Peu de candidats s'en servent :

Élections européennes : la grande panne des panneaux d'affichage


Publié / Actualisé
J-5 avant les élections européennes. Dernière ligne droite d'un scrutin qui intéresse peu, d'une campagne molle, et d'une belle gabegie financière car cette année on compte 34 listes en lice pour siéger au Parlement européen, un record. 34 listes, un casse tête pour les communes qui ont dû installer des panneaux d'affichage en rab, ce qui leur a coûté une blinde. Certains édiles ont choisi de faire de la récup', d'autres ont dû investir. Le comble, c'est qu'au final, la grande majorité de ces panneaux est vide. Manque de moyens des petits partis, mais pas que, et si en fait, c'était eux qui avaient tout compris ? (photo rb/www.ipreunion.com)
J-5 avant les élections européennes. Dernière ligne droite d'un scrutin qui intéresse peu, d'une campagne molle, et d'une belle gabegie financière car cette année on compte 34 listes en lice pour siéger au Parlement européen, un record. 34 listes, un casse tête pour les communes qui ont dû installer des panneaux d'affichage en rab, ce qui leur a coûté une blinde. Certains édiles ont choisi de faire de la récup', d'autres ont dû investir. Le comble, c'est qu'au final, la grande majorité de ces panneaux est vide. Manque de moyens des petits partis, mais pas que, et si en fait, c'était eux qui avaient tout compris ? (photo rb/www.ipreunion.com)

Panneau cherche affiche désespérément

Si les petits partis ne s’affichent pas sur les panneaux, c’est, la plupart du temps, pour une question de moyens plus que de conviction. L’installation des panneaux incombe aux maires mais la pose des affiches, c’est bien aux candidats de la gérer. Et pour les petits partis, cette histoire d’affiche serait un sacré trou dans le budget campagne surtout que la condition sine qua non pour qu’ils soient remboursés des frais campagne engagés est d’atteindre les 3% au scrutin. L'autre problématique à laquelle ils sont confrontés, c'est la difficulté à trouver les militants pour coller les affiches électorales, pour ces petites formations, faire appel à un prestataire pour le collage est totalement exclu.  

Faire campagne sur la toile, la bonne idée des petits candidats 

Alors plutôt de que de miser sur ces affiches qui leur coûteraient un bras, les petits partis investissent les réseaux sociaux et ils ont bien raison car aujourd’hui, qui regarde encore ces affiches électorales? Rares sont les passants qui s’arrêtent devant et prennent le temps de les décrypter, on a fait le test, on ne retient rien.

À l’ère où les réseaux sociaux sont rois, on peut douter de l’efficacité des affiches électorales. Elles paraissent obsolètes dans ce monde 2.0 et restent assez coûteuses. De plus, plus le temps passe, moins elles sont informatives. Les visages des candidats et des membres de leurs listes prennent de plus en plus de place et leurs programmes sont réduit à quelques lignes, enfin, ça c’est dans le meilleur des cas, la plupart du temps, ils n’apparaissent même plus ! C’est assez symptomatique d’une peopolisation de la politique, les candidats préfèrent se mettre en avant plutôt que leur programme. Comme si les électeurs votaient au faciès, pas du tout réducteur comme principe…

Ceux pour qui ça a foiré 

Parfois, certaines organisations poussent le vice au point de mettre les visages des ténors des partis alors qu’ils ne sont qu'en toute fin de liste. Ce qui est par exemple le cas de l’affiche de la France insoumise. On voit Jean-Luc Mélenchon poser fièrement aux côtés de Manon Aubry, la numéro un de la liste FI.

Même chose du  côté du Rassemblement national (RN) Marine Le Pen et Jordan Bardella, la tête de liste du Rassemblement national regardent dans la même direction sur l’affiche électorale du parti pour les européennes alors que la patronne RN n’apparaît qu’à la 78ème place de la liste sur 79 !

Et il y a les partis qui n’ont aucun scrupule. Dans la première version de l’affiche de la liste Renaissance (qui roule pour le parti présidentiel), Stéphane Bijoux, le Réunionnais numéro 10 de la liste apparaissait souriant derrière la tête d’affiche Nathalie Loiseau. Et bien dans la deuxième version de l’affiche, il avait disparu. Plus aucun représentant des Outre-mer. On n'a jamais su pourquoi... Cela peut paraître anecdotique mais vu le tollé médiatique que ça a suscité, on peut dire que c’était une belle erreur de communication pour l’un des seuls partis en lice qui est encadré par des communicants professionnels, un comble !

Emmanuel Macron s'invite dans la campagne 

Et encore, ce n’est pas là le plus gros scandale, il y a eu une troisième version de l’affiche de la liste Renaissance et cette fois aucun membre de la liste Renaissance n’y apparaît. On y voit le président de la République, tout sourire, regardant vers l’horizon, l’œil vif et on peut lire "en marche pour l’Europe ! Le 26 mai, je vote Renaissance". Une blague ! La liste et ses membres sont relégués au second plan, remplacés par un Jupiter triomphant qui assoit encore un peu plus son pouvoir et qui semble très à l’aise avec le mélange des genres.

Les affiches électorales devenues ringardes 

Les affiches électorales, de plus en plus has been et surtout de plus en plus polémiques, est-ce vraiment encore la peine d’installer ces panneaux, véritables gouffres financiers inefficaces ? Et quid de l’écologie dans tout ça, c’est bien beau d’imprimer tout ce papier et après le 26 mai, on en fait quoi ? Pour la petite histoire, la liste Urgence écologie a imprimé près de 160 000 affiches électorales, un comble pour ce parti qui prône l'écologie et la la protection des arbres. 

fh/www.ipreunion.com

   

2 Commentaire(s)

Fi, Posté
Fake news! Jean Luc Mélenchon est bien sur la liste des européennes bien qu en position non éligible. Relisez la liste
Le Sudiste, Posté
En bref c'est le même genre d'affiche que depuis qu'existent ces élections. Les chefs de parti présents, les différentes versions, etc. Encore un article qui ne fait que critiquer sans aucune vraie analyse, même si on peut être d'accord sur la nécessité de ne pas gaspiller de papier. Et pas sur que le parti socialiste, les Républicains, le RN, la France Insoumise n'aient pas de "vrai communicant" dans leurs rangs.
Illustration : Kwa Films

Kwa Films

37 reportage(s)