Tribune libre de Jean Claude Comorassamy :

Les vrais sujets des hôpitaux à peine abordés


Publié / Actualisé
Comme la patrouille de France, formation emblématique de l'armée de l'air, au couleur tricolore, qui a survolé le 14 juillet, certains hôpitaux de l'hexagone durement impactés par la crise sanitaire, rendant hommage aux soignants... Or, le Ministre de la santé au " Ségur de la santé " après ses annonces d'un plan de revalorisation salariale à tous les hospitaliers et à l'EHPAD, il y a une semaine, vient de survoler les vrais sujets structurels des hôpitaux, mais il annonce quand même trente-trois mesures ce mardi. (photo rb/www.ipreunion.com)
Comme la patrouille de France, formation emblématique de l'armée de l'air, au couleur tricolore, qui a survolé le 14 juillet, certains hôpitaux de l'hexagone durement impactés par la crise sanitaire, rendant hommage aux soignants... Or, le Ministre de la santé au " Ségur de la santé " après ses annonces d'un plan de revalorisation salariale à tous les hospitaliers et à l'EHPAD, il y a une semaine, vient de survoler les vrais sujets structurels des hôpitaux, mais il annonce quand même trente-trois mesures ce mardi. (photo rb/www.ipreunion.com)

Des lits à la demande, réduction de la part de tarification à l’activité (T2A), développement de la télé-consultation…etc. L’objectif dit le Ministre de la santé, est d’améliorer le système de santé français, le rendre plus réactif notamment en cas de nouvelle vague de Covid-19 et répondre aux besoins du personnel soignant.

Avec 19 milliards d'euros pour l'hôpital, soit 13 milliards de reprise de dette et 6 milliards pour des investissements qui doivent permettre d'améliorer l'équipement des établissements médico-sociaux, dont les EHPAD (2,1 milliards d'euros), de renforcer le numérique dans la santé en trois ans (1,4 milliard d'euros) et de financer des "projets hospitaliers prioritaires et des investissements ville-hôpital" (2,5 milliards d'euros)….etc. Mais, quelle sera la dotation pour la Réunion ?

Le ministre a aussi proposé d'"accélérer la réduction de la part de T2A" dans les finances des hôpitaux alors que sa suppression a été demandée, pour sortir de cette " logique comptable " ou " entreprise ". Sur ce point dit-il, une "expérimentation d'un modèle mixte de financement des activités hospitalières de médecine" sera lancée pour les territoires qui le souhaitent.

- Les leviers pour soigner les maux de l'hôpital -

Mais l’idée la plus pertinente revient à Mme Nicole Notat, à savoir garantir un plus grand "pouvoir d'initiative et décisionnel" accordé aux soignants et par des échanges accrus entre professionnels. Construction commune du planning, gestion des lits assouplie, coopération entre professionnels, implication plus étroite des ARS et associations de terrain, ainsi dit-elle ainsi " redonner du pouvoir d’initiative et de décision à celles et ceux qui soignent ". L’objectif principal visé de Mme Nicole Notat est de " libérer les établissements de santé et personnels d’un certain nombre de contraintes ". Mais à quand les actes concrets ?

 Alors, qu’en est-il d’une " gouvernance partagée et plus participative" ? Quelle réflexion pour l’ODAM (Objectif des Dépenses d’Assurance Maladie), du COPERMO (Comité interministériel de la Performance et de la Modernisation de l'offre de soins hospitaliers) et de la suppression définitive de la T2A ?
Finalité, la construction d’un système de santé unifié suppose une révision du mode de financement, de gouvernance et de dialogue. Voilà peut-être des leviers qui soigneraient nos hôpitaux de ces maux.

Jean Claude Comorassamy

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !