L'hommage à l'ancien maire de la Possession :

Décès de Roland Robert : "La Réunion perd une personnalité politique majeure"


Publié / Actualisé
Le décès de Roland Robert continue de susciter de nombreuses réactions. Elles rendent toutes un hommage appuyé à l'ancien maire et conseiller général communiste de la Possession. "La Réunion perd une personnalité politique majeure" note ainsi George-Paul Langevin, ministre des outre-mers. Roland Robert est décédé ce mardi 29 avril 2014, à l'âge de 77 ans, après quatre décennies passées à la tête de la municipalité de la Possession. Il a été battu aux dernières municipales par Vanessa Miranville, qui a décidé de mettre en berne les drapeaux de la mairie.
Le décès de Roland Robert continue de susciter de nombreuses réactions. Elles rendent toutes un hommage appuyé à l'ancien maire et conseiller général communiste de la Possession. "La Réunion perd une personnalité politique majeure" note ainsi George-Paul Langevin, ministre des outre-mers. Roland Robert est décédé ce mardi 29 avril 2014, à l'âge de 77 ans, après quatre décennies passées à la tête de la municipalité de la Possession. Il a été battu aux dernières municipales par Vanessa Miranville, qui a décidé de mettre en berne les drapeaux de la mairie.

L'ancien maire et conseiller général a été victime d'un accident vasculaire cérébral alors qu'il assistait aux travaux de la commission de l'océan Indien à Moroni (Comores). Le monde politique, économique et associatif réunionnais salue dans ses réactions un homme qui aura marqué l'histoire de sa commune et la vie politique locale.

• Georges Pau-Langevin : "La Réunion perd une personnalité politique majeure"

La ministre des Outre-mer souhaite s'associer à la tristesse des Réunionnais qui ont appris aujourd’hui le décès de Roland Robert. Figure politique de l'ile, il exerçait sans relâche ses mandats politiques depuis plus de 43 ans.

Maire de la Possession, vice-président du Conseil général, ancien vice-président de l'association des maires du département, Roland Robert menait une politique déterminée en faveur de la jeunesse et des conditions de vie de ses concitoyens. La ministre des Outre-mer, qui a eu l'occasion de le rencontrer à de nombreuses reprises, tient à saluer l'engagement sans faille de ce grand élu réunionnais.

La ministre des Outre-mer adresse ses sincères condoléances à sa famille et à ses proches.

• Ericka Bareigts : "Un militant infatigable au service de la cause réunionnaise"

Je viens d'apprendre le décès de monsieur Roland Robert. Je voudrais ici saluer son parcours. Son parcours de militant tout d'abord. C'était un militant infatigable au service de la cause réunionnaise. Très tôt il s'est engagé, souvent en innovant et toujours en combattant les injustices.

Chacun se souvient d'ailleurs de son exil forcé face à l'administration Debré. Son parcours politique ensuite. Pendant plus de 40 ans à la mairie de la Possession, il a su adapter sa commune face à sa démographie, passant d'un village à une véritable ville. Et il s'est engagé au delà de sa commune : au conseil général, il oeuvrait pour le développement de l'île ; en tant que président de l'association des maires de La Réunion, il cherchait toujours à dégager des solutions consensuelles; élu au conseil international de la Fédération Mondiale des Cités Unies, il était un fervent défenseur de la coopération régionale.

Je salue l'homme politique qui a mis son engagement au service de l'intérêt général et j'adresse toutes mes condoléances à sa famille et à ses proches.

• Les élus de la liste "Une nouvelle étape en confiance avec Roland Robert" : "nous pleurons, nous prions"

Nous pleurons. Nous prions. Nous ne pouvons qu'accepter la disparition brutale de M Roland Robert,. Oui cet homme a été celui que vous décrivez tous, un grand Homme.

Né un 5 Mars 1937 au Guillaume, ainé de 6 enfants, d'un père agent du chemin de fer de La Réunion. A 16 ans Roland Robert intègre l'école Normale et passe son bac. A 18 ans il crée avec ses amis l'UDER " Union démocratique des étudiants Réunionnais". Il fera son service militaire à  Madagascar, à son retour, professeur de biologie, il sera le créateur de l'ODJR (organisation démocratique de la jeunesse réunionnaise.

Il sera contraint de s'exiler de La Réunion en 1961 frappé par l'ordonnance Debré. A son retour, il enseigne au collège Edmond Albius au Port jusqu'à sa retraite en 1997. En 1971 dans un contexte politique et social délicat et avec une liste d'ouverture prônant la démocratie et la légalité républicaine, Roland Robert communiste devient le Maire de La Possession,

A cette époque et pour reprendre ses termes c'était le "far west". La ville compte 6 200 âmes, tout est à faire et à construire: l'eau, l'électricité, les routes, les écoles, les maisons ... Roland Robert le visionnaire, le bâtisseur, celui qui lutte contre les injustices et les inégalités sera réélu avec ses mêmes valeurs maire de notre ville jusqu'à cette année.

Il a toujours eu comme seul objectif faire de La Possession une ville dynamique, moderne où il fait bon vivre, par ses succès elle devient même la ville la plus attractive de l'île. Il était aussi animé par des valeurs de fraternité, de partenariat. Il sera à partir de 1973 élu au conseil général, il sera précurseur dans le jumelage avec Maurice, Madagascar, La Chine, Villeneuve d'Ascq.

Il sera aussi par la reconnaissance de ses pairs président de l'association des maires, vice-président du Cnarm, Président de l'ACDOM (association des communes de l'outremer)... Pour le dernier mandat à nos côtés Roland Robert voulait voir aboutir les derniers projets qui lui tenait à coeur comme la ZAC Coeur de Ville, le réappropriation du littoral, la route du Littoral, la mise en valeur sportive du Dos d'Ane, toujours promouvoir notre cirque de Mafate ... nous avons aimé être à ses côtés, nous avons participé avec toi Roland à ce dernier combat, nous avons avec toi partagé l'amour de ta ville et de leurs habitants.

Avec toi nous avons milité. A tes côtés nous avons beaucoup appris, nous avons grandi, nous avons progressé, trébuché mais jamais touché, car c'est l'amour que tu portais pour ton pays qui te donnait la foi. Aujourd'hui nous nous sentons orphelin, mais la ville de La Possession et toute

La Réunion restera à jamais marqué de ton engagement et de toute les luttes que tu as mené et qui a ouvert le chemin de la reconnaissance des Réunionnais et du développement de notre pays. Tu as toujours mis en avant ta famille politique, mais aujourd'hui nous sommes aux côtés des tiens pour leur apporter notre soutien. Cette famille toute entière à laquelle nous présentons nos plus sincères condoléances,

Roland pars en paix, tu as tant accompli pour La Réunion aujourd'hui tu nous a appris ce que nous devions savoir, nous saurons nous tous nous montré digne de la confiance que tu nous as alloué, nous nous engageons à poursuivre le combat que tu as mené pour la ville de la Possession et les Possessionnais.

A Roland Robert qui a toujours oeuvré pour un rassemblement des forces pour faire avancer nos idées nous lui offrons cette citation de Nelson Mandela ""Toutes les composantes de la nation travaillent à construire notre pays et à en faire un miracle. C’est ce qui me fait espérer quand je vais me coucher. Je ne doute pas un seul instant que lorsque j’entrerai dans l’éternité, j’aurai le sourire aux lèvres."

• Jean-Yves Morel : "Roland Robert restera dans nos mémoires"

Nous avons appris avec émotion et tristesse la disparition de Monsieur Roland Robert ancien Maire de La Possession.

Nous saluons le travail réalisé par l’homme politique pendant 43 ans pour développer notre Commune et aussi pour son action au niveau départemental.

Monsieur Roland Robert restera dans nos mémoires comme un bâtisseur et un homme engagé respectueux des opinions contraire et minoritaire.

La Possession Avenir adresse à son épouse, à ses enfants et à toute sa famille ses sincères condoléances.

• Pierre Thiébaut, ancien collistier : "Merci au nom de tous ceux qui ont cru en toi"

Mon ami, mon camarade, mon frère, Roland Robert, s’en est allé.

C’est avec une énorme tristesse que j’adresse à son épouse, à ses enfants et à toute sa famille mes plus sincères condoléances.

En ce moment difficile à traverser, je voudrais leur dire tout le bien que je pense de cet homme, exemple pour moi du militant sans faille, œuvrant et se battant sans cesse pour le bien être de ses administrés Possessionnais et de tous les Réunionnais dans leur diversité.

C’est à ses côtés que j’ai commencé, jeune étudiant, à participer à toutes les luttes pour que le Réunionnais soit un “homme debout”.

Au début des années soixante, habitant tous deux Le Port, nous nous réunissions souvent chez lui pour débattre des problèmes inhérents à notre société héritée du système colonial : injustice, inégalité sociale, absence de libertés de presse, d’opinion, de religion. Nos discussions et analyses débouchèrent sur la création de l’ODJR (Organisation Démocratique de la Jeunesse Réunionnaise). Ces réunions, au Port, devinrent le centre de la conscientisation de jeunes voulant prendre en main la destinée de leur pays. Roland Robert prit, avec quelques autres camarades, la tête de ce combat.

Une telle prise de position à une époque où la dureté de la répression préfectorale sévissait à l’égard des progressistes proches du PCR, allait bien sûr entrainer une réaction immédiate de la part de l’administration.

En octobre 1960, pendant la guerre d’Algérie, une ordonnance a été prise autorisant les préfets à expulser vers la métropole les fonctionnaires qu’ils jugeaient indésirables sur leurs territoires. Roland Robert paya au prix fort son courage politique et fut parmi ces exilés politiques victimes de la répression et quitta son île en juin 1961.

Le séjour en métropole fut difficile pour beaucoup d’entre-eux : mon père, Georges Thiébaut, victime de l’Ordonnance à son tour, les rejoint en février 1962. Les visites que Roland Robert lui rendait lorsqu’il descendait avec d’autres exilés dans le Sud, à Marseille, étaient pour mes parents qui les recevaient d’immenses moments de fraternité et de soutien mutuel.

Mon séjour en Métropole dura jusqu’en février 1967. En mars 1971, mon ami Roland, lui aussi de retour dans l’île, reprit le flambeau de la lutte, et fut élu maire de la Possession.

A son deuxième mandat en mars 1977, il me demanda d’être son colistier, ce que j’acceptai de bon coeur. Pendant 6 ans le travail ne nous manqua pas ; nos réunions hebdomadaires du mardi soir se terminaient à des heures impossibles car on discutait de tout et les questions posées par les administrés ne manquaient pas. D’autre part notre souci premier était le développement harmonieux de la Commune : où développer les réseaux électriques ? Comment alimenter en eau tel ou tel quartier ? Comment développer le sport à travers tous les quartiers ? Comment aider les associations sportives et culturelles à se structurer ? Où installer écoles et collèges ? Etc. Notre but étant de transformer un “bourg de pêcheurs” en une ville moderne.

Cet objectif fut le fil d’Ariane qui guida l’action de mon ami Roland pendant ses 5 autres mandats qui ont suivi et qui ont vu sa réélection sans coup férir sur une longue période de 42 ans.

Aujourd’hui, victime d’un A.V.C qui ne l’a pas épargné. Roland nous a quittés. On retiendra de lui qu’il a été l’ouvrier infatigable qui a forgé l’âme d’une ville où il fait bon vivre, où le taux de chômage est un des plus faibles de l’île, où chacun, même venant de l’extérieur de la commune trouve sa place, où la pratique sportive, la culture, l’éducation sont aujourd’hui bien inscrites dans le paysage communal possessionnais.

A mon frère de combat de toujours, je dis merci au nom de tous ceux qui ont cru en toi et t’ont vu oeuvrer au bonheur de tous, n’en déplaise à tes détracteurs.

• Section PCR de Saint-Paul : "Une attitude aux antipodes du sectarisme"

Roland est né le 5 mars 1937 à Guillaume Saint-Paul. Il est l’ainé d’une famille de 5 enfants. Il quitte Saint-Paul pour Saint-Louis lorsque son père, agent de chemin de fer, est élu en mai 1945 sur la liste de Hippolyte Piot et doit assumer la fonction de 1er Adjoint.

Il n’a jamais oublié sa commune de naissance car il a toujours été solidaire des luttes de la population de Saint-Paul. Notamment lorsque la mairie de Saint-Paul était utilisée pour combattre la population du Port et de la Possession. Pendant quasiment un demi siècle la section communiste de Saint-Paul n’a jamais manqué de la solidarité des militants de la Possession, ni de celle du premier d’entre-eux.

Sa fidélité s’exprimait aussi à travers la permanence de la défense de ces convictions et de ses idéaux au sein du Parti. En homme de débat et de consensus, il était toujours à la recherche de la solution qui emporte l’adhésion du plus grand nombre.

C’est aussi cette attitude, aux antipodes du sectarisme, qui lui valait le respect, voire la sympathie de toutes les personnalités qui l’ont côtoyé. Pour ces raisons principales, la section communiste de Saint-Paul a décidé de deux initiatives :

1/ Les militants communistes de la cellule de Guillaume ont décidé de baptiser leur assemblée : Cellule Roland Robert.

Le temps de s’assurer quelques préparatifs, la date de cet événement sera communiquée ultérieurement. Une évocation historique sera rendue à cette occasion. Nous ne manqueront pas d’inviter les camarades du Parti de toute l’île, et tous ceux qui l’ont apprécié.

2/ Que l’inauguration des Rencontres Citoyennes du Jardin Leconte de Lisle, les 10 et 11 mai 2014, soit placée sous le signe de la mémoire de la fidélité et du militantisme d’un camarade exemplaire, Roland Robert.

Les communistes saint-paulois transmettent à la famille endeuillée leurs sincères condoléances.

• Ary Yee-Chong-Tchi-Kan : "Une capacité d’adaptation exceptionnelle"

J’ai connu Roland Robert quand j’animais avec d’autres les luttes dans les lycées. Lui était déjà maire de la Possession. Les jeunes avaient besoin de salles, de tracts et d’interventions diverses: il était toujours disponible et solidaire. Car lui-même était un dirigeant de la jeunesse à travers l’ODJR (Organisation Démocratique de la Jeunesse Réunionnaise).

Je l’ai connu également à Saint-Leu lorsque j’étais en charge de la coordination des campagnes électorales sur la commune. Roland était candidat aux cantonales face à Mademoiselle de Chateauvieux, alors maire de la ville.

Je l’ai ensuite retrouvé à Saint-Paul où j’avais en charge la coordination du Parti. Il était toujours solidaire de l’action des camarades de Saint-Paul à une époque très difficile. C’est ainsi que j’ai appris qu’il était très attaché, familialement, à Guillaume Saint-Paul.

Enfin, je l’ai côtoyé beaucoup plus souvent à la direction du Parti. 

Ce que je retiens de cet homme : c’est qu’il était à l’avant-garde du jumelage. Il a offert à sa commune et à sa population une ouverture exceptionnelle sur le monde en jumelant la commune, les clubs sportifs, les classes scolaires, etc., avec un nombre élevé de territoire varié à travers tout le monde. C’est à ce titre, qu’il a siégé au Bureau des Villes Jumelées !

Il avait une capacité d’adaptation exceptionnelle pour résoudre des problèmes inédits d’une population dont la sociologie a totalement changé depuis les années 1970. Sans quoi, la population ne lui aurait pas offert sa confiance pendant 40 ans.

C’était un homme très chaleureux marqué par sa fidélité à ses idéaux, à son Parti et ses dirigeants.

C’est probablement pour tout cela et bien d’autres que c’était quelqu’un de très estimé de tout l’échiquier politique. Que sa vie exemplaire nous serve de leçon, en particulier pour renforcer l’unité du Parti contre les sectaires qui tentent d’utiliser une certaine légitimité électorale pour diviser les Réunionnais.

• Le Parti de Gauche de La Réunion : "La disparition de Roland Robert secoue tous les Réunionnais"

Le Parti de Gauche de La Réunion tient à apporter son soutien à la famille de Roland Robert et à leur présenter ses sincères condoléances.

La Possession est en deuil. La disparition de Roland Robert secoue tous les Réunionnais.  Nous garderons l’image d’un militant infatigable qui a su œuvrer pour le bien-être de sa commune. Pendant 43 ans, il fut aux côtés de ses concitoyens en tant que maire. Il sut accompagner la croissance démographique exceptionnelle de La Possession en lui conférant une identité propre. Aujourd’hui, cette commune est la plus attractive de La Réunion.

Grâce à lui, La Possession est une ville où l’on y dort très bien. Il laisse dernier lui un bilan dont il peut être fier et un compte financier sain et solide. Aujourd’hui, la voie qu’il a tracée doit être poursuivie. Comme lui, nous devrons œuvrer pour sortir de la précarité les Possessionnais les plus fragiles. Comme lui, nous devrons être attentifs au développement économique de La Possession pour qu’elle reste une ville dynamique. Enfin, comme lui, nous devrons être attentifs à la préservation de l’environnement pour faire de cette commune une ville durable et agréable.

Disparu brutalement, le Parti de Gauche rend hommage au militant, au bâtisseur et au visionnaire qu’il a été.

• Olivier Rivière, maire de Saint-Philippe : "Une figure politique d'exception"

C’est avec une profonde émotion que j’ai appris le décès de Roland Robert. La Réunion toute entière est aujourd’hui endeuillée par la perte immense d’une figure politique d’exception qui a marqué durablement l’histoire de notre île.

On ne peut que saluer et admirer la ténacité et le courage dont il a fait preuve durant toutes ces années pendante lesquelles son engagement a été sans faille et ses convictions inaltérées.

Maire de la commune de La Possession de 1971 à 2014, conseiller général depuis 1973, président de l’association des maires depuis 2008 et premier vice-président du conseil général depuis 2011 : il a œuvré avec une infatigable énergie pendant 43 ans dans l’intérêt général.

Roland Robert nous a quittés en laissant derrière lui un exemple à suivre par tous les Réunionnais : celui d’une volonté à toute épreuve au service de ses valeurs, et ce malgré les difficultés rencontrées.

La Ville de Saint-Philippe se joint à moi pour adresser nos plus sincères condoléances à sa famille et à ses proches.

• Ibrahim Patel, président de la CCIR : "Un exemple d'implication et de dévouement"

C’est avec une profonde tristesse que nous avons appris la disparition de Monsieur Roland Robert qui restera à jamais pour l’ensemble des Réunionnais, un bel exemple d’implication pour la vie politique et de dévouement pour La Possession et les Possessionnais.

Je tiens, personnellement,  à saluer l’homme investi et de conviction, passionné et toujours à l’écoute de son  peuple. A toute sa famille et à ses proches, je présente au nom de tous les élus de notre institution nos sincères condoléances.

• Majorité Centrale 974 : "Sincères condoléances"

Majorité Centrale 974 s’associe à la douleur de la famille et des proches de Roland Robert auxquels leur sont présenté des sincères condoléances.

• Simone Yee-Chong-Tchi-Kan : "Nous perdons un camarade"

Roland Robert vient de s'éteindre. C'est pour moi, mais aussi pour les communistes cause d'un immense chagrin. C'est aussi un jour d'immense tristesse pour toutes celles et ceux qui ont côtoyé, apprécié, aimé, l'homme communiste qu'il était, œuvrant avec passion pour l’émancipation humaine, son combat de toujours. 

En cette circonstance douloureuse, mes pensées et celles des militants (es) de la section PCR de Trois-Bassins vont à, son épouse Mireille, à son fils Philippe, à ses filles, à sa famille et à ses proches dont je sais la douleur immense, nos plus sincères condoléances.  Roland était un homme d'engagement, toujours au service des autres, des plus humbles en étant de toutes les luttes, de tous les combats pour le développement de la Réunion et non d’une commune.

Aujourd'hui, je perds, nous perdons un camarade, un camarade de combat.

Ce premier combat électoral où il n’a pas hésité à venir croiser les fers à Saint-Leu avec la maire Mademoiselle Marie-Thérèse de Châteauvieux aux cantonales du 8 mars 1970.A cette époque où le combat était rude.
Son courage a créée en moi le désir de " m’engager " dans ce combat électoral de ma commune. Je n’avais pas encore l’âge de voter, adolescente j’ai parcouru à ses côtés les diverses portes à portes des quartiers de Saint- Leu. Je garderai de lui le souvenir d’un homme de combat et de cœur.

La vie de Roland est intimement liée aux combats menés par le PCR pour la justice sociale et l’émancipation humaine.

Sa vision collective, sa force de conviction l’avait aussi mise au service des Possessionnais dont il fût le Maire durant 43 ans. Sa compétence et son honnêteté avec lesquelles il exerça ses mandats et ses responsabilités politiques ont fait de lui une personnalité reconnue bien au-delà de nos rangs.

il a poursuivi cette lutte jusqu’au dernier moment…Il s'en va aujourd’hui, comme il a toujours vécu, modestement mais dans la lutte, et son dernier combat aura été contre la maladie. " Les mots n’y pourront rien "

Puissent le courage, la fidélité dont Roland a fait preuve dans le combat politique de toute sa vie continuer à nous inspirer, à porter son souvenir en travaillant à construire un autre avenir, comme l’a chanté Jean Ferrat  " au nom de l’idéal qui nous faisait combattre et qui nous pousse encore à nous battre aujourd’hui ".

Adieu Camarade ! Adieu Roland !

• Krishna Damour, porte-parole du collectif pour le développement de la micro-région sud : "Un homme humble, discret et sans fioritures"

Au nom du collectif pour le développement de la micro-région sud, je tiens à rendre hommage à Roland Robert et à transmettre à sa femme ainsi qu’à ses enfants nos condoléances les plus sincères. Nous leur apportons notre soutien moral dans cette épreuve difficile.
 
Roland Robert était avant tout un homme humble, discret et sans fioritures dans sa prestance d’acteur politique pour le développement de son Ile et de la ville de La Possession. A chacune de ses interventions au sein des instances du PCR dont il a été un éminent responsable, il privilégiait la sérénité et l’objectivité. Il dégageait à la fois une simplicité et un sens de l’expérience qui imposaient un respect de l’auditoire lorsqu’il s’exprimait.
 
L’histoire  de La Réunion, retiendra le fait qu’il a été déporté  vers l’hexagone parce qu’il avait pris part pour la cause Réunionnaise. Et malgré, cette injustice qu’il avait durement subi, il s’ancra dans le combat pour l’égalité sociale et pour l’élévation de l’Homme Réunionnais.
 
L’ensemble des maires reconnaît en lui, sa capacité d’une part de  transcender les clivages politiques et  d’autre part, sa volonté en tant que président de l’association des maires de favoriser une vision globale et cohérente plutôt qu’encourager une démarche étriquée.
 
A sa dernière mandature de maire, au titre de responsable de l’aménagement de sa ville, il a su subtilement faire valider une déviante de La Possession afin de restituer à sa population son littoral et son accès à la mer dans le cadre de la NRL, en espérant que ce projet, soit reconduit par la nouvelle direction municipale.
 
En décédant dans l’exercice de sa fonction de responsable de la coopération régionale, au tant que conseiller général, il nous délivre un ultime message de visionnaire pour nous indiquer de continuer le travail d’intégration de La Réunion dans le bassin régional India Océanique pour l’ascension d’une économie productive dans le cadre d’un Co-développement.
   

3 Commentaire(s)

MC974, Posté
Majorité Centrale974 s’associe à la douleur de la famille et des proches de Roland ROBERT auxquels leur sont présenté des sincères condoléances .
Le Bureau
Bagheera, Posté
Le dinosaure n'a malheureusement pas digéré la jeune pousse verte venue récemment s'(im)planter dans sa commune...
Le citoyen lambda, Posté
Je ne connaissais pas l'homme en lui même, mais rien qu'en voyant cette photo....on peut dire qu'il avait des "fréquentations" peu recommandables....