MENU

[LIVE] Un septuagénaire, "Dédé" Camalon, est décédé (actualisé) :

Séquestration mortelle à Sainte-Anne - Un seul des trois auteurs présumés a reconnu les faits


Posté par
Après le cambriolage qui a viré au drame dans la nuit du vendredi 14 au samedi 15 avril 2017 à Sainte-Anne et qui a coûté la vie à André, Dédé, Camalon, 76 ans, trois suspects ont été identifiés et interpellés. Ils sont arrivés au tribunal de Saint-Denis vers 18 heures 10. Un seul des trois mis en cause a reconnu les faits, tout en minimisant sa participation, indique le procureur du tribunal de Saint-Denis Eric Tuffery, qui a tenu une conférence de presse. Les premiers examens médicaux légaux ont déterminé que la victime est morte "par suffocation et arrêt cardiaque" souligne le magistrat. Les auditions des mis en cause devraient durer tard dans la nuit
Après le cambriolage qui a viré au drame dans la nuit du vendredi 14 au samedi 15 avril 2017 à Sainte-Anne et qui a coûté la vie à André, Dédé, Camalon, 76 ans, trois suspects ont été identifiés et interpellés. Ils sont arrivés au tribunal de Saint-Denis vers 18 heures 10. Un seul des trois mis en cause a reconnu les faits, tout en minimisant sa participation, indique le procureur du tribunal de Saint-Denis Eric Tuffery, qui a tenu une conférence de presse. Les premiers examens médicaux légaux ont déterminé que la victime est morte "par suffocation et arrêt cardiaque" souligne le magistrat. Les auditions des mis en cause devraient durer tard dans la nuit

18 heures 10 : Les auteurs présumés des faits sont arrivés au tribunal sous l'étroite surveillance des gendarmes. Un seul d'entre-eux avait la tête dissimulé par une serviette, un autre avait  le visage volontairement découvert.

17 heures 25 : Les trois auteurs présumés seront déférés au tribubal dans peu de temps. Les audtions devraient durer "tard dans la nuit" prévient le magistrat. Une information pour séquestration suivie de mort devrait être ouverte. Les trois hommes risquent la réclusion à perpétuité

17 heures 20 : Eric Tuffery confirme que les secours ont été alerté par Yvette Camalon qui est parvenue à se défaire de ses liens lorque les agresseurs ont pris la fuite après avoir fait main basse sur près de 50 000 euros en liquide. Seule une partie du butin a été retrouvée pour le moment.

17 heures 11 : Le, procureur souligne qu'un seul des trois auteurs présumés "a avoué, même s'il minimise son implication dans les violences". Deux des trois mis en cause sont âgés d'une quarantaine d'année, le troisème est trentenaire. "Les casiers judiciaires des trois (auteurs présumés - ndlr) sont très lourds et comportent entre 16 et 19 mentions pour des faits de violences et de vols aggravés" poursuit le magistrat

17 heures 10 : "Monsieur Camalon est mort par suffocation et arrêt cardiaque", indique le procureur. "Beaucoup de vérifications restent à effectuer" précise le magistrat

17 heures 05 : Le procureur de la République, Eric Tuffery, entame une conférence de presse.

 

POUR RAPPEL

Après deux arrestations ce lundi et ce mardi, un troisième homme a été interpellé par le Groupement d'intervention de la gendarmerie nationale ce matin du mercredi 19 avril 2017 dans le quartier du Moufia à Sainte-Clotilde, selon les informations de nos confrères de Linfo.re.

"Les trois individus présumés impliqués dans les faits de séquestrations suivie de mort commis dans la nuit du 14 au 15 avril à Sainte-Anne" sont actuellement en garde à vue. Ils devraient être déférés dans les prochaines heures. L'un d'entre eux a été arrêté ce matin, dans le quartier du Moufia à Sainte-Clotilde.

Hier mardi, deux personnes ont déjà été interpellées, dont l'un dans le secteur de Cambourg à Saint-Benoît.

Maxime André Camalon, dit "Dédé" a trouvé la mort sous les yeux de son épouse après avoir été ligoté et battu. Ses obsèques auront lieu ce mercredi, en fin d'après-midi, à l'église de Saint-Benoît. Les malfaiteurs sont repartis avec près de 50 000 euros. Son épouse, Yvette Camalon, a également été frappée.

mp/mb/www.ipreunion.com

 

   

3 Commentaire(s)

Comique, Posté
"Les casiers judiciaires des trois (auteurs présumés - ndlr) sont très lourds et comportent entre 16 et 19 mentions pour des faits de violences et de vols aggravés" poursuit le magistrat.
Pourquoi étaient-ils dehors ?
Jacques, Posté
L'avantage de cet ordre là, c'est que ça évite de descendre toute la page pour avoir les mises à jour ! Faut vivre avec son temps Jean Jean !
Jean, Posté
Serait-il envisageable pour la bonne compréhension de vos articles de mettre les faits dans l'ordre chronologique, je n'ai pas été habitué de lire de bas en haut...