Affaire du corbeau du palais de justice :

L'ex procureur de Saint-Denis renvoyé devant le tribunal correctionnel


Publié / Actualisé
L'ancien procureur du parquet de Saint-Denis était t-il le corbeau du palais de justice? Soupçonné d'être à l'origine de mails anonymes discréditant l'ancien procureur adjoint de Saint-Pierre François Thévenot, il a été renvoyé devant le tribunal correctionnel par une juge d'instruction parisienne pour diffamations et injures publiques. Son procès, prévu pour le début de l'année 2017, selon nos collègues de Clicanoo, se tiendra devant le tribunal de grande instance de Paris.
L'ancien procureur du parquet de Saint-Denis était t-il le corbeau du palais de justice? Soupçonné d'être à l'origine de mails anonymes discréditant l'ancien procureur adjoint de Saint-Pierre François Thévenot, il a été renvoyé devant le tribunal correctionnel par une juge d'instruction parisienne pour diffamations et injures publiques. Son procès, prévu pour le début de l'année 2017, selon nos collègues de Clicanoo, se tiendra devant le tribunal de grande instance de Paris.

Muté en tant qu'avocat général à la cour d'appel de Grenoble depuis maintenant deux ans, l'ancien procureur du parquet de Saint-Denis Philippe Muller, a été renvoyé en correctionnelle pour diffamations et injures publiques. Selon nos collègues de Clicanoo, la décision a été prise par une juge d'instruction parisienne. En novembre 2014, Philippe Muller a été mis en examen, en tant que suspect principal dans l'affaire du corbeau du Palais de Justice. Il est soupçonné d'être à l'origine de mails anonymes dénigrant l'ancien rocureur adjoint de Saint-Pierre et responsable syndical de l'USM, François Thévenot.

Des perquisitions ont été menées à son domicile et à son bureau. Les enquêteurs ont saisi son ordinateur portable ainsi que le disque dur de son ordinateur professionnel. Les investigations ont révélé que les articles de journaux utilisés dans le cadre des mails avaient été téléchargés chez lui.

Les faits retenus à l'encontre de l'ancien procureur sont "diffamation et injures publiques". Une mise en examen survenue alors qu'un climat tendu entourait la gestion mise en place par Philippe Muller. Arrivé dans le chef-lieu en juin 2013, l'ex chef du parquet s'est rapidement mis à dos une grande partie des magistrats. On lui reprochait, entre autres, un "manque de respect" envers ses collaborateurs ainsi qu'une "gestion autocratique".

Il a ensuite fait l'objet d'un départ forcé : la décision de mutation prise par le Conseil d'Etat a été prise par décret le 18 juin 2014. Un choix motivé par "le souci de rétablir un fonctionnement serein du parquet du tribunal de grande instance de Saint-Denis de La Réunion, alors que des difficultés relationnelles marquées troublaient le fonctionnement du service et qu'était constaté un climat persistant de défiance envers les magistrats du parquet". Une mutation donc prise dans "l'intérêt du service" et un séjour réunionnais rapidement écourté, qui s'est fini en queue de poisson - ou plutôt en queue de corbeau.

 

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !