[LIVE] Koz avec le maire de Saint-Joseph :

Rachat de Vindémia : "c'est une mainmise sur l'économie de La Réunion", regrette Patrick Lebreton


Publié / Actualisé
Patrick Lebreton est l'invité d'Imaz Press pour le quatrième entretien de son nouveau format d'interview en Facebook live. Pendant une vingtaine de minutes, il répondra à vos questions en direct, après un premier temps de questions-réponses avec nos journaliste. L'occasion pour vous de lui poser toutes vos questions sur l'actualité saint-joséphoise, le déconfinement de La Réunion, les clés de sortie de la crise ou encore l'autorisation de rachat de Vindémia par le groupe Bernard Hayot. Rendez-vous sur notre page Facebook Imaz Press Réunion (Page officielle) pour pouvoir l'interroger. (Photo rb/www.ipreunion.com)
Patrick Lebreton est l'invité d'Imaz Press pour le quatrième entretien de son nouveau format d'interview en Facebook live. Pendant une vingtaine de minutes, il répondra à vos questions en direct, après un premier temps de questions-réponses avec nos journaliste. L'occasion pour vous de lui poser toutes vos questions sur l'actualité saint-joséphoise, le déconfinement de La Réunion, les clés de sortie de la crise ou encore l'autorisation de rachat de Vindémia par le groupe Bernard Hayot. Rendez-vous sur notre page Facebook Imaz Press Réunion (Page officielle) pour pouvoir l'interroger. (Photo rb/www.ipreunion.com)

Suivez l'interview en direct du maire de Saint-Joseph Patrick Lebreton :

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

  • IPR

    La ville de Saint-Joseph mobilisée dans la crise Covid

    "Nul n'est parfait mais il suffit d'aller sur notre site pour voir tout ce qu'on a réalisé" note Patrick Lebreton. "Dès le départ nous avons mis un point central en mairie pour faire le point chaque jour. On enregistre 4000 réceptions d'appels dans les CCAS, on a distribué des colis alimentaires en lien avec le président du Département Cyrille Melchior".

    Par ailleurs la commune est à la première à avoir fait confectionner des masques par les associations.

    "S'il y a une reprise du Covid, il y aura un reconfinement, il faudra porter le masque, maintenant on en a les moyens. Le respect des distances reste capital, on l'a appliqué hier en conseil municipal."

  • IPR

    Davantage d'accueil pour les questions sociales à Saint-Joseph

    Trois projets actuels à développer :

    - le grand pôle du centre ville

    - à Vincendo via un centre social dans lequel les gens peuvent trouver des réponses sur les besoins sociaux

    - des maisons pour tous, d'accueil et de proximité dans les différentes zones comme Langevin

    "J'estime que l'Education nationale ne peut plus répondre à elle toute seule aux besoins de formation" note le maire, en appelant alors aux éducateurs volontaires. "Nous avons des études à mener pour les projets à venir. Le lycée agricole à l'entrée de Saint-Joseph sera déplacé pour prendre moins de terrain agricole. Cela pourrait permettre d'offrir une nouvelle ville, pourquoi pas un éco-quartier."

  • IPR

    Plus de locaux dans les autorités décisionnelles

    Pour Patrick Lebreton, il faut mettre rapidement sur la table les questions de monopole et de concurrence.

    "Si on a envie qu'il y ait des décisions par les autorités qui comprennent mieux le terrain local, peut-être qu'il faut mettre des locaux dedans."

  • IPR

    Le rachat de Vindémia, une mauvaise chose

    "C'est une mainmise sur l'économie de La Réunion", regrette Patrick Lebreton sur l'autorisation de rachat de Vindémia par le Groupe Hayot. 

    "Je n'attaque pas l'autorité de la concurrence, je dis que la manière dont elle a été structurée fait qu'elle vient de Paris. Elle ne connaît pas les spécificités de La Réunion. Il faut retrouver un équilibre par la loi."

    Concernant la baisse des prix promise par le Groupe Hayot, Patrick Lebreton dit y croire "peut-être pour le premier mois". 

  • IPR

    Un meilleur équilibre dans les décisions 

    "Le Réunionnais est capable. Il faudrait un meilleur équilibre avec les décisionnaires de métropole", dit Patrick Lebreton tirant une leçon de gestion de la crise de coronavirus à La Réunion.

  • IPR

    Préparer la rentrée scolaire du 17 août

    Premier maire à refuser de rouvrir les écoles de sa commune le 18 mai, Patrick Lebreton est optimiste pour la rentrée du mois d'août. "J'espère que l'école va rouvrir le 17 août. Si on a fait ça, c'est reculer pour mieux pour mieux sauter. Il vaut mieux se consacrer à préparer la rentrée prochaine, on aura une meilleure connaissance de l'épidémie."

  • IPR

    Saint-Joseph et La Réunion "dans une nouvelle ère"

    "J'entame mon quatrième mandat. J'avais dit que c'est une nouvelle ère, on est en train de préparer le relais. Notre société a changé depuis 2001", constate Patrick Lebreton, intronisé maire pour la quatrième fois hier. "La crise pose plein de problématiques. On est dans l'obligation de trouver des éléments d'anticipation."

     

A propos

- Nout linvité i répon azot -

Pendant 30 à 45 minutes, une fois par semaine, Imaz Press interviewera désormais en direct diverses personnalités. Après un premier temps de questions-réponses entre notre interlocuteur et notre journaliste d'une dizaine de minutes, ce sera à votre tour de poser toutes vos questions. Politiciens, spécialistes, institutions... Nos journalistes leur donneront la parole, tout en leur posant les questions de nos internautes en direct.

Après Olivier Hoarau, Ibrahim Patel et DJ Sebb, c'est Patrick Lebreton, le maire de Saint-Joseph, qui répond à nos questions et surtout aux vôtres.

Réélu dès le 1er tour des élections municipales le 15 mars dernier, Patrick Lebreton n'a pas à se soucier de faire campagne pour le 2nd tour prévu le 28 juin prochain. Nous l'interrogerons toutefois sur la tenue du scrutin à cette date-là et plus généralement sur le reprise progressive de l'activité. 

Au lendemain du déconfinement, l'élu Saint-Joséphois se fendait d'une lettre ouverte faisant le constat d'une société réunionnaise faillibe au devant de la crise. "La crise sanitaire a révélé une crise de notre système. Nous en avons payé le prix", indiquait-il. "Nous avons été les otages de notre dépendance aux importations et aux spéculations."

Des mots qui résonnent encore plus, deux jours après l'autorisation de rachat de Vindémia par le Groupe Bernard Hayot, donnée par l'autorité de la concurrence. 

Cet entretien sera l'ocassion de revenir sur cette actuaité, celle de la scéne politique réunionnaise, ainsi que d'aborder quelles sont selon lui les réflexions à mener et mesures à prendre pour sortir de la crise.  

   

1 Commentaire(s)

Pour sont-ils aussi xénophobes, Posté
Alors que des monopoles Réuniono-réunionnais sucent l'argent de nos îliens depuis toujours et que ces monopoles s'arrangent en achetant des franchises mais sans les exploiter pour interdire la saine concurrence
Je pense bien sur à l'empire Ravate mais il y a à d'autres
Allez amis posteurs dénoncez les !