Ça s'est passé cette semaine sur Imaz Press :

Bichiques, vie chère, Kaz du Peup, migrants


Publié / Actualisé
Retour sur les actualités qui ont marqué la semaine du lundi 11 février au vendredi 15 février 2019 sur Imaz Press :

Lundi 11 février : Bichiques: a trop les pêcher "vos enfants ne sauront pas ce que c'est"
Mardi 12 février : Continuez à augmenter vos prix, de toute façon, on continuera à consommer
Mercredi 13 février : Les Kaz du peup attaquées mais toujours debout
Jeudi 14 février : Expulsés, 64 migrants retournent au Sri Lanka
Vendredi 15 février : Les 64 migrants renvoyés au Sri Lanka risquent la prison - Dormez tranquille braves gens, les envahisseurs sont repartis
Retour sur les actualités qui ont marqué la semaine du lundi 11 février au vendredi 15 février 2019 sur Imaz Press :

Lundi 11 février : Bichiques: a trop les pêcher "vos enfants ne sauront pas ce que c'est"
Mardi 12 février : Continuez à augmenter vos prix, de toute façon, on continuera à consommer
Mercredi 13 février : Les Kaz du peup attaquées mais toujours debout
Jeudi 14 février : Expulsés, 64 migrants retournent au Sri Lanka
Vendredi 15 février : Les 64 migrants renvoyés au Sri Lanka risquent la prison - Dormez tranquille braves gens, les envahisseurs sont repartis

Lundi 11 février : Bichiques: a trop les pêcher "vos enfants ne sauront pas ce que c'est"

Le bichique est l'or gris de La Réunion : mais sur les étals, l'alevin se fait de plus en plus discret et se négocie entre 50 et 80 euros le kilo. Entre la pêche, le braconnage des adultes (cabot bouche ronde), la pollution des rivières, les barrages et les stations de pompage, le précieux poisson s'éteint, sans un bruit...

 

Mardi 12 février : Continuez à augmenter vos prix, de toute façon, on continuera à consommer

La vie chère, c'est le sujet qui a mis le feu aux poudres à La Réunion entraînant quinze jours de paralysie totale de l'île. C'est la revendication phare des Gilets jaunes péi, leur fer de lance. Les slogans sur le sujet sont explicites,  " arèt profit dési nou " " halte a la profitasion " " arèt plim a nou ". Les Gilets jaunes s'en prennent aux patrons de la grande distribution, les accusant de faire des marges mirobolantes sur le dos du consommateur. Dans son étude de 2016, l'insee avait indiqué que tous secteurs confondus, l'écart global entre les prix métropolitains et réunionnais est de 7,1%. Sauf qu'ici, 40% de la population vit sous le seuil de pauvreté, dans l'Hexagone, c'est 14%. Des chiffres qui font toute la différence. La cherté de la vie à La Réunion est une réalité. Mais la grande distribution arrêtera-t-elle de se gaver ? Car les Réunionnais sont gourmands, ils surconsomment, achetant à tout va, dépensant des deniers qu'ils n'ont pas toujours, faisant les choux gras de ces grands distributeurs avides qu'ils vont ensuite accuser de tous les maux. Alors finalement, la faute à qui ?

 

Mercredi 13 février : Les Kaz du peup attaquées mais toujours debout

Le mouvement des gilets jaunes a été très important en terme de mobilisation depuis le 17 novembre 2018. Après la visite de la ministre Annick Girardin, des annonces faites, les gilets jaunes ont été de plus en plus critiqués par l'ensemble de la population suite aux nombreux blocages. Le noyau dur des militants a décidé de changer la forme en installant des kaz du peup un peu partout sur l'île en évitant au maximum d'entraver la circulation. Ainsi depuis décembre, des gilets jaunes s'installent sur des rond points, sur le bord des routes et se relaient afin de poursuivre les réunions d'informations, les échanges avec les citoyens et faire signer différentes pétitions. Ces derniers jours certaines kaz ont été attaquées. Ces tentatives d'intimidation poussent certains à repenser le mouvement et à remettre en question les Kaz alors que d'autres d'autres comptent bien rester et continuer la mobilisation. Voici ce qu'il se passe sur ces lieux de vie.

 

Jeudi 14 février : Expulsés, 64 migrants retournent au Sri Lanka

64 des 72 migrants sri lankais sont expulsés de La Réunion ce jeudi matin 14 février. C'est à bord d'un avion d'Air Austral spécialement affrété par l'Etat français qu'ils regagnent le Sri Lanka. La réglementation exigeant que chaque personne expulsée soit accompagnée de deux représentants des forces de l'ordre,  les ressortissants sri lankais sont escortés par une centaine de policiers. L'opération  a nécessité le renfort de fonctionnaires de police basés à Mayotte. Pour rappel, six migrants ont obtenu l'autorisation de séjourner sur le territoire de La Réunion.

 

Vendredi 15 février : Les 64 migrants renvoyés au Sri Lanka risquent la prison - Dormez tranquille braves gens, les envahisseurs sont repartis

Retour à l'envoyeur, 64 migrants sur 70 ont été acheminés vers leur pays d'origine, le Sri Lanka. Les six restants, ceux qui sont passés entre les mailles du filet sont en sursis et pourraient se voir refuser l'asile. " Victoire ", " hourra ", " youpi " a dû s'exclamer cette frange de la population qui se dit ouverte et commence souvent ses phrases sur le sujet par " je ne suis pas raciste mais... ". Ces grands humanistes intarissables en ont des choses à dire sur les migrants et en général, ce n'est pas jojo. Ces courageux parlent fort sur les réseaux sociaux drapés dans leur anonymat, leur médiocrité et leur étroitesse d'esprit. Ouf, les envahisseurs sont partis, La Réunion ne s'en porte que mieux !

 
www.ipreunion.com
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !