[SAINT-DENIS] Cinquième drame conjugal depuis le début d'année :

Le mari tue sa femme à la Trinité


Publié / Actualisé
Corinne, 42 ans, était tuée ce samedi 29 octobre 2017 peu avant 14 heures dans un appartement de la Trinité à Saint-Denis. Suite à une dispute conjugale, elle décédait des coups portés au visage par son mari avec des objets. Les équipes du SMUR et des pompiers ne parvenaient pas à la réanimer. Les voisins, eux, entendant les coups pleuvoir, donnaient l'alerte et essayaient en vain de rentrer au domicile du couple, en instance de divorce et qui avait deux filles d'une vingtaine d'année, absentes ce samedi. (Photo d'illustration)
Corinne, 42 ans, était tuée ce samedi 29 octobre 2017 peu avant 14 heures dans un appartement de la Trinité à Saint-Denis. Suite à une dispute conjugale, elle décédait des coups portés au visage par son mari avec des objets. Les équipes du SMUR et des pompiers ne parvenaient pas à la réanimer. Les voisins, eux, entendant les coups pleuvoir, donnaient l'alerte et essayaient en vain de rentrer au domicile du couple, en instance de divorce et qui avait deux filles d'une vingtaine d'année, absentes ce samedi. (Photo d'illustration)


L'homme appelait lui-même le 18 après le drame. Interpellé, il était placé en garde à vue au commissariat Malartic. Le procureur de la République se rendait sur place. Les policiers procédaient eux aux constations. Une enquête était ouverte.

Depuis 2016, Corinne est la cinquième femme à mourir de violences conjugales. Un chiffre identique à celui de 2016 alors que les États généraux des violences faîtes aux femmes lançaient récemment une campagne de communication destinée à enrayer ce fléau.

Lire aussi : Violences faites aux femmes : briser le silence, parler, dénoncer

Ce samedi, l'association Femmes solidaires organisait également dans le département une journée du souvenir pour les femmes décédées suite à un drame conjugal. Une terrible coïncidence avec le meurtre de Corinne.

ts/www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Jose, Posté
Déjà dit maintes fois et répété, comment voulez vous que des abrutis puissent entendre raison.

Aucune éducation, rien dans la tête, tiens regardez le nombre de crétins chopés le week-end bourrés au volant alors qu'ils avaient été prévenus ou déjà attrapés.

Un kon est un kon, c'est immuable.