Un jeune homme de 16 ans a été interpellé :

Le Port : la police lutte activement contre les guet-apens téléphoniques


Publié / Actualisé
Après avoir enquêté pendant un mois, la brigade de sûreté urbaine du commissariat du Port a arrêté ce lundi 1er juin 2015 un jeune homme de 16 ans. Ce dernier a été identifié par les policiers comme l'auteur "d'un véritable guet-apens au cours duquel une patrouille avait essuyé des jets de pierres." (photo D.R.)
Après avoir enquêté pendant un mois, la brigade de sûreté urbaine du commissariat du Port a arrêté ce lundi 1er juin 2015 un jeune homme de 16 ans. Ce dernier a été identifié par les policiers comme l'auteur "d'un véritable guet-apens au cours duquel une patrouille avait essuyé des jets de pierres." (photo D.R.)

Les faits remontent au 1er mai dernier. Vers 20 heures, deux appels signalent au 17 un accident de la route au niveau de la rue Van Dick au port. "La patrouille Police Secours qui est dirigée sur place est immédiatement accueillie par des tirs nourris de galets, et les fonctionnaires ne pourront mettre pied à terre", relatent les policiers. De retour au poste de police, les forces de l'ordre reçoivent un nouvel appel. Cette fois-ci, il n'est plus question d'appel au secours. L'interlocuteur au téléphone met en garde les policiers de "ne plus s'aventurer dans le quartier sous peine d'être reçue pareillement."

"Ces faits inhabituels dans l'île sont pris très au sérieux par les policiers du Port qui mettent tous les moyens disponibles pour faire aboutir l'enquête. L'enjeu est de ne pas laisser se répandre un sentiment victorieux chez les auteurs visiblement en quête d'un territoire", souligne la police nationale.

Suite à une enquête judiciaire, l'auteur des appels est rapidement identifié : il s'agit d'un mineur de 16 ans "au passé pénal déjà lourd." Placé en garde à vue ce 1er juin, le suspect a reconnu les faits accomplis avec un téléphone volé. Embuscade en réunion, dégradation de bien public, menace sur dépositaire de l'autorité publique, recel… Les faits reprochés au Portois sont nombreux. "Déféré au Parquet de Saint-Denis, il a été placé au centre éducatif fermé de Sainte-Anne", précisent les policiers qui veulent éviter une nouvelle mauvaise plaisanterie de ce genre à l'avenir.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !