Visite du candidat Modem à la centrale thermique de Bois Rouge (Actualisé à 19 heures) :

François Bayrou au pays de la canne et de la bagasse


Publié / Actualisé
C'est par une visite à la centrale thermique de Bois Rouge à Saint-André que François Bayrou a entamé, ce lundi 9 avril 2012, sa dernière journée de visite à La Réunion. Accompagné par le maire de Saint-Leu Thierry Robert et la présidente du conseil général Nassimah Dindar, le candidat du Modem s'est longuement fait expliquer le mode de fonctionnement de cette unité de production d'électricité. Cette dernière utilise six mois de l'année du charbon et et les autres mois (lors de la campagne sucrière) à la bagasse, un sous produit de la canne. François Bayrou a insisté sur "la chance qu'a La Réunion de pouvoir utiliser la masse végétale pour créer de l'énergie renouvelable". Après avoir inauguré sa permanence de campagne dans l'après-midi à Saint-Denis, François Bayrou s'envole ce soir pour Paris.
C'est par une visite à la centrale thermique de Bois Rouge à Saint-André que François Bayrou a entamé, ce lundi 9 avril 2012, sa dernière journée de visite à La Réunion. Accompagné par le maire de Saint-Leu Thierry Robert et la présidente du conseil général Nassimah Dindar, le candidat du Modem s'est longuement fait expliquer le mode de fonctionnement de cette unité de production d'électricité. Cette dernière utilise six mois de l'année du charbon et et les autres mois (lors de la campagne sucrière) à la bagasse, un sous produit de la canne. François Bayrou a insisté sur "la chance qu'a La Réunion de pouvoir utiliser la masse végétale pour créer de l'énergie renouvelable". Après avoir inauguré sa permanence de campagne dans l'après-midi à Saint-Denis, François Bayrou s'envole ce soir pour Paris.
Casque de sécurité sur la tête et bouchon anti-bruit dans les oreilles, François Bayrou a visité la centrale thermique de Bois Rouge à Saint-André, qui appartient tout comme la centrale thermique du Gol à Saint-Louis à la Séchilienne Sidec. Cette unité de production fabrique 30% de l'électricité utilisée à La Réunion. Visiblement, François Bayrou a été très intéressé par la fabrication et l'utilisation de cette énergie renouvelable. Après la visite du site industriel, il a consacré plus d'une demie heure à un échange avec Philippe Boyer, directeur de la centrale thermique de Bois-Rouge.

Le candidat du Modem a posé des questions sur tout : "combien de cannes sont utilisées pour produire du sucre et combien sont réservées à la distillation ?". "La totalité est utilisée pour fabriquer du sucre. La distillation pour produire du rhum est à base de mélasse", a alors répondu Philippe Boyer. "D'où vient la mélasse et comment est-elle produite ?". Le directeur a expliqué qu'il s'agit d'un sous-produit de la canne. "Quel est le ratio annuel entre le tonnage de canne et le tonnage de bagasse ?". "En 2011, nous avons retiré 259 255 tonnes de bagasse. Le ratio est donc de 30%", note Philippe Boyer. François Bayrou pose encore plusieurs questions. Il veut tout découvrir.

Mais il a surtout remarqué le bilan carbone positif de l'utilisation de la bagasse pour la fabrication de l'électricité. En effet, les cannes utilisées pour générer la bagasse absorbe 462 500 tonnes de CO2. Pour la combustion de ce sous-produit, une émission de 207 900 tonnes de CO2 est nécessaire. "Nous avons un bilan carbone positif de 260 000 tonnes", a souligné Philippe Boyer. Il a ajouté que "la centrale thermique de Bois Rouge prévoyait pour 2014 une production supplémentaire de 214 000 tonnes de bagasse, soit un doublement de la production actuelle".

Après cette présentation, François Bayrou a poursuivi la visite. Il s'est renseigné sur Fanny et Pomponette, les deux machines qui commandent toute la centrale thermique. Il a obtenu toutes les réponses. Par contre, il n'est pas arrivé à savoir à combien l'usine sucrière de Bois Rouge, appartenant au groupe Tereos, "vendait la tonne de bagasse à la Séchilienne Sidec". Il a posé plusieurs fois la question. En vain.

"Je voulais absolument qu'une partie de ma visite soit consacrée aux énergies renouvelables", a souligné François Bayrou. "L'exemple de La Réunion est intéressant car on voit que même à l'échelle industrielle, il est possible d'améliorer les choses en matière d'énergies renouvelables et de bilan carbone positif", a-t-il ajouté. Il a ensuite de nouveau insisté sur la nécessité de "produire localement le plus possible". "Le chemin vers l'autonomie énergétique ouvert par la centrale thermique de Bois Rouge montre toute l'utilité d'une production locale, la seule capable de créer de vrais emplois, de vrais richesses, une vraie activité", a-t-il commenté.

Anecdote qui s'est glissée dans la machine bien huilée du candidat François Bayrou en matière de défense des énergies renouvelables. Alors que le chef de file du Modem se faisait expliquer le fonctionnement de la centrale thermique, Philippe Folliot, député Modem du Tarn a demandé à un technicien : "Combien de mégawatteurs étaient produits en Guyane ?" "Ici, nous ne sommes pas en Guyane", a répondu le technicien.

Après cette visite, François Bayrou devait déjeuner avec des élus et des membres de la société civile dans restaurant de Champ Borne à Saint-André. ([url=http:///reportage.php?id_reportage=15155&id_rubrique=02] Voir "Jean-Paul Virapoulé salue François Bayrou mais ne vient pas" [url]). Victime d'un coup de fatigue, il a finalement annulé ce rendez-vous ainsi que sa visite de logements sociaux aux Camélias à Saint-Denis. Par contre, avec une heure de retard sur l'horaire prévu, il a bien inauguré sa permanence de campagne située, rue du Général de Gaulle, à Saint-Denis. François Bayrou repart ce lundi soir pour Paris.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !