Aurore Gros-Coissy en visite à La Réunion :

"En prison, j'ai croisé beaucoup de femmes dont on a abusé de la confiance comme moi"


Publié / Actualisé
Aurore Gros-Coissy se trouve actuellement à La Réunion pour six jours, le temps de décompresser, de prendre pleinement conscience de sa libération.
Aurore Gros-Coissy se trouve actuellement à La Réunion pour six jours, le temps de décompresser, de prendre pleinement conscience de sa libération.

Elle est venue à La Réunion pour faire une pause, prendre le temps de s’adapter à sa nouvelle vie. Quatre ans qu’Aurore Gros-Coissy était enfermée à la prison de Beau-Bassin à Maurice. “Je redécouvre les choses simples de la vie : conduire une voiture, faire mes courses, me baigner, appeler autant que je veux au téléphone, surfer sur internet…”, énumère la jeune femme de 28 ans.

Elle est arrivée à La Réunion samedi 28 novembre où sa mère est venue l’accueillir. Les deux femmes, hébergées actuellement par une amie à Saint-Denis, reprendront l’avion vendredi soir pour retrouver leur vie, dans le Rhône, à quelques kilomètres de Lyon. En attendant, elles profitent l’une de l’autre, visitent aussi, un peu. “J’ai vu les coulées de laves, j’ai adoré”, confie Aurore Gros-Coissy. “La Réunion a toujours beaucoup suivi notre affaire, il y a eu beaucoup d’articles sur le sujet, avant que les médias ne s’y intéressent en métropole”, souligne sa mère.

Fin janvier 2015, Aurore Gros-Coissy était condamnée à 20 ans de prison pour trafic de Subutex, un substitut à l’héroïne. Le 25 octobre dernier, la Cour d’appel a souligné les négligences des juges en première instance. Assise au bord de la piscine, la jeune femme n’en revient toujours pas d’avoir été libérée si rapidement. Les démarches judiciaires étaient interminables.

Elle a une pensée pour ses co-détenues, restées en prison. “J’ai croisé beaucoup de femmes qui ont connu la même expérience que moi, dont on a abusé de la confiance.” La mère de son petit ami mauricien de l’époque, Tinsley Cornell, qui lui a donné les paquets de biscuits où se trouvait le Subutex, est toujours en prison. Condamnée à 20 ans, elle espère une réduction de peine. Depuis son incarcération, Aurore n’a eu aucun contact avec son ancien petit ami, qui n’a jamais quitté la France où il vit sans être inquiété. “A Maurice, ils ne cherchent pas les vrais coupables, ils se contentent de mettre les personnes derrière les barreaux sans vérifier”, estime-t-elle.

La maman, elle aussi est soulagée, en colère aussi. “Les politiques français n’ont rien fait depuis quatre ans. C’est à se demander quelle est la véritable raison de ce silence.” Par deux fois, la mère d’Aurore Gros-Coissy a déposé plainte pour abus de confiance, deux plaintes classées sans suite. Une troisième est actuellement en cours. “Le trafic de Subutex représente 250 millions d’euros de perte à l’Assurance maladie. Comment expliquer que le médicament quitte la France et que rien ne soit fait pour l’empêcher?”

www.ipreunion.com

   

2 Commentaire(s)

, Posté
oui c'est cela que d'ètre infiltré , et si c'est faux et si elle avait réussi son coup , elle l'aurait fait une 2eme fois oui ou non ?.
c'est navin ramgoolam qu'il faut blamer , car il sirote un pastis dans une plage de son pays et il n'est pas en prison et il doit bien rigoler de la justice de son pays .
Zobok, Posté
je suis heureux pour vous mademoiselle , le fait d'être " libre " comme vous l'êtes aujourd'hui devrait ouvrir un peu aussi les yeux de ceux qui ne se rendent pas assez compte de la chance qu'ils ont en France ..pays de libertés ..même si beaucoup de choses ne vont pas bien en France ...sachons au moins apprécier notre immense chance d'être juste des personnes ..LIBRES ..et que votre Vie soit belle simplement .