Un stage pour vaincre sa phobie :

En octobre, luttez contre votre peur de l'avion


Publié / Actualisé
Après la Corse fin mars 2019, le stage "Peur dans l'avion" se lance à l'assaut des DOM-TOM avec comme première étape : La Réunion, le week-end du 26 octobre 2019. Il va donc falloir être un peu patient, mais ce stage pourrait être une solution pour aider ceux qui n'arrivent pas à passer la porte d'embarquement. (Photo d'illustration RB/www.ipreunion.com)
Après la Corse fin mars 2019, le stage "Peur dans l'avion" se lance à l'assaut des DOM-TOM avec comme première étape : La Réunion, le week-end du 26 octobre 2019. Il va donc falloir être un peu patient, mais ce stage pourrait être une solution pour aider ceux qui n'arrivent pas à passer la porte d'embarquement. (Photo d'illustration RB/www.ipreunion.com)

Coeur qui s’emballe, respiration qui se bloque, crise d’angoisse au décollage et à l’atterrissage, insomnies avant le voyage, panique à la moindre turbulence… pour les Réunionnais qui veulent quitter l'île ne serait-ce que le temps de quelques jours, le moindre déplacement peut être un vrai cauchemar à cause de la phobie de l’avion.

Nicolas Coccolo, formateur et ancien pilote de l'armée de l'air, assurait des stages à distance, en visio, c'est là qu'il a eu l'idée de venir proposer ses formations à La Réunion : "Quand on vit sur une île et qu'on a peur de l'avion, c'est loin d'être pratique... J'ai eu 6 stagiaires qui étaient dans ce cas, ce sont eux qui m'on conseillé de venir faire des stages à La Réunion."

La plupart des stages pour lutter contre la phobie de l’avion utilisent des simulateurs de cockpit. Mais très peu de passagers se retrouvent assis aux commandes d’un Airbus ou d’un Boeing... Fort de ce constat, "Peur de l’avion" a mis au point des scénarios en réalité virtuelle, où les stagiaires seront immergés dans l’ambiance d’un aéroport, et pourront faire un vol complet en cabine passager grâce à cette nouvelle technologie. L’intégration de la réalité virtuelle en stage présentiel est une première mondiale.

Cours d'information, psychologie, et mise en situation

Trois étapes constituent cette journée de stage.

  • Des informations techniques délivrées par un pilote de ligne qui permettent au stagiaire de comprendre comment se prépare et s’effectue un vol commercial. Cette partie est gérée par Nicolas Coccolo lui-même, qui fournit des informations sur les bruits, les turbulences, la maintenance des appareils... Objectif : rationaliser.
  • Une discussion avec un psychologue, pour aborder l’aspect psychologique de la phobie de l’avion et déconstruire les blocages. Cela passe notamment par des exercices de relaxation.
  • Un scénario en réalité virtuelle, qui accompagnera le stagiaire de l’entrée de l’aéroport jusqu’à l’atterrissage de l’avion. Il passera par toutes les phases d’un vol, comme le passage du contrôle de sécurité, l’embarquement, le vol complet en cabine passager - côté hublot - et l’atterrissage.

Nicolas Coccolo met en avant l'efficacité de cette technique : "95% de nos stagiaires reprennent l'avion". Un point essentiel selon lui : suivre les stagiaires après la fin de la formation. "Parfois je reçois 15 appels par jour, parce que je demande aux stagiaires de me prévenir quand ils ont acheté un billet d'avion, pour les suivre et les encourager dans ce retour en altitude". Il prévient cependant : "attention, je n'ai pas de baguette magique. On leur donne les outils en main, mais après il est essentiel de les mettre en application".

Le stage dure donc une journée soit 8h de cours. Il faut cependant avoir les moyens de s'offrir ce stage : sur l'île, il coûte 500 euros. Pour les intéressés, les réservations peuvent se faire dès maintenant sur le site du club.

56% des Français ont peur de prendre l'avion

Selon une étude réalisée en 2018, 56% des Français ont peur de prendre l’avion. Pour certains, il s'agit d'une appréhension maîtrisable, mais pour environ 30% de la population au contraire, l'avion provoque une véritable peur panique : on parle d’aérodromophobie.  Dans ce cas, les personnes sont contraintes de renoncer d’embarquer ou de vivre un vol particulièrement éprouvant.

Nicolas Coccolo a voulu organiser ce stage à La Réunion fin octobre pour se rapprocher des vacances d'été austral. Il envisage ensuite de se rendre en Guadeloupe et en Martinique.

mm/www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !