Le Port - Rivière des Galets - Agression mortelle de Prisca Sevaye :

Le meurtrier présumé présenté au parquet ce samedi


Publié / Actualisé
Bénédict Déliron, meurtrier présumé de Prisca Sevaye, agressée à l'arme blanche ce jeudi, sera déféré au parquet de Saint-Denis ce samedi 21 septembre au matin, a annoncé Philippe Muller, procureur de la République de Saint-Denis, lors d'un point presse. L'homme est poursuivi pour homicide volontaire. Par ailleurs, selon le procureur, l'autopsie a révélé que Prisca Sevaye avait reçu deux coups de couteau, dont un mortel au flanc gauche lui ayant perforé un poumon, la victime présentant des marques de défense laissant supposer "une empoignade". Les rumeurs de grossesse sont également écartées. Concernant le mobile de l'agression, le prévenu avance des motivations financières, a indiqué Philippe Muller, une hypothèse que les enquêteurs tentent de vérifier.
Bénédict Déliron, meurtrier présumé de Prisca Sevaye, agressée à l'arme blanche ce jeudi, sera déféré au parquet de Saint-Denis ce samedi 21 septembre au matin, a annoncé Philippe Muller, procureur de la République de Saint-Denis, lors d'un point presse. L'homme est poursuivi pour homicide volontaire. Par ailleurs, selon le procureur, l'autopsie a révélé que Prisca Sevaye avait reçu deux coups de couteau, dont un mortel au flanc gauche lui ayant perforé un poumon, la victime présentant des marques de défense laissant supposer "une empoignade". Les rumeurs de grossesse sont également écartées. Concernant le mobile de l'agression, le prévenu avance des motivations financières, a indiqué Philippe Muller, une hypothèse que les enquêteurs tentent de vérifier.

Ce matin du jeudi 19 septembre, jour du drame, aux environ de 8h30, il y aurait eu " une altercation assez forte ", entre Bénédict Déliron et Prisca Sevaye, selon les mots du procureur Philippe Muller. " L’homme possédait un couteau de cuisine, d’une lame de 15 cm, qu’il conservait dans son sac à dos pour son usage personnel ", a-t-il également indiqué. C’est donc avec cette arme qu’il a donné deux coups à la victime, l’un porté au flanc gauche lui ayant perforé un poumon, entraînant une hémorragie importante puis le décès.

L’autopsie pratiquée ce vendredi a également révélé que Prisca Sevaye n’était pas enceinte, contrairement à certaines rumeurs, et qu’elle présentait des marques de défense, laissant supposer " une empoignade ", a confié Philippe Muller, soulignant " qu’il n’y a pas, pour l’instant, d’élément caractérisant la préméditation ".

C’est donc sous le chef " d’homicide volontaire " que Bénédict Déliron sera poursuivi après avoir été déféré ce samedi matin au parquet devant le juge d’instruction. " Le parquet demandera sa mise en détention provisoire, compte tenu de la gravité des faits, mais également pour protéger le mis en cause qui a failli faire l’objet d’un lynchage ", a indiqué le procureur.

Au cours de ses deux auditions – dont l’une était encore en cours ce vendredi soir lors du point presse du procureur - Bénédict Déliron a évoqué une dispute liée à des sommes d’argent – environ 5000 euros - que lui aurait dues Prisca Sevaye. Des faits que les enquêteurs tentent encore de vérifier. Le seul élément apporté par Philippe Muller est que l’homme " vivait dans un certain dénuement ".

Concernant les rapports entre l’agresseur présumé et la victime, le procureur a indiqué qu’il s’agissait " d’une relation nouée alors qu’ils faisaient partie du même club de foot ", relation qu’ils auraient poursuivie par la suite. " Il s’agirait plutôt d’une relation fille-père, nous n’avons aucun élément laissant supposer une éventuelle relation amoureuse ", a-t-il précisé.

" Le juge d’instruction aura un gros travail à faire pour déterminer les circonstances de l’altercation et les motivations ", a conclu Philippe Muller.

www.ipreunion.com

   

Mots clés :

    Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !