Campagne pour la présidentielle - Aéroport de Gillot :

En attendant Nicolas Sarkozy


Publié / Actualisé
C'est ce mercredi 4 avril au matin que le président candidat Nicolas Sarkozy arrivera à La Réunion. À 7 heures 50, à l'aéroport de Gillot, un groupe de maloya fait patienter une foule de plus de 200 personnes. Les militants et sympathisants ont été pris de court, l'avion du président candidat devait se poser à 8 heures 50 ce matin. Il atterira finalement à 8 heures 17. Aux alentours de l'aéroport, les forces de l'ordre sont présentes, avec pas moins de 800 gendarmes mobilisés, dont 250 venus de métropole.
C'est ce mercredi 4 avril au matin que le président candidat Nicolas Sarkozy arrivera à La Réunion. À 7 heures 50, à l'aéroport de Gillot, un groupe de maloya fait patienter une foule de plus de 200 personnes. Les militants et sympathisants ont été pris de court, l'avion du président candidat devait se poser à 8 heures 50 ce matin. Il atterira finalement à 8 heures 17. Aux alentours de l'aéroport, les forces de l'ordre sont présentes, avec pas moins de 800 gendarmes mobilisés, dont 250 venus de métropole.
À l'intérieur de l'aéroport, des barrières ont été installées au niveau de l'arrivée des passagers et de la sortie. Seuls des militants et des sympathisants choisis à l'avance et des élus UMP sont présents. Il n'y aura pas de contact direct avec la foule et le président Nicolas Sarkozy.

À noter que Nicolas Sarkozy venant en tant que candidat et non en tant que chef de l'Etat, ne bénéficiera pas de tous les moyens de sécurité déployés lors du déplacement d'un président. Ainsi, pour assurer sa sécurité, une centaine de personnes, hors forces de l'ordre, sera mobilisée.

Pour rappel, Nicolas Sarkozy passera par l'hôtel Mercure Créolia de Saint-Denis, avant de prendre la direction de Saint-Pierre où il est attendu pour une rencontre avec les principaux dignitaires religieux. Il est ensuite prévu un bain de foule dans les rues saint-pierroises. Enfin, Nicolas Sarkozy tiendra un discours lors d'un meeting avant de repartir vers la métropole.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !