[LIVE/PHOTOS/VIDEOS] Au moins 8 morts en Inde (actualisé) :

Le cyclone Fani, dont l'intensité a fortement faibli, fait 9 morts au Bangladesh


Publié / Actualisé
Les autorités indiennes et bengalis avaient procédé à des évacuations massives avant l'arrivée du super-cyclone Fani. Un phénomène météorologique surpuissant d'une intensité que cette région n'avait pas connu depuis deux décennies. Le cyclone Fani a frappé vendredi 3 mai 2019 l'est de l'Inde, notamment la région d'Odisha. Le bilan du passage du météore en Inde est d'au moins huit morts dont un adolescent écrasé par un arbre et une femme frappée par des débris de béton. Le phénomène a généré des rafales de l'ordre de 300 km/h près de l'oeil. Ce samedi 4 mai, Fani est passé sur le Bangladesh, après avoir fortement faibli en intensité, il a fait 9 morts. Suivez-nous, nous sommes en LIVE toute la journée.
Les autorités indiennes et bengalis avaient procédé à des évacuations massives avant l'arrivée du super-cyclone Fani. Un phénomène météorologique surpuissant d'une intensité que cette région n'avait pas connu depuis deux décennies. Le cyclone Fani a frappé vendredi 3 mai 2019 l'est de l'Inde, notamment la région d'Odisha. Le bilan du passage du météore en Inde est d'au moins huit morts dont un adolescent écrasé par un arbre et une femme frappée par des débris de béton. Le phénomène a généré des rafales de l'ordre de 300 km/h près de l'oeil. Ce samedi 4 mai, Fani est passé sur le Bangladesh, après avoir fortement faibli en intensité, il a fait 9 morts. Suivez-nous, nous sommes en LIVE toute la journée.
  • IPR

    [Les conséquences matérielles du passage de Fani sur le Bangladesh] 

    Au Bangladesh, plus d'1,6 million de personnes ont trouvé refuge dans des abris, selon des responsables. Par ailleurs, 36 villages côtiers ont été inondés après la rupture de digues, et un responsable du ministère en charge des situations d'urgence a fait état d'au moins 2.000 maisons détruites.

  • IPR

    [Le cyclone Fani passe sur le Bangladesh] 

    Au Bangladesh, au moins neuf personnes sont mortes avant même que l'oeil du cyclone ne touche le pays samedi matin, dont une dans le district de Barguna sur la côte et cinq tuées par la foudre dans le district de Kishoreganj (nord), selon la police. Huit autres personnes ont été tuées en Inde, selon la presse locale, mais aucune source officielle n'a confirmé ce bilan.

  • IPR

    [Le Bangladesh en état d'alerte] 

    Les autorités ont procédé à des évacuations massives en prévention du passage du cyclone Fani. Plus d'1,6 million de personnes ont trouvé refuge dans des abris selon les autorités.

     

     

  • IPR

    [Les conseils de France diplmatie si vous voyagez dans la zone] 

     

  • IPR

    [L'aéroport de Bhubaneswar fermé jusqu'à nouvel ordre] 

     

  • IPR

    [Au Bangladesh, les associations s'organisent] 

  • IPR

    [Le bilan revu à la hausse] 

    Selon plusieurs médias locaux, le bilan humain se serait encore alourdi passant à au moins 12 morts.

    Les victimes seraient toutes localisées dans l'état d'Odisha situé à l'est de l'Inde, région la plus touché par le cyclone Fani hier. 

  • IPR

    [Narendra Modi au plus près des sinistrés]

    Le premier ministre indien se rendra dans l'état d'Odisha, durement touché par les intempéries liées au cylone Fani. 

    "J'irai à Odisha pour faire le point sur la situation après le passage du cyclone Fani"

  • IPR

    [Une compilation de vidéos impressionnantes] 

    Hier, le vendredi 3 mai, le cyclone Fani balayait la côte Est de lInde. Un super cyclone, le pays n'avait pas connu un phénomène météorologique aussi puissant depuis qunize ans. 

    Les images du passage de Fani au plus près, regardez

  • IPR

    [Calcutta se prépare]

    Déjà frappée par des pluies diluviennes, Calcutta, la capitale du Bengale occidenetal se prépare au passag du cyclone Fani. Habituellement très animée, la ville de 4,5 millions d'habitants était déserte vendredi soir, ses commerces fermés et seuls quelques rares véhicules se risquaient dans les rues.

    "Nous surveillons la situation 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 et faisons tout ce qui est nécessaire... Soyez vigilants, prenez soin de vous et restez en sécurité pour les deux prochains jours", a prévenu dans un tweet le ministre en chef du Bengale occidental, Mamata Banerjee.

  • IPR

    [Les images du passage du cyclone Fani sur les réseaux]

  • IPR

    [Coupés du monde] 

    L'eau courante est coupée, l'électricité est coupée, les communications sont coupées. Fani a tout arraché sur son passage, l'est de l'Inde est donc coupée du monde. le météore a ensuite pris la direction du nord-est perdant de sa puissance mais continuant à faire des dégâts en direction de Calcutta. 

  • IPR

    [Le cyclone Fani avance vers Calcutta et le Bangladesh, au moins 8 morts] 

    Le bilan s'est alourdit ces dernières heures passant de trois à huit morts dont un adolescent écrasé par un arbre et une femme frappée par des débris de béton. 

    Rafales de vent dépassant 200 km/h, des pluies torrentielles, Fani est le cyclone le plus puissant à s'abattre sur la région ces dernières année (cliquez ici pour voir la vidéo)

  • IPR

    Bonjour, bonjour, nous continuons à vous informer sur le cyclone Fani, nous sommes en live, suivez-nous ! 

À propos

Les autorités ont fait état en début de journée d'au moins trois personnes tuées en raison du cyclone qui a touché terre à 8H00 locales (2H30 GMT) dans l'Etat de l'Odisha, au sud de Calcutta. Des vents de 175 à 180 km/h étaient enregistrés et les services indiens de météorologie ont averti qu'ils pourraient dépasser 200 km/h, la force d'un cyclone de catégorie 3 ou 4.

Lire aussi, notre LIVE de la veille => Inde : le cyclone Fani menace des millions de personnes

Le cyclone Fani a touché terre à Puri, ville côtière de 200.000 habitants célèbre pour son temple de Shree Jagannath, l'un des plus sacrés de l'hindouisme et qui accueille des millions de pèlerins chaque année. Battue par les vents, Puri ressemblait à une ville fantôme, a constaté l'AFP. L'électricité et l'eau étaient coupées dans la plupart des quartiers. Les boutiques avaient baissé leurs rideaux. Des centaines d'arbres ont été déracinés aux environs. "Tout est devenu noir d'un coup", a témoigné un homme qui s'était abrité dans un hôtel, "les stands de nourriture et les enseignes se sont envolés".

Calcutta menacée

Le cyclone devrait traverser des zones peuplées de plus de 100 millions d'habitants, se dirigeant vers le nord-ouest depuis l'Odisha pour traverser le Bengale occidental, où la capitale Calcutta pourrait être touchée samedi, avant d'atteindre le Bangladesh en s'affaiblissant progressivement. Avant son arrivée, les autorités indiennes ont ordonné l'évacuation de plus d'un million de personnes dans l'Odisha (46 millions d'habitants au total) et au Bengale occidental.

Le Bangladesh a placé son armée en état d'alerte et émis des ordres d'évacuation dans 19 districts côtiers.

Selon les services météorologiques, les eaux pourraient monter d'un mètre et demi dans l'Odisha et inonder des zones basses où quelque 10.000 personnes avaient été tuées par un cyclone en 1999.

Au Bengale occidental, des équipes spéciales passaient dans les villages de vacances en demandant aux touristes de se mettre à l'abri. Des mesures de précaution ont également été prises dans les Etats côtiers de l'Andhra Pradesh, au sud de l'Odisha, et du Tamil Nadu, où vivent respectivement 50 et 70 millions de personnes.

Les services indiens de la protection civile ont diffusé des images d'arbres déracinés le long du littoral de l'Andhra Pradesh.

Trains à l'arrêt

Les principaux aéroports ont été fermés au moins jusqu'à samedi dans l'Odisha et le Bengale occidental. Quasiment tous les trains sont à l'arrêt. Trois trains spéciaux ont néanmoins effectué des trajets vers Puri pour évacuer pèlerins et touristes. Les ports ont été fermés mais la marine indienne a envoyé six navires dans la zone. Le principal producteur de pétrole et de gaz indien, ONGC, a évacué quelque 500 employés de plateformes en mer.

Les services météorologiques indiens ont averti du risque de "destruction totale" pour les maisons aux toits de chaume, ainsi que d'inondations et de dommages pour les récoltes.

Plus de 3.000 centres d'accueil ont été mis en place dans des écoles et bâtiments publics, prêts à recevoir plus d'un million de personnes. Les autorités se tiennent prêtes à larguer plus de 100.000 paquets de nourriture déshydratée si nécessaire. Au Bangladesh plus de 4.000 abris anticycloniques ont été ouverts, selon un responsable des secours, Mohammad Hashim.

Dans la ville indienne de Puri, quelques milliers d'habitants ont ignoré les ordres d'évacuation. Certains sont allés s'abriter dans des écoles ou des hôtels. "Nous allons juste rester pour la journée jusqu'à ce que le cyclone soit passé", confie Krishna Chandra Sahu, âgé de 43 ans et venu avec sept membres de sa famille s'installer dans un hôtel.

L'est et le sud-est de l'Inde sont régulièrement balayés par des tempêtes tropicales entre avril et décembre. En octobre, quelque 300.000 personnes avaient été évacuées dans les districts côtiers de l'Odisha frappés par le cyclone Titli, qui avait fait au moins deux morts. En 2017, quelque 250 personnes avaient été tuées et plus de 600 avaient disparu au moment du passage du cyclone Ockhi dans le Tamil Nadu et le Kerala. Outre les 10.000 personnes tuées, le cyclone de 1999 avait provoqué des dommages évalués à 4,5 milliards de dollars.

www.ipreunion.com avec l'AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !

Illustration : Kwa Films

Kwa Films

37 reportage(s)