Nombreuses réactions des élus réunionnais (actualisé) :

Saint-Benoît : Jean-Claude Fruteau démissionne de sa fonction de maire pour raisons de santé


Publié / Actualisé
"Jean-Claude Fruteau a annoncé sa démission, pour raisons de santé, du mandat de maire que lui avaient confié le conseil municipal et les habitants de Saint Benoît" annonce son service de communication. Cette décision sera effective dès son acceptation par le préfet de La Réunion. "En vertu de l'article 1er de l'ordonnance n° 2020-413 du 8 avril 2020 visant à assurer la continuité de l'exercice des fonctions exécutives locales durant l'état d'urgence sanitaire, Monsieur Jean-Claude Fruteau sera remplacé dans ses fonctions par Madame Herwine Boyer-Pitou, 1ère adjointe" souligne le communiqué de presse. Jean-Claude Fruteau a été maire de Saint-Benoît une première fois de 1983 à 1999, avant d'être réélu en 2008. Il a aussi était élu député européen en 1990, et député de la 5ème circonscription de La Réunion en 2007. Il n'était pas candidat à sa réélection pour les Municipales de 2020. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
"Jean-Claude Fruteau a annoncé sa démission, pour raisons de santé, du mandat de maire que lui avaient confié le conseil municipal et les habitants de Saint Benoît" annonce son service de communication. Cette décision sera effective dès son acceptation par le préfet de La Réunion. "En vertu de l'article 1er de l'ordonnance n° 2020-413 du 8 avril 2020 visant à assurer la continuité de l'exercice des fonctions exécutives locales durant l'état d'urgence sanitaire, Monsieur Jean-Claude Fruteau sera remplacé dans ses fonctions par Madame Herwine Boyer-Pitou, 1ère adjointe" souligne le communiqué de presse. Jean-Claude Fruteau a été maire de Saint-Benoît une première fois de 1983 à 1999, avant d'être réélu en 2008. Il a aussi était élu député européen en 1990, et député de la 5ème circonscription de La Réunion en 2007. Il n'était pas candidat à sa réélection pour les Municipales de 2020. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Les réactions à La Réunion :

• Nassimah Dindar, sénatrice : "Jean-Claude Fruteau vient d'annoncer sa démission en tant que maire de Saint-Benoît, lui qui avait déjà exprimé sa lassitude. Fidèle à son histoire, c'est avec panache que Jean-Claude Fruteau a décidé de mettre un terme à sa carrière politique. C'est une page qui se tourne, pour Saint-Benoît comme pour La Réunion. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Car si Jean-Claude Fruteau est surtout connu pour sa carrière de maire de Saint-Benoît, il a aussi occupé divers mandats locaux (conseiller départemental, conseiller régional) que nationaux (député et député européen). Il fut même un temps pressenti pour entrer au Gouvernement, après la victoire à la présidentielle de François Hollande.

Les Bénédictins se rappelleront d’un maire qu’ils ont aimé, qu’ils ont toujours réélu depuis 1983. Sous son impulsion, Saint-Benoît deviendra une ville moderne, attractive, avec une population passant de 23.000 à 37.000 habitants. Ville des " eaux vives ", Saint-Benoît a su conserver son âme de terroir tout en s’ouvrant sur le tourisme pédestre ou équestre. Jamais le "beau pays" n’aura mérité son appellation que sous ses divers mandats.

Même s’il a porté haut les couleurs du Parti Socialiste à La Réunion, dont il fut l’un des membres fondateurs, il fut aussi et surtout l’homme du consensus. Seul primait à ses yeux l’intérêt général, celui de La Réunion et des Réunionnais. Les intérêts particuliers, ou les intérêts partisans étaient toujours relégués au second plan.

A titre personnel aussi, je lui dois beaucoup. Il fut mon professeur de français. C’est lui qui m’a enseigné l’esprit critique. C’est lui qui m’a doté des ailes grâce auxquelles j’ai pu m’envoler de la cage qui m’était destinée. Je lui conserve et lui conserverai une amitié, une reconnaissance et une fidélité indéfectibles.

Je lui souhaite désormais de passer une belle et paisible retraite, entouré de ceux qu’il aime, sa femme, ses enfants, ses petits-enfants, une retraite, où comme le disait son cher Voltaire, il pourra "se réfugier après les orages de la vie". Sa sagesse, son altruisme, son empathie manqueront indéniablement à la vie politique réunionnaise."

• Patrice Selly, élu du conseil municipal de Saint-Benoît : "Une page se tourne à Saint-Benoît... Pour des raisons personnelles, que chacun doit respecter, Jean-Claude Fruteau a choisi de démissionner. Je veux rappeler à cette occasion, au-delà des désaccords, le respect que j’ai pour celui qui fût un grand maire et un grand parlementaire. Jean-Claude Fruteau aura marqué, de façon incontestable, la vie de notre commune. C’est bien lui qui a su, autrefois, faire de Saint-Benoît la dynamique Cité des Eaux Vives.

Ce n’est pas en oubliant les belles pages de notre passé que nous construirons un meilleur avenir. Celui que nous devons offrir, plus que jamais, aux Bénédictins."

• Cyrille Melchior, président du Conseil départemental : "Dans ces temps troubles, Jean-Claude Fruteau, monument de la vie politique réunionnaise qui a su porter la voix de La Réunion au Parlement Français comme Européen a pris la décision courageuse de prendre sa retraite politique et de confier les rênes de la commune à sa première adjointe, Herwine Boyer.

Jean-Claude Fruteau est l’un des maires qui a su inspirer à beaucoup d’élus de ma génération à La Réunion, bien que nous ne partagions pas la même orientation politique, des valeurs qui pour moi sont essentielles, celle de la recherche du consensus, celle du travail, du pragmatisme et du bon sens dans l’action publique.

Parce qu’il aimait La Réunion, parce qu’il aimait les Réunionnais, parce qu’il aimait l’Est de l’île et en particulier Saint-Benoît. Je sais que l’histoire retiendra de Jean-Claude Fruteau son humanisme, sa méthode, et son action toujours ancrée autour de cette idée qui m’anime aujourd’hui, celle de rassembler, de se concerter et d’agir pour les autres.

La Collectivité que je préside, parce que les temps que nous traversons sont trop graves, travaillera bien entendu et sans délai avec Madame Herwine Boyer parce que l’urgence sociale et l’intérêt supérieur nous l’imposent.

Enfin, je tiens à dire à mon ami Jean-Claude Fruteau, merci pour son action et bravo pour le courage qui a été le sien dans ces temps si particuliers pour nous tous.

Je souhaite à Jean-Claude Fruteau et à ses proches de pouvoir profiter pleinement des moments en famille, ce qui est si rare et si précieux pour nous élus."

• André Thien Ah Koon, maire du Tampon : "C’est avec un sentiment de gravité que je prends connaissance de la décision de notre collège Jean-Claude Fruteau de démissionner de sa fonction de maire de Saint-Benoit.

Cette décision qu’il est amené à prendre pour raison de santé est un acte éminemment respectable qui démontre la haute conception qu’a toujours eu Jean Claude Fruteau de l’engagement politique. Un engagement marqué par les valeurs d’honnêteté et de sincérité.

Bien que n’appartenant pas au même camp politique, j’ai eu l’occasion de coopérer avec lui lorsqu’il s’agissait de défendre la cause de La Réunion.
J’ai notamment en mémoire le combat difficile mené à l’époque pour la bi- départementalisation, et j’ai pu apprécier à cette occasion toute la valeur que Jean Claude Fruteau accorde à la parole donnée.

Homme de conviction et de grande culture, Jean Claude Fruteau a milité pour ses idées et porté très haut les couleurs de son parti auquel il était très attaché. Mais il a été aussi un grand élu, comme maire de Saint-Benoit, comme Conseiller général, comme Député à l’Assemblée nationale, comme Député au Parlement européen où il s’est illustré dans ses combats pour défendre la filière canne sucre.

Au moment où il prend une décision forcément douloureuse l’éloignant de l’action publique et de sa ville de Saint-Benoit qu’il a servi avec passion durant de nombreuses années, je lui souhaite tous mes vœux de santé et de fierté pour le travail accompli pour une population pour laquelle il s‘est tant donné et qui le lui a rendu par sa fidélité."

• Michel Fontaine, maire de Saint-Pierre : "Je rends hommage à Jean-Claude Fruteau qui a souhaité se retirer de la vie politique en démissionnant ce jour de son mandat de maire de Saint-Benoît pour raison de santé après 30 ans de vie politique.

Jean-Claude Fruteau a ceint pour la première fois son écharpe de maire de Saint-Benoît en 1983, élu député européen en 1990 puis député de La Réunion en 2007 il avait été réélu maire en 2008.

Cette fonction nécessite un engagement au quotidien pour gérer et porter les projets d’une commune. Elle impose de faire don de temps, don de soi et lorsque cela ne se révèle plus possible pleinement, il faut avoir la passion de la chose publique suffisamment ancrée, pour le reconnaître afin que le travail accompli puisse ne jamais avoir été vain."

• La Fédération socialiste réunionnaise : "C’est avec passion que Jean-Claude Fruteau s’est engagé dans la politique locale et devient Premier Secrétaire Fédéral du Parti socialiste de la Réunion en 1981, et ce jusqu’à 2000. Conseiller général en 1982, Maire de Saint-Benoît en 1983 et toujours réélu, Conseiller régional en 1983, Vice- Président du Conseil général en 1994, Député européen en 1999, Député en 2007...

Sa fidélité aux valeurs progressistes et à la lutte contre les inégalités sociales a été le marqueur de son action politique à la tête du Parti Socialiste de la Réunion, comme Parlementaire et bien sûr, comme Maire de Saint-Benoit, depuis toujours.

Sa place dans la vie politique locale ne s’effacera pas. Il reste un exemple auprès de tous les militants socialistes pour la force de son engagement"

• Ericka Bareigts, députée : "La démission de mon collègue Jean-Claude FRUTEAU de sa fonction de maire est une triste nouvelle pour la ville de Saint-Benoît, pour La Réunion et pour le Parti Socialiste de La Réunion.

En tant qu’élu, il a su participer au développement de notre île, à la défense de la filière canne et à la valorisation de notre île en étant député au parlement européen d’une part, et à l’Assemblée nationale d’autre part par ses fonctions de député puis en présidant la Délégation aux Outre-mer.

Il a également implanté durablement le Parti Socialiste à La Réunion en assurant le poste de premier secrétaire fédéral de 1981 à 2000. Pionnier du socialisme dans notre île, nous lui devons aujourd’hui le partage de nos valeurs de progressisme, de solidarité et d’égalité par une grande partie de la population.

Je salue le parcours de l’homme politique et de l’ami qui a su se mettre au service de notre île et conseiller notre nouvelle génération d’élus socialistes à La Réunion. Merci Jean- Claude !"

• Gilbert Annette, maire de Saint-Denis : "Je tiens d’abord à souhaiter un prompt rétablissement à Jean-Claude FRUTEAU qui vient de démissionner de son mandat de Maire de la commune de Saint-Benoit. Près de 40 ans de combat politique nous réunit, puisque déjà en 1981, je partage avec lui une affiche électorale en tant que suppléant lors des élections législatives de juin. Avec Jean-Claude FRUTEAU, nous n’avons cessé, au cours d’un long parcours militant, de promouvoir un idéal progressiste et humaniste.

A sein du parti socialiste d’abord dont l’implantation à la Réunion lui doit beaucoup. 1er secrétaire de 1981 à 2000, il en fut l’un des plus brillants artisans, comme il fut lors de ces différents mandats politiques, l’une des voix authentiques pour le progrès et l’égalité sociale à La Réunion. Pendant ces 5 mandats de Maire, à la tête de conseils municipaux de rassemblement, Jean-Claude FRUTEAU a mis en œuvre des projets majeurs de développement pour cette ville/sous-préfecture de l’Est et ses habitants.

Plusieurs fois élu député de la 5ème circonscription, conseiller général et régional, il marque de manière indélébile, par son engagement, l’histoire politique de notre île. Au parlement européen, où il siégea en tant que député et 1er vice-Président de la commission de l’agriculture et développement rural, il sut aussi porter, au plus haut niveau, avec justesse, la voix et les revendications du monde agricole réunionnais."

• Jean-Paul Virapoullé, maire de Saint-André : "Cher Jean-Claude,j’ai appris avec tristesse ta décision de mettre un terme à ton action politique, pour raison de santé. Je voudrais tout simplement te dire MERCI d’avoir participé  aussi bien à la mairie de Saint-Benoît, qu'à l’Assemblée Nationale ou encore au Parlement Européen  à la construction institutionnelle, économique et sociale de la Réunion, sur la base de tes convictions et non sur celles d’un plan de carrière. Cela est si rare de nos jours… Merci également d’avoir partagé avec moi une Amitié tout aussi sincère que discrète. Bien amicalement à toi"

• Farid Mangrolia : "Chef de parti, Maire, Parlementaire, Conseiller Régional, Président du Con-seil Général ou encore Député Européen, Jean-Claude Fruteau aura connu presque tous les mandats électifs et aura été pendant longtemps un acteur politique majeur de La Réunion, de sa circonscription et de sa commune Saint-Benoit.

Il vient de laisser son fauteuil après de nombreuses années au service de la population. Je luis souhaite un bon nouveau départ pour sa nouvelle vie auprès des siens.

Je tiens également à adresser mes meilleurs salutations à
Madame Herwine Boyer-Pitou qui vient de lui remplacer."

   

5 Commentaire(s)

Carine, Posté
Lol, beaucoup ont craché sur ce maire qui a détruit Saint Benoît, il suffit de voir la réalité, et là, ils le sucent. Bande de hypocrites !
Dodo, Posté
Ces un grand comédien et hypocrite ce selly tout ça pour récupérer les sympathisants de Fruteau .court toujours derrière selly ont t attend aux tournant pour les élections municipales.
Candide, Posté
C'est étonnant que TAK ne fasse pas le lien avec sa situation personnelle. N'est il pas temps pour lui aussi de partir dignement ?
CATAN, Posté
Celui qui n'a rien fait pour les bénédictins, celui qui a laissé une ville dortoir, sans âme ! Bravo je ne vous féliciterai point
La vérité si je mens !, Posté
Peu m'importe ce qu'il va se passer, même si c'est une catastrophe ???
Ce gars doit se marrer !