Mort de Carl Davies (actualisé à 18h02) :

Un quatrième suspect écroué pour meurtre


Publié / Actualisé
Un quatrième suspect a été mis en examen pour meurtre et écroué dans l'affaire Carl Davies ce vendredi après-midi 8 février 2013. Agé de 24 ans, il est soupçonné d'avoir donné des coups de pieds fatals au marin britannique. Son avocate, maître Anna Ferrère, a déclaré : "Mon client a choisi de ne pas s'exprimer devant le juge d'instruction. Il s'est peu exprimé en garde à vue, il a souhaité ne pas être assisté d'un avocat. Je n'irai pas au-delà de ça". Le suspect n'a pas demandé de délai pour préparer sa défense. Il sera auditionné de nouveau par le juge d'instruction dans deux semaines. Un peu plus tôt dans la journée de ce vendredi, un autre homme d'une vingtaine d'années a été mis en examen pour meurtre et écroué. Celui-ci continue à nier toute implication dans la mort du marin britannique. Les enquêteurs pensent qu'il s'agit de celui qui se serait battu une première fois avec Carl Davies et qui aurait appelé à la rescousse ses amis après avoir perdu sa bagarre contre l'ancien militaire. Rappelons que deux jeunes frères ont déjà été mis en examen pour meurtre et placés en détention provisoire ce jeudi 7 février.
Un quatrième suspect a été mis en examen pour meurtre et écroué dans l'affaire Carl Davies ce vendredi après-midi 8 février 2013. Agé de 24 ans, il est soupçonné d'avoir donné des coups de pieds fatals au marin britannique. Son avocate, maître Anna Ferrère, a déclaré : "Mon client a choisi de ne pas s'exprimer devant le juge d'instruction. Il s'est peu exprimé en garde à vue, il a souhaité ne pas être assisté d'un avocat. Je n'irai pas au-delà de ça". Le suspect n'a pas demandé de délai pour préparer sa défense. Il sera auditionné de nouveau par le juge d'instruction dans deux semaines. Un peu plus tôt dans la journée de ce vendredi, un autre homme d'une vingtaine d'années a été mis en examen pour meurtre et écroué. Celui-ci continue à nier toute implication dans la mort du marin britannique. Les enquêteurs pensent qu'il s'agit de celui qui se serait battu une première fois avec Carl Davies et qui aurait appelé à la rescousse ses amis après avoir perdu sa bagarre contre l'ancien militaire. Rappelons que deux jeunes frères ont déjà été mis en examen pour meurtre et placés en détention provisoire ce jeudi 7 février.

18 heures : le quatrième suspect dans l'affaire Carl Davies a été mis en examen pour meurtre et écroué. Agé de 24 ans, il est soupçonné d'avoir donné des coups de pieds fatals au marin britannique. Son avocate, maître Anne Ferrère, a déclaré : "Mon client a choisi de ne pas s'exprimer devant la juge d'instruction. Il s'est peu exprimé en garde à vue, il a souhaité ne pas être assisté d'un avocat. Je n'irai pas au-delà de ça". Le suspect n'a donc rien dit sur les faits qui lui sont reprochés et il n'a pas demandé de délai pour préparer sa défense. Il sera auditionné de nouveau par la juge d'instruction dans deux semaines. Maître Anna Ferrère a souligné qu'il s'agissait d'un "dossier épais" et que "l'instruction sera longue".

Ce vendredi, ce sont finalement deux suspects qui ont été auditionnés et écroués. S'il avait été envisagé de présenter une ou deux autres personnes devant le juge d'instruction, les charges ont été jugées insuffisantes pour le faire. A noter que les enquêteurs ont maintenant la certitude que les suspects se sont concertés depuis la mort de Carl Davies en novembre 2011, et qu'ils ont eu le temps de mettre au point leur version des faits.

17h15 : le quatrième suspect dans l'affaire Carl Davies a été mis en examen pour meurtre. Agé de 24 ans, celui-ci est soupçonné d'avoir donné des coups de pieds fatals au marin britannique. Son audition devant le juge d'instruction n'a duré qu'une vingtaine de minutes. L'homme va maintenant être présenté devant le juge des libertés et de la détention.

16h50 : l'audition du deuxième suspect présenté ce vendredi au palais de justice de Champ Fleuri a commencé. Il est soupçonné d'avoir donné des coups de pieds fatals à Carl Davies. Ils sont deux suspects à avoir été entendus ce vendredi. S'il avait été envisagé de déférer une ou deux autres personnes ce jour, il n'en a finalement rien été.

14 heures : alors qu'un troisième suspect a été mis en examen pour meurtre et écroué ce vendredi dans l'affaire Carl Davies, deux nouveaux suspects doivent être déférés au tribunal de Champ Fleuri cet après-midi.

13h30 : comme les deux frères auditionnés ce jeudi dans l’affaire Carl Davies, le premier suspect entendu ce vendredi a été mis en examen pour meurtre et écroué. Son avocat a demandé un délai pour préparer sa défense. Un délai de quatre jours lui a été accordé. Le jeune homme sera donc de nouveau présenté devant le juge des libertés et de la détention le mardi 12 février. Il nie les faits qui lui sont reprochés, mais il s’agirait de celui qui a été engagé en premier lieu dans une bagarre avec Carl Davies. La confrontation a tourné à l’avantage de Carl Davies et le suspect aurait alors appelé à l’aide des renforts, ce qui a conduit le Britannique à la mort.

11h50 : L'un des suspects présentés ce vendredi au palais de justice de Champ Fleuri à Saint-Denis a commencé à être entendu par le juge d'instruction. Un deuxième sera auditionné dans l'après-midi. Deux autres suspects seront peut-être présentés ce vendredi.

Rappel des faits :

Après une longue période de flottement, l’enquête sur la mort du ressortissant britannique Carl Davies connaît de nouveaux rebondissements ces derniers jours. Ce jeudi 7 février 2013, deux frères ont été mis en examen pour meurtre et placés en détention provisoire. Ce vendredi matin, trois autres suspects sont présentés devant le juge d’instruction. Parmi eux, vraisemblablement, les deux principaux mis en cause.

Ce jeudi, selon Maître Henri Moselle, avocat du plus âgé des deux frères, son client nie toute implication dans l’affaire Carl Davies, mais il a indiqué qu’il avait été au courant d’une bagarre entre l’un de ses amis du quartier du Bas de la Rivière et le marin britannique. Maître Moselle rapporte que le jeune homme a déclaré au magistrat instructeur que la confrontation a tourné à l'avantage du Britannique. Son antagoniste a alors appelé à l'aide des amis, et c'est là que l'affaire aurait tourné au drame.

Le plus jeune des deux frères avait été lui entendu un peu plus tôt ce jeudi. Son avocat, Maître Yannick Mardenalom, a déclaré que le mineur de 16 ans "donne des informations sur qui selon lui était là, d'après les bruits qui circulent dans le quartier, mais il ne donne aucune information sur son implication directe". D'après l'avocat, "avant la découverte du corps de Carl Davies, le bruit courait dans le quartier que quelqu'un avait été tué". Une nouvelle qui est forcément arrivée aux oreilles des enquêteurs. Pourtant, il aura fallu un an et trois mois d'enquête pour que le dénouement de cette affaire commence à s'esquisser.

Pour rappel, le corps du ressortissant britannique a été retrouvé sans vie le 9 novembre 2011 en contrebas du boulevard U2 à Saint-Denis. Un an et trois mois après sa mort, les circonstances de sa mort ne sont toujours pas résolues, et les rebondissements ont été nombreux dans l’enquête.

Les premières constatations laissaient en effet penser à une chute accidentelle liée à l’état d’ivresse du défunt. Or, après l’autopsie ordonnée par le parquet de Saint-Denis le 17 novembre 2011, des traces suspectes sont mises en évidence. La victime n’a pas été victime d’un accident, mais frappée à la tête et porte une trace de coup de couteau à l’abdomen. Le 18 novembre, une information judiciaire est ouverte pour "meurtre et viol". Une affaire qui fait grand bruit au niveau local, mais également en Angleterre. La famille de Carl Davies est sous le choc et les ratés de l’enquête sont pointés du doigt.

Le 28 novembre 2011, une seconde autopsie est ordonnée. Après examen médico-légal plus approfondi, l’hypothèse du viol est écartée. "Carl Davies n’a pas été violé", avaient à l’époque annoncé publiquement le procureur de Saint-Denis Richard Bometon et le juge d’instruction Flavien Noailles.

Le 5 décembre 2011, un mois après le meurtre, un appel à témoins est lancé par la police et la gendarmerie. Début mars 2012, constatant que l’enquête ne progresse pas, les parents de Carl Davies proposent d’offrir 10 000 livres, soit l’équivalent de 12 000 euros, de récompense à toute personne donnant des renseignements pouvant aboutir à l’arrestation du ou des meurtriers de leur fils.

L’enquête continue à piétiner jusqu’au mois de novembre 2012. Le 16 novembre 2012, Dominique Auter, vice-procureur de la République, annonce en effet que les enquêteurs privilégient la thèse criminelle et suivent une "piste sérieuse". Selon ses déclarations, les équipes travaillent sur une agression à caractère crapuleux. Le ou les agresseurs auraient en effet tenté de dérober de l’argent à Carl Davies. Le 20 novembre, neuf personnes sont interpellées dans le Bas de la Rivière à Saint-Denis dans le cadre d’une affaire de racket en centre-ville dionysien. Six jeunes sont écroués. Plusieurs d’entre eux ont été entendus ces derniers jours au commissariat Malartic dans l’affaire Carl Davies.

Il semble désormais établi qu’il y a eu une bagarre entre Carl Davies et l’un des jeunes du quartier du Bas de la Rivière. Ancien militaire des Royal Marines, le Britannique serait parvenu à se défendre et le jeune aurait alors appelé à l'aide des amis. Les enquêteurs planchent maintenant sur deux pistes principales concernant la suite des faits. "Soit Carl Davies a pu s'enfuir et il a été poursuivi par ses assaillants jusqu'au boulevard U2 où il a été battu à mort et laissé sur place. Soit il a été passé à tabac à mort sur les lieux de la tentative de vol et son corps a été transporté dans une voiture au-dessus du canal d’évacuation des eaux pluviales du boulevard U2" confiait une source proche de l'enquête le 6 février 2013.

www.ipreunion.com

   

2 Commentaire(s)

La lionne, Posté
de la peine beaucoup de souffrance pour rien!! plus de peine pour ces meurtrier!!!!
Bimalt, Posté
4 jours pour "préparer sa défense" ? combien de temps ont ils laissé à Carl Davies avant de le tuer?