La gendarmerie pris pour cible aux abords de la maison d'un gourou :

Saint-Louis : une nouvelle soirée sous tension


Publié / Actualisé
De nouveaux affrontements ont eu lieu dans la nuit du jeudi 8 au vendredi 9 octobre 2015 à Saint-Louis. Un groupe de personnes a exigé que les 18 femmes quittent la maison d'un gourou qui centralise les tensions depuis quelques jours. La demeure a été assiégée par les manifestants et les gendarmes ont été pris à partie. (photo archives)
De nouveaux affrontements ont eu lieu dans la nuit du jeudi 8 au vendredi 9 octobre 2015 à Saint-Louis. Un groupe de personnes a exigé que les 18 femmes quittent la maison d'un gourou qui centralise les tensions depuis quelques jours. La demeure a été assiégée par les manifestants et les gendarmes ont été pris à partie. (photo archives)

Après des affrontements entre bandes rivales, les faits divers de Saint-Louis font encore malheureusement la Une cette semaine. Cette fois-ci, c'est un gourou venu du Sénégal qui est au coeur de la polémique. Cet imam auto-proclamé - qui enseignerait officiellement le soufisme - influencerait le comportement d'une dizaine de femmes.

Imani*, 13 ans, a passé quelques jours dans cette habitation avec sa mère. Elle témoigne au micro de RTL Réunion : "Le monsieur leur dit de ne pas faire la prière, ni de dire bonjour. Le monsieur veut les emmener en Afrique. Ma mère nous a dit qu'on doit tout lâcher dans notre maison et de ne plus voir personne."

Face à cette situation, les proches de ces femmes sous influence ont décidé d'intervenir directement au sein de cette habitation. Quitte à avoir recours à la violence. Mercredi soir, plus de 60 de gendarmes ont été mobilisés pour empêcher qu'un drame survienne. Jeudi soir, les forces de l'ordre étaient encore plus nombreuses.

"Les renseignements dont on dispose à l'heure actuelle nous laissent penser qu'il y a un risque de tensions et de troubles, ce qui nous amène à mobiliser à nouveau un nombre un peu plus supérieur de gendarmes", souligne le colonel Luc Auffret, commandant de la gendarmerie de La Réunion.

La mairie de Saint-Louis a également mobilisé ses effectifs : que ce soit des médiateurs ou la police municipale. "Je n'ai pas de jugement particulier à porter sur cette affaire, mais ce qui m'inquiète, c'est le trouble à l'ordre public. Ma principale préoccupation est que le trouble s'arrête pour qu'il n'y ait pas de cassure qui se greffe sur les manifestations exploitant l'inquiétude des familles", a déclaré Patrick Malet, le maire de la commune.

Le gourou venu du Sénégal influencerait particulièrement les familles d'origine mahoraise et comorienne. "Nous avons une conseillère municipale dédiée à ces communautés. Je pense que c'est un phénomène global qui est accentué à Saint-Louis du fait de l'importance de cette communauté. […] Ma difficulté, c'est qu'il n'y a pas que des familles saint-louisiennes. Il y a aussi des familles d'autres villes, notamment du Port", souligne Patrick Malet.

Pour rappel, l’homme suspecté d’être un gourou avait été placé en garde à vue le 28 septembre. Faute de preuves, il a ensuite été libéré par les forces de l'ordre. Depuis, les familles réclament que les proches soient "libérées". Face aux débordements, un périmètre de sécurité a été instauré autour de la maison qui fait polémique.

* Le prénom a été changé
www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Kaloo974, Posté
Aaah Sin Lui!!!!!
Ses maires condamnés, ses nervis, ses cantonniers désoeuvrés surpayés, ses impôts qui explosent, sa délinquance galopante etc etc etc....
Ne manquait plus qu'un marabout'd'ficelle autoproclamé gourou et la vindicte populaire d'une fange de la population qui n'a que faire des lois de la république pour sue le tableau soit complet.
Sin Lui lé mal barré.