MENU

Une victime est toujours dans un état critique :

Incendie criminel à la Rivière-des-Galets : l'homme qui a mis le feu à son ex s'est rendu à la police


Posté par
Activement recherché par les forces de l'ordre, l'homme soupçonné d'avoir mis le feu à son ex-compagne dans un appartement de la Rivière des Galets s'est rendu au commissariat Malartic indique Réunion 1ère ce samedi 2 mai 2015. Placé en garde à vue, l'auteur des faits devrait être mis en examen pour tentative d'assassinats.
Activement recherché par les forces de l'ordre, l'homme soupçonné d'avoir mis le feu à son ex-compagne dans un appartement de la Rivière des Galets s'est rendu au commissariat Malartic indique Réunion 1ère ce samedi 2 mai 2015. Placé en garde à vue, l'auteur des faits devrait être mis en examen pour tentative d'assassinats.

Jean-Frédéric Thomas, 38 ans, est soupçonné d'avoir commis un incendie criminel dans un appartement de la Rivière des Galets dans la nuit du jeudi 30 avril au vendredi 1er mai. Il aurait aspergé d'essence et mis le feu à son ancienne compagne qui dormait dans son lit avec son nouveau conjoint.

Ce dernier est toujours dans un état critique au CHU de Bellepierre. Son ex est compagne également grièvement brûlée. Les anciens beaux-parents du suspect ont été intoxiqués par les fumées. Les quatre enfants, présents dans le domicile au moment du drame, s'en sont sortis avec quelques incommodations.

L'homme, recherché par les forces de l'ordres, s'est rendu au commissariat Malartic de Saint-Denis dans la soirée de vendredi. Il aurait agi sous l'effet de l'alcool, mais surtout par jalousie. Ce n'est pas la première fois qu'il rencontre le chemin de la police : il avait déjà été condamné en 2006 pour violences volontaires et a déjà menacé de mort son ancienne femme ainsi que ses quatre enfants.

Au terme de sa garde à vue, Jean-Frédéric Thomas devrait être mis en examen pour tentative d'assassinats.

www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

T42, Posté
Moi je suis favorable à des mesures d'interdiction de séjour pour tous les individus qui profèrent des menaces de mort. Envoi en métropole ou ailleurs et interdiction de mettre les pieds à La Réunion.

Après tout les truands en métropole sont bien condamnés à ce genre d'interdiction, pourquoi pas ici ?
Les femmes réunionnaises pourraient enfin respirer.