Jugés pour l'enlèvement du petit Alexandre en 2007 :

Juliano Verbard et ses adeptes devant la cour d'assises


Publié / Actualisé
Juliano Verbard, dit le Petit Lys d'Amour, leader de la secte C?ur immaculé et douloureux de Marie, ainsi que 15 de ses adeptes, se retrouveront dans le box des accusés de la cour d'assises ce mercredi 6 avril 2011. Les protagonistes seront jugés pour l'enlèvement en juillet et en août 2007 d'Alexandre Thélahire, un jeune garçon de 12 ans à l'époque des faits. Juliano Verbard entendait faire de l'enfant son successeur. L'enlèvement spectaculaire avait défrayé la chronique sur l'île. Le procès devrait durer jusqu'au 22 avril.
Juliano Verbard, dit le Petit Lys d'Amour, leader de la secte C?ur immaculé et douloureux de Marie, ainsi que 15 de ses adeptes, se retrouveront dans le box des accusés de la cour d'assises ce mercredi 6 avril 2011. Les protagonistes seront jugés pour l'enlèvement en juillet et en août 2007 d'Alexandre Thélahire, un jeune garçon de 12 ans à l'époque des faits. Juliano Verbard entendait faire de l'enfant son successeur. L'enlèvement spectaculaire avait défrayé la chronique sur l'île. Le procès devrait durer jusqu'au 22 avril.
C'est une affaire hors du commun, une première à La Réunion, celle d'un double enlèvement en moins d'un mois sur fond d'affaire sectaire. Le premier enlèvement date du 9 juillet 2007. Alexandre, qui vivait à l'époque à Sainte-Suzanne, est kidnappé par Guillaume Maillot, un adepte de la secte de Juliano Verbard. Il est conduit auprès du Petit Lys d'Amour qui lui apprend qu'il est l' "élu" de la Vierge et qu'il veut en faire son successeur. Sentant que les forces de police étaient sur le point de retrouver sa trace, le gourou libère l'enfant quelques heures plus tard.

Le jeune garçon est enlevé une seconde fois le vendredi 3 août 2007. Cette fois ci, c'est une véritable opération commando qui est mise en place. 5 hommes, Alexin Jusmy Michel et 4 frères de la famille Daleton, pénètrent dans l'appartement de la famille Thélahire, rue Sainte-Anne à Saint-Denis. Après avoir bâillonné et ligoté la mère et la grand-mère du garçon de 12 ans, ils attendent l'arrivée d'Alexandre qui était sorti avec son petit frère, son oncle et sa tante. A leur arrivée dans l'appartement, les ravisseurs s'emparent du jeune garçon et l'emmènent de force dans une Renault Symbol blanche. Son oncle est passé à tabac tandis que sa tante est tenue à distance, menacée avec un couteau sous la gorge.

Les kidnappeurs prennent la fuite en compagnie de l'enfant. Dans le même temps, les force de l'ordre son prévenus de cet enlèvement. Le plan Alerte-Enlèvement est déclenché à 20 heures 40 pour la première fois à La Réunion. Un important dispositif de police et de gendarmerie est déployé dans les quatre coins de l'île. La population est aussi mise à contribution, la description du véhicule et son immatriculation étant diffusée. La voiture des kidnappeurs est rapidement repérée. Elle est retrouvée incendiée, au niveau de Kelonia à Saint-Leu.

Les ravisseurs ont quant à eux changé de véhicule. Alexandre est transféré dans le coffre d'une Hyundai Pony noire dans laquelle se trouvent Michel et John Daleton. Les deux hommes prennent la direction de Trois-Bassins en empruntant des petites routes pour éviter les barrages de police. Ils se débarrassent du véhicule une fois arrivés dans les hauteurs de Bois-de-Nèfles Saint-Paul. Ils passent la nuit et la journée du samedi 4 août 2007 près du cimetière de Bois-de-Nèfles. Ils sont récupérés en fin d'après-midi de samedi par une troisième voiture et prennent la direction de la résidence où se trouve Juliano Verbard, au Petit Tampon. Le jeune garçon y est gardé, sous la surveillance de Fabrice Michel et de plusieurs femmes adeptes du gourou.

En parallèle, les forces de l'ordre poursuivent les recherches. Les gendarmes effectuent des perquisitions aux domiciles de proches de la secte C?ur douloureux et immaculé de Marie. Plusieurs adeptes sont placés en garde-à-vue. Lors des interrogatoires, des informations sont divulguées aux gendarmes, ce qui leur permet d'obtenir des précision sur la cache où se trouvent le Petit Lys d'Amour et Alexandre mais ne parviennent pas à obtenir l'adresse précise. Les recherches sur le terrain leur permettent de retrouver cette maison en milieu d'après-midi, le dimanche 5 août 2007.

L'assaut des agents du GIPN (Groupe d'intervention de la Police nationale) est lancé à 19 heures 40 le dimanche même. Juliano Verbard et 9 de ses adeptes sont finalement interpelés et Alexandre est libéré. Tout de suite après sa libération, Alexandre est conduit au centre hospitalier de Bellepierre (Saint-Denis) pour être examiné par les médecins. Sa mère, Catherine Thelahire, et son oncle l'attendent sur place. Le jeune garçon se jette dans les bras de sa mère. 


Alexandre a été délivré au moment où le gourou et ses adeptes se préparaient à célébrer la messe anniversaire de la supposée première apparition de la Vierge Marie à Juliano Verbard le 5 août 2001. 
Dès que l'arrestation des membres de la secte a été annoncée par les radios et les télés, des centaines de personnes se sont massées devant la maison où se trouvaient Juliano Verbard et ses adeptes étroitement surveillés par les forces de l'ordre. L'ambiance a souvent été tendue, la foule réclament qu'on lui livre le gourou.
Finalement les esprits se sont calmés et en milieu de nuit, le gourou et ses disciples ont été transférés au commissariat central de Saint-Denis. Ils ont immédiatement été placés en garde-à-vue, puis mis en examen et incarcérés.

Les protagonistes de cet enlèvement devront répondre de leurs actes devant les juges de la cour d'assises, à partir de ce mercredi 6 avril. Au total, ils sont 16 à être présentés devant le juge pour enlèvement er complicité d'enlèvement : Juliano Verbard, Fabrice Michel, Marie-Corinne Michel, Sandrine Hoarau, Anissa Gens, Patrice Daleton, Yves Daleton, Johan Daleton, Jean-Charles Daleton, Alexin Jusmy Michel Guillaume Maillot, John Daleton, Anne-Lise Florimeda, Marie-Louise Michel, Marie-Noélie Latchoumane et Sonia Flore. Ils encourent jusqu'à 30 ans de réclusion criminelle.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !