En attendant son transfert à Paris :

Filière djihadiste : le prédicateur salafiste écroué à Domenjod


Publié / Actualisé
Conduit au Palais de justice de Saint-Denis ce vendredi 5 juin 2015, le prédicateur salafiste présumé - interpellé mardi dernier lors d'un coup de filet anti djihadistes - a été écroué à la prison de Domenjod. Âgé de 21 ans, Nail V. serait le recruteur de la supposée filière djihadiste démantelée par la direction générale de la sécurité intérieure. Il devrait être transféré dans les 6 jours à Paris pour être présenté devant la 16e chambre du tribunal de grande instance de la capitale chargée des affaires de terrorisme.
Conduit au Palais de justice de Saint-Denis ce vendredi 5 juin 2015, le prédicateur salafiste présumé - interpellé mardi dernier lors d'un coup de filet anti djihadistes - a été écroué à la prison de Domenjod. Âgé de 21 ans, Nail V. serait le recruteur de la supposée filière djihadiste démantelée par la direction générale de la sécurité intérieure. Il devrait être transféré dans les 6 jours à Paris pour être présenté devant la 16e chambre du tribunal de grande instance de la capitale chargée des affaires de terrorisme.

Nail V. est arrivé en milieu d'après-midi au Palais de Justice. Le juge d'instruction du pôle antiterroriste de Paris ayant délivré un mandat d'amener à son encontre, le jeune homme a immédiatement été présenté au juge des libertés et de la détention (JLD). Ce magistrat a décidé de le placer sous mandat de dépôt et de l'écrouer  à la prison de Domenjod. Soupçonné d'être l'élément central, de la filière djihadiste, le présumé prédicateur devra être transféré à Paris dans les 6 jours. C'est dans cette juridiction qu'une éventuelle mise en examen lui sera signifiée.

Sa mise sous mandat de dépôt a été faite hors la présence de son avocat, Maître Omarjee du barreau de Saint-Denis. Cette décision ayant été prise à la suite d'une demande de mandat d'amener, les magistrats n'étaient pas tenus d'avertir son défenseur. C'est par des tiers que le juriste a su que son client a été conduit au Palais de justice  Il a appris par le JLD que Nail V. avait déjà été mis sous mandat de dépôt.

"Mon client sera transféré à Paris et je serai à ses côtés pour le défendre" a ensuite indiqué Maître Omarjee. "On n'a pas trouvé de Kalachnikov ni d'argent chez lui" a tenu à souligner le défenseur avant de préciser "défendre n'est pas cautionner, je défends un homme dans le cadre d'une enquête à charge et à décharge".

Dans le cadre des investigations menées par les policiers au sujet de cette supposée filière djihadiste, un homme de 24 ans est ressorti jeudi soir libre de sa garde à vue sans qu'aucune charge ne soit retenue contre lui. La veille, c'est une femme de 62 ans - qui aurait financé le voyage en Syrie de son fils - a été libérée dans les mêmes conditions et a pu reprendre son travail.

L'ancien élève d'un lycée catholique devient recruteur de candidats au djihad

A noter qu'ancien élève du célèbre lycée catholique Levavasseur et titulaire d'un baccalauréat scientifique en 2011, Nail V. n'était pas destiné à devenir le "cerveau" présumé d'une filière djihadiste. Le jeune homme, qui vivait encore chez ses parents, ne s'était pas fait remarquer par ses voisins. "Ils vivent repliés sur eux-mêmes. C'est la seule habitation qui a des murs plus hauts que les autres", a affirmé l'un des riverains de son quartier.

Discret dans la vie publique et beaucoup plus vindicatif sur internet, celui qui se fait appeler "l'Egyptien" après avoir séjourné en Egypte aurait exercé son influence sur six personnes qui seraient déjà parties en Syrie. Il serait notamment responsable du départ de Nassirdine Mzé, un Saint-Andréen mort en Irak au début du mois d'avril dernier lors d'une opération de l'armée contre les forces de Daech.

A l'aide de sa maîtrise de la langue arabe et de ses études coraniques, Nail V. aurait convaincu les frères jumeaux Thomas et Anthony D. - qui ont été mis en examen pour association de malfaiteurs en vue de la préparation d'actes terroristes - à tenter de rejoindre l'organisation Etat islamique en Syrie. "C'est clairement de la manipulation. Mon client a été la victime d'un endoctrinement", a expliqué Jean-Christophe Molière, l'avocat de l'un des frères ressorti libre sous contrôle judiciaire ce vendredi.

Sur Twitter, le présumé prédicateur salafiste a souvent posté des réflexions à propos de l'islam. "Interdire le blâmable partout, mais comment ? […] Le suicide, un grand péché ou un acte de mécréant ? […] La musique, permis ou non ? ", s'interroge-t-il au sein de longues tribunes diffusées sur les réseaux sociaux.

L'actualité internationale et les conflits au sein du Moyen-Orient intéressent de près le jeune homme : que ce soit un attentat suicide perpétré en Arabie Saoudite, les différents soutiens d'Israël ou encore... les dernières statistiques du gouvernement français concernant le djihad. "Par la grâce d'Allah, ils ont été tués par Ansar al-Chariah", a-t-il notamment écrit à propos d'un groupe d'espions tué au Yémen par un groupe salafiste.

"Quiconque s'oppose à l'Etat islamique fait clairement partie du camp des mécréants", a-t-il également mis en ligne le 1er juin, la veille de son arrestation. L'un des tweets envoyé par ce jeune est d'ailleurs révélateur de son état d'esprit. "On reconnaît le croyant par le fait : qu'il parle peu, qu'il agit beaucoup."

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !