Attaques de squales - Réunion en préfecture :

La pêche au requin autorisée


Publié / Actualisé
La préfecture a décidé, ce lundi 6 août 2012, d'autoriser les prélèvements de requins, et ce même dans la réserve marine. L'annonce a été faite à l'issue d'une réunion qui s'est tenue en fin d'après-midi en préfecture en présence notamment des maires des communes littorales où se pratiquent de façon habituelle le surf et autres sports de glisse nautiques. D'autres mesures ont également été prises. Il a été décidé que le dispositif des vigies surveillance serait renforcé pour sécuriser les spots de surf. Les marquages de squales seront quant à eux accélérés dès cette semaine.
La préfecture a décidé, ce lundi 6 août 2012, d'autoriser les prélèvements de requins, et ce même dans la réserve marine. L'annonce a été faite à l'issue d'une réunion qui s'est tenue en fin d'après-midi en préfecture en présence notamment des maires des communes littorales où se pratiquent de façon habituelle le surf et autres sports de glisse nautiques. D'autres mesures ont également été prises. Il a été décidé que le dispositif des vigies surveillance serait renforcé pour sécuriser les spots de surf. Les marquages de squales seront quant à eux accélérés dès cette semaine.
Suite à l'attaque de requin survenue ce dimanche à Saint-Leu et qui intervient deux semaines à peine après celle qui a coûté la vie à Alexandre Rassiga à Trois Bassins, la préfecture s'est exprimée pour la première fois ce lundi en fin d'après-midi à l'issue d'une réunion de crise. Une réunion qui a rassemblé le président de l'association des maires de La Réunion, Roland Robert, les maires des communes littorales concernées par des activités nautiques, les représentants des services de l'État et de la Réserve marine, et les scientifiques du programme CHARC. L'objectif : travailler sur les mesures prises et envisagées pour renforcer la prévention des attaques de requin.

"Dans ces moments difficiles que vit La Réunion ainsi que le monde du surf et les usagers de la mer, l'État a voulu rassurer les maires des communes concernées", a indiqué Xavier Brunetière, secrétaire général de la préfecture à l'issue de cette réunion, où plusieurs mesures ont été prises.

Le secrétaire général a annoncé qu'il y aura "une pêche effective" des requins, et ce, même dans la réserve marine. "Nous avons toujours dit que l'État n'était pas hostile aux prélèvements des requins, y compris dans le cadre de régulation des populations. À ce stade, nous n'avons pas les connaissances fines et précises de ces populations", a-t-il expliqué. Il ne s'agit pas d'organiser "des battues", a-t-il précisé. Ces opérations de pêche de requins bouledogues et tigres ont un "but scientifique" : celui d'identifier le "risque ciguatera", une toxine présente dans la chair des requins et qui empêche leur commercialisation. La préfecture a également rappelé que la pêche des requins bouledogues et tigres - espèces non protégées - est d'ores et déjà autorisée sous certaines conditions dans la Réserve Marine. Lorsqu'elles seront effectuées par des pêcheurs professionnels, ces prises seront indemnisées par l'Etat selon des modalités restant à définir, conformément à l'engagement pris par le Ministre des outre-mer.

En parallèle à ces opérations de pêches, les marquages de requins débutés dans le cadre du programme CHARC vont s'accélérer dès cette semaine. A ce stade 23 requins (9 bouledogues et 14 tigres) sont marqués. En outre le programme CHARC intégrera les données d'observation des usagers de la mer. Autre mesure annoncée : la sécurisation de certains spots de surf, grâce notamment au dispositif des vigies. Un dispositif qui, selon Xavier Brunetière, sera étendu aux communes de Saint-Leu et de Saint-Paul.

Par ailleurs, le secrétaire général de la préfecture a de nouveau appelé à la plus "grande prudence", soulignant qu'il était interdit de surfer une heure avant le coucher du soleil.

À noter qu'à l'issue de cette rencontre, si le président de l'association des maires de La Réunion, Roland Robert a préféré la qualifier d'"intéressante", Philippe Cressen, avocat du député-maire de Saint-Leu Thierry Robert, n'a, lui, pas caché sa colère, jugeant "une réunion inutile" et des "mesures qui ne servent à rien" pour protéger les surfeurs. "Nous allons réagir à notre façon comme nous l'avons toujours fait"a-t-il déclaré, n'excluant pas d'avoir recours à des pêcheurs professionnels.

Rappelons que le lundi 30 juillet, le maire de Saint-Leu, Thierry Robert, avait créé la surprise et soulevé la polémique en publiant un arrêté autorisant "la chasse au requin bouledogue, par tous moyens, y compris par chasse sous-marine, de jour comme de nuit, sur tout le territoire maritime de la commune de Saint-Leu". Un arrêté municipal, allant à l'encontre de la législation en vigueur sur la protection de la réserve marine qui avait finalement été retiré le lendemain. Il venait d'obtenir de Victorin Lurel, ministre des outre-mers, l'assurance que le préfet de La Réunion prendrait des décisions en vue d'une régulation de la population des squales dès cette semaine. Suite à l'attaque de ce dimanche, il avait notamment demandé à l'État de "prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité des baigneurs et des pratiquants d'activités nautiques dans l'ensemble du domaine maritime" de sa commune.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !