Violences urbaines à la Zac Fayard à Saint-André :

AUDIO - Une adolescente aurait été blessée par un tir de flash-ball, la police dément l'utilisation de cette arme


Publié / Actualisé
Une adolescente de 16 ans a été blessée par un tir de flash-ball reçu au niveau de la jambe, indiquent plusieurs médias, dans les heurts qui ont opposés, jeudi 24 mars 2016, des groupes de jeunes de la Zac Fayard à la police à Saint-André. Selon linfo.re, quatre individus ont été interpellés et placés en garde-à-vue. De sources policières on affirme qu'il n'a pas été fait usage de flash ball au cours de l'intervention. "Pour le moment nous n'avons pas la confirmation qu'une personne aurait été blessée par un projectile tiré par les forces de l'ordre" précise la même source ce vendredi en milieu de journée. (Photo d'illustration)
Une adolescente de 16 ans a été blessée par un tir de flash-ball reçu au niveau de la jambe, indiquent plusieurs médias, dans les heurts qui ont opposés, jeudi 24 mars 2016, des groupes de jeunes de la Zac Fayard à la police à Saint-André. Selon linfo.re, quatre individus ont été interpellés et placés en garde-à-vue. De sources policières on affirme qu'il n'a pas été fait usage de flash ball au cours de l'intervention. "Pour le moment nous n'avons pas la confirmation qu'une personne aurait été blessée par un projectile tiré par les forces de l'ordre" précise la même source ce vendredi en milieu de journée. (Photo d'illustration)

C'est l'interpellation d'un jeune qui roulait en deux roues sans casques et sans plaque d'immatriculation qui a déclenché les violences urbaines peu après 18h jeudi 24 mars. Les jeunes de la Zac Fayard à Saint-André ont jeté galets et cocktails molotov sur la police qui a répliqué par l'utilisation de bombes lacrymogène et de flash-ball. Des feux de poubelles ont été allumés.

Ci-dessous, les échanges entre des habitants et les forces de l'ordre. (Son Radio Freedom)

"J'ai vu comme tout à commencé, il y avait une grosse tension" a témoigné ce vendredi matin un auditeur de Freedom. "Il y a d'abord eu une course poursuite, jai entendu le bruit et je suis allé voir avec mes deux enfants. Ensuite les policiers ont arrété le jeune et ils ont demandé aux gens qui se trouvaient sur le trottoir de rentrer chez eux. j'allais le faire lorsque j'ai pris un jet de lacrymogène en plein visage" raconte l'auditeur qui se plaint "d'une déchirure à la cornée". Il ajoute que ses deux enfants en bas âge "ont été traumatisés" et affirme "c'est à partir de l'arrestation musclée que tout est parti en live".

Le calme est revenu dans la Zac Fayard en milieu de nuit.

www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Achille, Posté
Il faisait quoi dehors lors des échauffourées?! Victime pas sûr que ce soit le terme!
La tranquillité des citoyens et respect du voisinage, ils en font quoi ces brigands de 15 ans?!
Illustration : Kwa Films

Kwa Films

37 reportage(s)