Le météore devrait s'éloigner de la Grande Île dans la journée :

Cyclone Hellen : Madagascar, Mayotte et les Comores durement touchées


Publié / Actualisé
S'il s'est affaibli ce lundi 31 mars dans la journée, le cyclone Hellen a été l'un des plus violents ayant frappé la région du canal du Mozambique depuis longtemps. Au plus fort de son intensité, des rafales de plus de 250 km/h ont été enregistrées, provoquant de très nombreux dégâts à Madagascar, mais aussi à Mayotte et Comores. Ce lundi à son arrivée sur les côtes nord-ouest de la Grande Île, le système est passé au stade de "dépression sur terre". À Madagascar, 237 sinistrés et 51 cases d'habitations inondées ont été recensées dans le district de Mahajanga, selon le bureau national de gestion des risques et des catastrophes (BNGRC). Ce dernier indique également que le système devrait sortir en mer dans le canal du Mozambique dans la journée de ce mardi.
S'il s'est affaibli ce lundi 31 mars dans la journée, le cyclone Hellen a été l'un des plus violents ayant frappé la région du canal du Mozambique depuis longtemps. Au plus fort de son intensité, des rafales de plus de 250 km/h ont été enregistrées, provoquant de très nombreux dégâts à Madagascar, mais aussi à Mayotte et Comores. Ce lundi à son arrivée sur les côtes nord-ouest de la Grande Île, le système est passé au stade de "dépression sur terre". À Madagascar, 237 sinistrés et 51 cases d'habitations inondées ont été recensées dans le district de Mahajanga, selon le bureau national de gestion des risques et des catastrophes (BNGRC). Ce dernier indique également que le système devrait sortir en mer dans le canal du Mozambique dans la journée de ce mardi.

Cela fait maintenant cinq jours que le système dépressionnaire Hellen balaye le canal du Mozambique. Dès le vendredi 28 mars, le météore passait au stade de cyclone tropical avant de devenir cyclone tropical intense le lendemain. S’il n’est pas passé à la verticale au-dessus de Mayotte, l’île a malgré tout subi de très nombreux dégâts. Mais aucune victime n’est pour l’instant signalée, alors qu’un mort est à déplorer aux Comores selon le site comores-infos.net

"Voirie défoncée, caniveaux emportés, arbres abattus, habitations inondées, glissements de terrains, plages emportées, maisons et véhicules endommagés, Hellen laissera derrière lui des cicatrices profondes", écrit ainsi France Mayotte Matin. Mais le quotidien mahorais ajoute qu’ "elles auraient pu être bien plus dramatiques au regard de l’insalubrité globale du territoire et de l’effrayante précarité d’une immense couche de la population".

À Madagascar, le bureau national de gestion des risques et des catastrophes (BNGRC) "ne cesse de collecter les informations en provenance des districts qui pourraient être impactés par Hellen" depuis ce dimanche 30 mars. Ce lundi, le BNGRC indiquait qu’une montée des eaux avait été enregistrée dans le district de Mahajanga, où il a été recensé "237 sinistrés qui sont tous sans abris" et "51 cases d'habitations inondées". "Des pluies intermittentes y ont été observées et une partie de la ville de Mahajanga est privée d'eau et d'électricité", ajoutait le bureau.

Lundi après-midi, Hellen était passée au stade de "dépression sur terre" et avait nettement baissé en intensité. Le système poursuivait son déplacement vers le sud-ouest, accompagné de rafales de 110 km/h.

Ce mardi 1er avril, à 4 heures, la dépression ex-Hellen était située à 1170 km de La Réunion (16.4 Sud/45.3 Est), se déplaçant vers le sud-ouest à une vitesse de 7 km/h. Elle devrait s’éloigner de Madagascar dans la journée et reprendre la direction du canal du Mozambique, puis du continent africain.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !