Grand-Bois en deuil suite au décès des époux Aho-Nienne :

"Je paierais de ma vie pour eux"


Publié / Actualisé
Au lendemain de la mort des époux Aho-Nienne, le quartier de Grand Bois est en deuil ce samedi 24 janvier 2015. Les rideaux de fer de la station-service familiale sont baissés. Seules quelques personnes s'y arrêtent parfois pour se recueillir et déposer une gerbe. Partagés entre tristesse, colère et résignation, les proches des gramounes décédés et des deux hommes encore hospitalisés attendent impatiemment les résultats de l'enquête.
Au lendemain de la mort des époux Aho-Nienne, le quartier de Grand Bois est en deuil ce samedi 24 janvier 2015. Les rideaux de fer de la station-service familiale sont baissés. Seules quelques personnes s'y arrêtent parfois pour se recueillir et déposer une gerbe. Partagés entre tristesse, colère et résignation, les proches des gramounes décédés et des deux hommes encore hospitalisés attendent impatiemment les résultats de l'enquête.

L’ambiance est pesante à Grand-Bois ce samedi. Les fortes pluies ont laissé place à un ciel gris et à une chaleur étouffante. Même la Météo est en deuil suite au décès des époux Aho-Nienne. La veille, de nombreuses personnes se sont rendues immédiatement sur les lieux du drame afin de se recueillir. Certains ont demandé que les criminels soit chassés, d’autres que la justice soit plus sévère avec les délinquants.

Mais ce samedi, il n’y a presque plus personne devant la station-service familiale exceptionnellement fermée. Alain, le gendre du couple Aho-Nienne, est une nouvelle fois sur le lieu de l’agression. Il vient de sortir du CHU Sud où ses beaux-frères sont en observation, après avoir reçu plusieurs dizaines de points de suture. "Ils vont un peu mieux. Ils sont toujours à l’hôpital, mais dans un meilleur état. Maintenant, on attend de recevoir les corps des parents pour pouvoir entamer les obsèques", indique-t-il.

Faisant partie de la famille depuis 1986, Alain n’est pas en colère. Il attend simplement les résultats de l’enquête. Surveillant pénitentiaire à la maison d’arrêt de Saint-Pierre, il connaît bien les malfrats de la zone : "que voulez-vous, la délinquance est tellement importante. je sais ce que c’est. On ne peut rien y faire. Je suis assez fataliste. Je vois tous les jours des gens incarcérés."

Pour autant, il est rare pour lui de voir une agression d’une telle violence, d’autant plus à Grand-Bois. "Ca leur fait un coup au moral de voir ça dans un quartier si petit. Des actes comme ça sont horribles, c’est monstrueux ce qu’ils ont fait. Mais je ne sais pas quoi dire", souligne Alain, touché par la solidarité des habitants du quartier.



Un homme est venu de Saint-Joseph pour se recueillir. Il connaît la famille Aho-Nienne depuis qu’il est tout petit. "Quand j’avais 15 ans, alors qu’ils n’avaient pas encore la station-service, j’allais acheter des pains aux raisins chez eux. Parfois, je n’avais pas assez d’argent, alors ils me faisaient crédit pour le lendemain. Odette Aho-Nienne, je la considérais comme ma grand-mère", se souvient-il, avec beaucoup de nostalgie.

Neveu de Sudel Fuma, il a du mal à accepter cette nouvelle perte. "Ce sont des personnes extraordinaires, des exemples pour nous tous. Vous vous rendez compte : Emile Aho-Nienne travaillait toujours à l’âge de 92 ans ! [...] Mon oncle est mort en pratiquant sa passion, mais là c'est incompréhensible. Si je croise l’une des personnes qui a fait ça, je ne sais pas ce que je ferai. Aujourd’hui, je suis triste. Mais dans quelques jours, la colère sera là. Je paierais de ma vie pour eux. Je me demande vraiment dans quel monde nous vivons."

Pour rappel, dans la soirée du jeudi 22 janvier 2015, la famille Aho-Nienne a été violemment agressée à coups de barre de fer alors qu'elle rentrait dans son domicile située en face de la station-service. Odette Aho-Nienne, 88 ans et Emile Aho-Nienne, 92 ans, sont décédés le lendemain à l'hôpital des suites de leurs blessures. Ces figures emblématiques du quartier travaillaient ici depuis de longues décennies.

Ouissem Gombra pour www.ipreunion.com

   

5 Commentaire(s)

Jojo, Posté
mes condoléances à la famille ,et mes pensées affectueuses à une des filles ,camarade de classe du lycée Roland Garros ,en souvenir de samedis après-midi chez ses parents à Grand Bois...amical souvenir
Manu, Posté
je tiens à présenter mes sincères condoléances à la famille AHO NIENNE, et que justice soit faite pour ce crime ignoble que les coupables aient la plus lourde peine qui puisse existait !!
FOX, Posté
Je tiens avant toute chose faire part de toute ma tristesse et présenter mes plus sincères condoléances aux proches de ces deux adorables personnages. J' ai , cependant un regret.....que ces pourritures, n est pas une fin comme les trois ordures qui ont perpétré l attentat contre Charlie Hedo.....merci à IP de publier en intégralité les dernières lignes de mon texte....
Tom, Posté
Tant que la justice sera aussi clémente, ce genre d'agression aura lieu.
Empanne, Posté
Je ne sais pas si la tristesse ou l'indignation l'emporte. Disons qu'on attrappe les coupables. Il y aura bien un abruti pour expliquer que ca n'est pas leur faute, et il y aura une cour de couillons moligasses pour l'ecouter. Apres une peine minimale ils seront dehors. La loi du Talion, ca a du bon.