Saint-Pierre (actualisé à 22h10) :

Agression mortelle à Grand Bois : les quatre suspects mis en examen et placés en détention


Publié / Actualisé
Quatre personnes ont été déférées ce lundi 26 janvier 2015 au tribunal de Saint-Pierre, dans le cadre de l'enquête suite à l'agression mortelle ayant coûté la vie à Emile et Odette Aho-Nienne jeudi soir à Grand Bois. Vers 17 heures, deux hommes et deux femmes sont arrivés au tribunal sous escorte policière dans une ambiance tendue, sous les cris et les insultes d'une vingtaine de personnes venues soutenir la famille Aho-Nienne. Trois des suspects ont été mis en examen pour vol avec violence ayant entraîné la mort, la quatrième pour non-dénonciation et recel. Tous ont été placés en détention provisoire et conduits à la prison de Domenjod dans la soirée.
Quatre personnes ont été déférées ce lundi 26 janvier 2015 au tribunal de Saint-Pierre, dans le cadre de l'enquête suite à l'agression mortelle ayant coûté la vie à Emile et Odette Aho-Nienne jeudi soir à Grand Bois. Vers 17 heures, deux hommes et deux femmes sont arrivés au tribunal sous escorte policière dans une ambiance tendue, sous les cris et les insultes d'une vingtaine de personnes venues soutenir la famille Aho-Nienne. Trois des suspects ont été mis en examen pour vol avec violence ayant entraîné la mort, la quatrième pour non-dénonciation et recel. Tous ont été placés en détention provisoire et conduits à la prison de Domenjod dans la soirée.

Cinq personnes avaient été placées en garde à vue suite à l’agression mortelle des gérants de la station-service de Grand Bois. Après la jeune femme de 28 ans, originaire du Tampon, qui s’était rendue aux forces de l’ordre dans la soirée de samedi, quatre autres suspects ont en effet été interpellés ce dimanche.

Mais ce lundi, vers 17 heures, ce sont quatre personnes qui ont été déférées au tribunal de Saint-Pierre avant d'être auditionnées par un juge d'instruction puis présentées devant le juge des libertés et de la détention. Deux hommes et une femme ont été mis en examen pour vol avec violence ayant entraîné la mort, une autre femme pour non-dénonciation et recel. Tous les quatre ont été placés en détention provisoire à la prison de Domenjod.

"Il s’agit de deux couples", a précisé Laurent Zuchowicz, le procureur de la République de Saint-Pierre. "Une femme de 29 ans qui est assez connue puisqu’elle a des antécédents, six condamnations dont quatre pour des faits de vol aggravé (...) Elle avait été libérée en avril 2013. Son compagnon lui aussi était connu des services de police et avait déjà été condamné à trois reprises, dont deux fois pour des vols aggravés. Par contre les deux autres avaient un casier judiciaire vierge ", a-t-il ajouté.

Les mis en cause risquent la réclusion criminelle à perpétuité

En milieu de soirée le procureur a publié le communiqué ci-après faisant le point sur l'enquête : "à l'issue de l'enquête diligentée par la Sûreté départementale suite au vol avec violences survenu le 22 janvier 2015 et ayant causé la mort de M. et Mme Aho-Nienne, gérants de la station service de Grand- Bois respectivement âgés de 92 et 86 ans, et des blessures sur leurs deux fils (ITT de l5 jours), quatre personnes ont été déférées ce jour au parquet de Saint-Pierre, présentées a un juge d'instruction, mises en examen et écrouées des chefs de :

- vol (du numéraire et des clés) avec cette circonstance que les faits ont été précédés, accompagnés ou suivis de violences ayant entraîné la mort de Mme Clii-Youn Aho-Nienne et Emile Aho-Nienne (peine encourue la réclusion criminelle à perpétuité) pour 3 d'entre eux :

- une femme de 29 ans, déjà condamnée à 6 reprises notamment pour des faits de vols aggravés, et qui depuis sa sortie de prison en avril 20l3 faisait l'objet d'un suivi dans le cadre d'une mise à l'épreuve avec obligation de soins (derniers faits commis ayant entraîné une condamnation : août 2010),

- son compagnon et père de deux de ses quatre enfants, un homme âgé de 27 ans, déjà condamné à 3 reprises notamment pour des vols aggravés (derniers faits ayant entraîné une condamnation : mai 201 l),

- le compagnon de leur voisine, un homme de de 23 ans n'ayant jamais été condamné,

- recel de numéraire provenant d'un vol avec violence ayant entraîné la mort ( peine encourue : réclusion criminelle à perpétuité) et non dénonciation d'un crime dont il était encore possible de prévenir ou de limiter les effets : s'agissant de la voisine du couple mentionné ci-dessus, une femme de 24 ans n'ayant jamais été condamnée.

Alors que les investigations allaient permettre de procéder à son interpellation, la femme de 29 ans s'est rendue au commissariat de Saint-Pierre le samedi 24 janvier en fin d'après-midi.

Si elle a immédiatement reconnu son implication, elle n'a cependant passé des aveux complets, en présence de son avocat, qu'après les interpellations de son compagnon et de ses voisins.

Elle et son compagnon ont ainsi reconnu qu'ils avaient planifié, avec l'aide du petit-ami de leur voisine, de se rendre au domicile des époux Aho-Nienne, à proximité desquels ils avaient vécu, de les neutraliser et de leur dérober leur argent. Pour ce faire, ils s'étaient procuré ou confectionné différents accessoires dont des gants en caoutchouc et des cagoules pour ne pas être identifiés, ainsi qu'une barre en fer.

Après une première tentative avortée du fait de la présence de chiens le 21 janvier, ils étaient retournés le lendemain à Grand-Bois, avaient guetté leurs victimes et, dès leur arrivée au domicile, leur avaient porté des coups, tentant par ailleurs de les bâillonner mais sans y parvenir.

Mis en fuite par l'arrivée impromptue du petit-fils des victimes, ils avaient regagné leur domicile au Tampon après s'être débarrassé d'effets risquant de permettre leur identification et s'étaient partagés l'argent liquide dérobé sur l'une des victimes.

Les autopsies pratiquées ont confirmés que le décès de M. et Mme Aho-Nienne, dans les heures qui ont suivi l'agression, était consécutif à de multiples plaies ayant entraîné un traumatisme crânien.

Les investigations se poursuivent désormais sous l'autorité du juge d'instruction afin d'identifier et d'interpeller tout complice ou coauteur.

Odette Aho-Nienne, 88 ans et Emile Aho-Nienne, 92 ans, sont décédés le lendemain à l'hôpital des suites de leurs blessures. Ces figures emblématiques du quartier travaillaient dans ce quartier saint-pierrrois depuis de longues décennies.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !