Le nouveau gouvernement "Valls II" a été dévoilé ce mardi soir :

Emmanuel Macron à l'Économie, Najat Vallaud-Belkacem à l'Éducation nationale


Publié / Actualisé
La composition du nouveau gouvernement "Valls II" a été annoncée ce mardi 26 août 2014 par le secrétaire général de l'Elysée, Jean-Pierre Jouyet. La surprise est venue de la nomination d'Emmanuel Macron, nommé ministre de l'Économie en remplacement d'Arnaud Montebourg. Najat Vallaud-Belkacem hérite quant à elle du ministère de l'Éducation nationale laissé vacant par Benoît Hamon, tandis que Fleur Pellerin remplace Aurélie Filipetti à la Culture. Un temps annoncée sur le départ, Christiane Taubira demeure garde des Sceaux. Le ministère des Outre-mer reste lui entre les mains de George Pau-Langevin.
La composition du nouveau gouvernement "Valls II" a été annoncée ce mardi 26 août 2014 par le secrétaire général de l'Elysée, Jean-Pierre Jouyet. La surprise est venue de la nomination d'Emmanuel Macron, nommé ministre de l'Économie en remplacement d'Arnaud Montebourg. Najat Vallaud-Belkacem hérite quant à elle du ministère de l'Éducation nationale laissé vacant par Benoît Hamon, tandis que Fleur Pellerin remplace Aurélie Filipetti à la Culture. Un temps annoncée sur le départ, Christiane Taubira demeure garde des Sceaux. Le ministère des Outre-mer reste lui entre les mains de George Pau-Langevin.

Pas de Robert Hue, de Jean-Vincent Placé, de François Bayrou ou de Louis Gallois dans la nouvelle équipe de Manuel Valls. La surprise est en revanche venue de la nomination d’Emmanuel Macron à la tête du ministère de l’Économie. Méconnu du grand public, l’homme est ancien haut fonctionnaire et ancien secrétaire général adjoint de l’Elysée, mais aussi ancien banquier d’affaires. Un signe d’abdication du président devant la finance pour certains, un signe surtout que François Hollande débarrassé du trublion Montebourg entend persévérer dans sa politique économique guidée par le pacte de responsabilité.

L’autre information principale est la promotion de Najat Vallaud-Belkacem, qui devient numéro trois du gouvernement en prenant un ministère de l’Éducation nationale où elle sera particulièrement attendue. Fleur Pellerin récupère quant à elle le portefeuille de la Culture et de la communication abandonné par Aurélie Filipetti.

Pour le reste, le gouvernement n’aura finalement que peu bougé, hormis l'entrée de Patrick Kanner, président du conseil général du Nord et adjoint au maire de Lille, qui hérite de la Ville, de la jeunesse et des sports. Peu de changements étaient notamment à attendre du côté des Outre-mer, où George Pau-Langevin a été maintenue dans ses fonctions. Les Réunionnais devront encore patienter.

  • Voici les seize ministres du nouveau gouvernement :

Affaires étrangères et développement international : Laurent Fabius

Ecologie, développement durable et énergie : Ségolène Royal

Education nationale, enseignement supérieur et recherche : Najat Vallaud-Belkacem

Justice, garde des Sceaux : Christiane Taubira

Finances et comptes publics : Michel Sapin

Défense : Jean-Yves Le Drian

Affaires sociales, santé et droits des femmes : Marisol Touraine

Travail, emploi et dialogue social : François Rebsamen

Intérieur : Bernard Cazeneuve

Agriculture, porte-parole : Stéphane Le Foll

Économie, industrie et numérique : Emmanuel Macron

Logement et égalité des territoires : Sylvia Pinel

Décentralisation et fonction publique : Marilyse Lebranchu

Culture et communication : Fleur Pellerin

Ville, jeunesse et sports : Patrick Kanner

Outre-mer : George Pau-Langevin

www.ipreunion.com

   

3 Commentaire(s)

Yotte, Posté
DROIT DANS LE MUR.PLUS RIEN A ATTENDRE DE CE GOUVERNEMENT IMPOPULAIRE.
Bimalt, Posté
ça manque d'imagination, on prend les mêmes et on recommence.......
FOX, Posté
Alors Ségolène heureuse !?....Alors Taubira tu vas persisté dans ta politique de merde en tentant de nous faire croire tout le monde il est beau et gentil....et je suis gentil en te disant ça! Bienvenue ma jolie Najat,tu vas faire des jalouses!.....Bon plus sérieusement, François, c est pourquand la dissolution de l Assemblèe Nationale? Et donc.....et donc la cohabitation? Je trépigne d impatience!