Elles progressent de 8,27 % au premier trimestre 2014 :

Les violences contre les personnes en nette augmentation à La Réunion


Publié / Actualisé
D'un point de vue général, la délinquance à La Réunion demeure plus faible que la moyenne nationale. Mais ce bilan n'est pas homogène. Au premier trimestre 2014, les "atteintes volontaires à l'intégrité physique" - coups et blessures, vols avec violence, viols, homicides... - ont progressé de 8,27 % dans l'île, contre une hausse moyenne de 5,5 % pour la France métropolitaine.
D'un point de vue général, la délinquance à La Réunion demeure plus faible que la moyenne nationale. Mais ce bilan n'est pas homogène. Au premier trimestre 2014, les "atteintes volontaires à l'intégrité physique" - coups et blessures, vols avec violence, viols, homicides... - ont progressé de 8,27 % dans l'île, contre une hausse moyenne de 5,5 % pour la France métropolitaine.

Dans son rapport d'activités publié récemment, la préfecture se félicite que la délinquance soit toujours "inférieure à la moyenne" à La Réunion. Elle note bien une augmentation des faits de délinquance en 2013 (+ 1,37 % contre - 7,21 % en 2012), mais l'explique "essentiellement" par le fait que "les forces de l'ordre ont relevé plus d'infractions de leur initiative (+17,12 %)", du fait d'une "présence renforcée".

Certes. Mais les chiffres du premier trimestre 2014 confirment bel et bien que La Réunion glisse sur la mauvaise pente, suivant la tendance nationale. Lors des trois premiers mois de cette année, les forces de l'ordre ont constaté 7609 faits de délinquance, contre 7473 au premier trimestre 2013, soit une hausse de 1,82 %.

Un domaine est notamment en nette augmentation : les atteintes volontaires à l'intégrité physique (AVIP). Selon les chiffres révélés par le Figaro, elles ont progressé de 5,5 % en France métropolitaine au premier trimestre 2014. Une moyenne nationale dépassée à La Réunion, où elles sont en hausse de 8,27 % - d'après les chiffres de la préfecture - après avoir déjà augmenté de 2,32 % en 2013. Avec 2002 faits signalés de ces atteintes à la personne lors des trois premiers mois de cette année, La Réunion se situe proche de départements comme le Var (2016 agressions) ou le Bas-Rhin (2045), pourtant plus peuplés.

Pour l'année 2013, la préfecture affirme que cette augmentation "s'explique essentiellement par les menaces ou chantages (7,15 %) ou les violences sexuelles (9,57 %), qui sont de plus en plus signalées par les victimes, en partie grâce à un travail d'accompagnement par les assistantes sociales présentes dans les commissariats et les brigades de gendarmerie". Mais cette hausse de 8,27 % au premier trimestre semble indiquer qu'il s'agit là plutôt d'une tendance lourde. Et dans le même temps, les atteintes aux biens (vols, dégradations...) ont elles progressé de 4,89 % avec près de 200 faits de plus signalés en mars 2014 qu'il y a un an à la même époque.

Mais tout n'est pas sombre dans le tableau de la délinquance à La Réunion en ce début d'année. Si les atteintes aux biens sont plus fréquentes, le nombre de cambriolages continue lui de chuter avec une baisse de 12,64 % au premier trimestre 2014. Quant aux infractions économiques et financières, elles régressent de 10,99 % durant cette même période.

Enfin, les infractions relevées par l'action des services (IRAS), c'est-à-dire "qui n'ont pas été portée à la connaissance des forces de l'ordre par le biais d'un dépôt de plainte, mais qui ont été mises au jour par leur seul travail", progressent de 2,39 % au premier trimestre 2014. Selon la préfecture, cette augmentation est le résultat de "la présence renforcée des forces de l'ordre sur le terrain". Reste que les syndicats de police ne cessent de leur côté de réclamer des effectifs supplémentaires...

www.ipreunion.com

   

2 Commentaire(s)

Jess, Posté
violence délinquances... à qui la faute ? Une politique de la ville catastrophique et s'il y a moins de cambriolage, c'est parce que les gens sont obligés d'investir dans les systèmes d'alarme pour empêcher les travailleurs la nuite de frapper...
Citoyens du Sud, Posté
Et dire que la police ne se déplace même plus sur le front de mer de St-Pierre! Chaque fois qu'on les appelle pour signaler des faits graves, ils répondent qu'ils n'ont pas de voiture de patrouille, qu'ils enverront qq'n dès que possible... mais ne viennent JAMAIS!