak a multiplié les annonces. Il a d'abord assuré qu'il ne se représenterait pas aux élections présidentielles de septembre prochain pour un 6ème mandat. Dimanche 6 février, il a entamé un "dialogue national" avec l'opposition, notamment les Frères Musulmans. Un dialogue qui a débouché sur la création d'une commission en vue d'amender la Constitution égyptienne, concernant notamment la concentration du pouvoir au profit du président.

Lundi 7 février, "les autorités ont promis une hausse de 15 % des salaires des fonctionnaires et des retraites à partir du 1er avril. Elles ont aussi demandé la formation d'une commission d'enquête sur les violences du 2 février place Tahrir, où des affrontements meurtriers ont opposé partisans du régime et les opposants", relate Le Monde. Toutes ces annonces n'ont pas apaisé la colère de la population.

A l'étranger, en France et aux Etats-Unis notamment, les appels à "une transition démocratique" se font de plus en plus insistants. Pour l'heure, Hosni Moubarak n'a pas cédé.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !