Grèves de la faim de Samuel Mouen et Philippe Régnier devant la préfecture :

Ministère des Outre-mer : "On ne peut pas cautionner ce genre d'actions"


Publié / Actualisé
Mobilisé pour le rétablissement du RSTA et le soutien aux travailleurs réunionnais, Samuel Mouen est en grève de la fin depuis neuf jours devant la préfecture de Saint-Denis. Il a été rejoint dans son combat par Philippe Régnier depuis samedi dernier. Ce mardi 23 juillet 2013, le ministère des Outre-mer a indiqué ne pas pouvoir "cautionner ce genre d'actions et le fait que des gens mettent leur vie en danger". On assure toutefois que le ministre Victorin Lurel reste "très attentif et à l'écoute de ces mouvements qui ont pris une tournure un peu dramatique".
Mobilisé pour le rétablissement du RSTA et le soutien aux travailleurs réunionnais, Samuel Mouen est en grève de la fin depuis neuf jours devant la préfecture de Saint-Denis. Il a été rejoint dans son combat par Philippe Régnier depuis samedi dernier. Ce mardi 23 juillet 2013, le ministère des Outre-mer a indiqué ne pas pouvoir "cautionner ce genre d'actions et le fait que des gens mettent leur vie en danger". On assure toutefois que le ministre Victorin Lurel reste "très attentif et à l'écoute de ces mouvements qui ont pris une tournure un peu dramatique".

"Le ministre est évidemment informé des mouvements de M. Mouen et de M. Régnier, mais il ne peut pas approuver ce type de démarches", confie-t-on au ministère des Outre-mer. "En revanche, le ministre appuie la décision du préfet d'apporter un suivi médical quotidien par les services du Samu", ajoute-t-on.

Le ministère rappelle également sa position quant à la suppression du RSTA, élément déclencheur de la grève de la faim de Samuel Mouen : "Le RSTA était un dispositif temporaire dès l'origine, qui a été prolongé de cinq mois en décembre. Donc sa suppression n'a pas été une annonce brutale du jour au lendemain. Et ce qui a été dit, c'est qu'une part significative des bénéficiaires basculent vers le RSA. Pour ceux qui ne pourront pas, d'autres dispositifs ont été mis en place, comme le CICE (Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi) qui vise à réduire le coût du travail pour les entreprises."

Pour le ministère des Outre-mer, il est donc "faux de dire que le gouvernement est resté sans rien faire", même si "on a conscience de l'impatience des gens".

www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Manouche, Posté
c'est une bo combat quil mene mais c normal que le ministre ne cotionne pas se genre daction puisque lui ne se plaint pas il a une bonne paye et ne peine pas a finir ses fin de mois comme la plus part des reunionnais alors m.mouen bon courage moi je vous soutiens par lespri et si je pouvais etre la a vos coter je le ferai tien bo largue pa
Illustration : Kwa Films

Kwa Films

37 reportage(s)