Après le réveillon portois du 31 décembre :

Le Port - Une voiture brûlée près du commissariat et un message de défi


Publié / Actualisé
Une voiture a été brulée à proximité immédiate du commissariat du Port dans la nuit du lundi 5 janvier au mardi 6 janvier 2015. L'incendie a éclaté dans la rue de l'ancienne Poste située à l'arrière du commissariat. Selon les premiers éléments d'enquête le feu aurait été allumé volontairement. Un tag défiant les forces de police et le maire Olivier Hoarau a en effet été laissé près du véhicule brûlé. Cet incendie intervient dans un contexte de polémique généré par le défilé qui a eu lieu pour le réveillon du 31 décembre. Un petit groupe de jeunes portant des masques et porteurs d'armes à feu - qu'ils affirment factices -, ont défilé dans le quartier Titan avant d'enflammer un tas de palettes en bois sur un chantier désert. "Ce n'était qu'une mise en scène, un défilé comme on en fait tous les ans pour le 31 décembre. C'était juste pour faire la fête. Les armes étaient factices et dans les bidons il y avait de l'eau pas de l'essence" martèlent sur les réseaux sociaux des jeunes ayant participé au défilé.
Une voiture a été brulée à proximité immédiate du commissariat du Port dans la nuit du lundi 5 janvier au mardi 6 janvier 2015. L'incendie a éclaté dans la rue de l'ancienne Poste située à l'arrière du commissariat. Selon les premiers éléments d'enquête le feu aurait été allumé volontairement. Un tag défiant les forces de police et le maire Olivier Hoarau a en effet été laissé près du véhicule brûlé. Cet incendie intervient dans un contexte de polémique généré par le défilé qui a eu lieu pour le réveillon du 31 décembre. Un petit groupe de jeunes portant des masques et porteurs d'armes à feu - qu'ils affirment factices -, ont défilé dans le quartier Titan avant d'enflammer un tas de palettes en bois sur un chantier désert. "Ce n'était qu'une mise en scène, un défilé comme on en fait tous les ans pour le 31 décembre. C'était juste pour faire la fête. Les armes étaient factices et dans les bidons il y avait de l'eau pas de l'essence" martèlent sur les réseaux sociaux des jeunes ayant participé au défilé.

Pour rappel, quelques dizaines de jeunes ont défilé dans les rues du Port à pied et en deux-roues. Equipé de fusils, qu'ils affirment factices, de battes de base-ball, fumigènes, et masques, le cortège s'est rendu sur le chantier de l'EHPAD (Etablissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes) afin de mettre le feu à un stock de palettes avant de tirer un feu d'artifice. 

La vidéo de l'événement a été postée sur les réseaux sociaux. Elle a provoqué un énorme buzz où s'opposent deux thèses. La première soulignant qu'il s'agissait d'un défilé festif semblables à ceux qui ont toujours lieu le 31 décembre au Port. La seconde thèse condamne fermement ce qui est qualifiée de "démonstration de force armée".

La polémique a rapidement enflé. Se présentant comme "le seul et unique auteur de ces faits", Sourire d'Ange ripostait le dimanche 4 janvier. Sur le site d'Imaz Press Réunion, il s'adressait "à tous les cons et les connes qui veulent prendre le rôle des grands sages de ce monde. Renseignez-vous et faites des recherches sur le sujet concerné, avant de vous prendre pour de grands philosophes !". Il s'exclamait "le site (le chantier - ndlr) où aucune consolidation n’a été posée. De plus, des mesures de sécurité ont été prises ce soir là. Vous êtes révolté par la violence, et pourtant, aucun débordement n’a été signalé : aucun mort, aucun blessé, aucun dérapage !" Cette absence de blessés, d'agressions et d'exactions "contraitement à d'autres villes", a été soilignée à de multiples reprises sur les réseaux sociaux.

Peu  de temps après, le maire du Port, Olivier Hoarau, publiait un communiqué. Il qualifiait les faits "d'intolérables", et estimait que "le contexte festif de la Saint-Sylvestre ne saurait justifier de tels agissements". Il ajoutait "je les (les faits - ndlr) condamne, donc, fermement". Il annonçait avoir "saisi le procureur de la République" afin que les auteurs des faits "soient poursuivis". Le maire du Port alertait aussi le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve.

Depuis les réseaux sociaux se sont encore plus enflammés. Une majorité de post se demande "pourquoi Le Port est toujours montré du doigt et critiqué ?". Ces mêmes post mettent en cause les média qui "parlent toujours de ce qui ne va pas au Port, mais jamais de ce qui est bon". Le maire Olivier Hoarau est également très critiqué pour sa prise de position.

La polémique fait toujours rage ce mardi.

www.ipreunion.com

   

2 Commentaire(s)

Aterla, Posté
Désir d'une zone de non-droit où une minorité se déplace avec des battes de base-ball et d'armes soi-disant factices.

Désir d'être chef de clan en dehors de toute parcours républicain ou démocratique...

Colère contre ceux qui expriment leur désaccord...

Si rien n'est fait, la dérive ne fera que s'agrandir.
Depain , depuis son mobile, Posté
Tradition du nouvel an ?