[LIVE-PHOTOS/VIDÉOS] Une voiture et des poubelles brûlées, un fast food vandalisé (actualisé) :

Nuit d'échauffourées au Port


Publié / Actualisé
Des heurts entre des jeunes et les forces de l'ordre ont eu lieu depuis le début de soirée dans plusieurs quartiers du Port ce dimanche 19 novembre 2017. Les manifestants protestent contre l'arrêté municipal interdisant la "pousse" dans l'avenue de la Commune de Paris. Imaz Press Réunion a suivi en live ces événements grâce à ses journalistes sur place. (Photos Richard Bouhet/Imaz Press)
Des heurts entre des jeunes et les forces de l'ordre ont eu lieu depuis le début de soirée dans plusieurs quartiers du Port ce dimanche 19 novembre 2017. Les manifestants protestent contre l'arrêté municipal interdisant la "pousse" dans l'avenue de la Commune de Paris. Imaz Press Réunion a suivi en live ces événements grâce à ses journalistes sur place. (Photos Richard Bouhet/Imaz Press)

 

- Ce live est à présent terminé. Merci d'avoir suivi l'actualité avec Imaz Press Réunion -

 

23 h 56 : Un calme précaire s'installe dans la commune portoise.

23h17 : Les groupes de jeunes jouent au jeu du chat et de la souris avec les forces de l'ordre et se déplacent dans toute la ville. Les échauffourées vont sans doute encore durer un moment.

22h33 - Un groupe de jeunes entrent dans le restaurant Mac Donalds situé au rond-point de la Rose des Vents. Une vitrine est cassée, le fast food est vandalisé ainsi que le montre les images réalisées et publiées sur son compte Facebook par Ahamada Soulaimana‎/Radar 974. Les employés se disent sous le choc

22h32 - Des échanges de galets et de lacrymogènes ont eu lieu au rond-point de la Rivière des Galets, preuve que plusieurs quartiers de la commune sont impactés

22 h 03 : On observe des feux de poubelles et beaucoup de monde sur l’avenue Raymond-Vergès. Les gens se déplacent de quartier en quartiers. Et cela fait effectivement longtemps que cela ne s’était plus produit dans la cité portoise

21 h 50 : Près de la médiathèque on voit au sol des trace d'échanges de galets et de lacrymogènes

21 h 30 : Notre journaliste relance un direct Facebook. Restez avec nous pour le voir

 

 

21 h 25 : Un groupe d'une trentaine de jeunes a forcé le portail du centre médical afin d'accéder au parking situé sur le Boulevard de Verdun, un quartier habituellement très calme en général. "Ils ont ont caillaissé un véhicule et ont sorti une voiture du parking. On leur a dit d'arrêté mais il nous ont insulté", indique Éric, un riverain.

La voiture a ensuite été mise en travers de la chaussée. Les jeunes cassaient les vitres avant d'y mettre le feu. Ils enflammaient des poubelles 10 mètres plus loin.

 

21 h 15 : On entend les sirènes d'ambulance. Les manifestants ont été repoussés hors de la zone par les forces de l'ordre

 

21 h 13 : Notre journaliste lance un direct Facebook. Regardez ce qui se passe en ce moment en centre-ville

 

 

21 h 07 : Une voiture a été brûlée devant le centre médical situé à proximité des magasins dont Canal+ en plein milieu de la chaussée. Les pompiers sont sur place pour éteindre les incendies déclenchés.

 

 

 

Le véhicule était brûlé Boulevard de Verdun dans un quartier assez calme en général.

 

 

21 h 05 : Du côté de la salle du Kabardock en plein centre-ville, nos journalistes aperçoivent des poubelles brûlées. Il y a un important dispositif de Police déployé. Même s'il fait nuit, le centre-ville es "illuminé" par les feux de poubelles. Des galets sont jetés et il y a toujours autant de monde dans les rues.

 

 

20 h 45  : De nouvelles images en direct prises par notre journaliste

 

 

20 h 35 : L'éclairage public est coupé par intermittence  dans le quartier

20 h 25 : Des feux de poubelles sont confirmés près du collège Titan où des jets de galets et de grenades lacrymogènes sont échangés au niveau de l'Avenue de la commune de Paris

20 h 20 : Nos journalistes signalent la présence d'énormément de monde dans les rues. L'éclairage public dans la portion de l'Avenue de la commune de Paris a été coupé l'espace de quelques minutes dans le secteur où se trouvaient les Gendarmes mobiles postés sur l'axe dans le sens Saint-Paul-Le Port. Les policiers de la Compagnie départementale d'invervention sont eux situés dans l'autre sens.

20 h 05 : Des feux sont signalés à proximité des véhicules de gendarmerie et de police.

 

 

19 h 58 : Les gendarmes et les policiers sont sur place. Dans la rue le long de l'église de Titan, on observe beaucoup de débris de verre brisé, des galets et ce qui reste des grenades lacrymogènes. Signe que des échauffourées ont bien eu lien entre forces de l'ordre et jeunes. Regardez, commentez ces deux vidéos.

 

 

19 h 58 : Les forces de l'ordre se déploient dans le secteur

 

 

19 h 45 : Les forces de l'ordre reçoivent des jets de galets. Elles répliquent par des tirs de grenades lacrymogènes. Tous les accès à l'Avenue de la Commune de Paris sont surveillés par les Policiers. Seuls les riverains peuvent passer. Il y a toujours beaucoup de monde dans les rues

19 h 42 : Regardez la vidéo tournée sur place. Les badauds sont repoussés par les Policiers comme vous pourrez le constater sur ces images.

 

19 h 41 : Pour rappel, les dispositifs d'interdiction de cirulation au Port étaient levés à 19 h 30. Le maire de la ville prenait un arrêté municipal afin de fermer une dizaine d'axes et ainsi empêcher la tenue de rodéos motos. Dimanche dernier, un homme se blessait grièvement après avoir percuté en deux roues une voiture.

19 h 40 : Nos journalistes sur place constatent de grosses tensions. Un important dispositif de Police vient d'être déployé au Port dans le quartier Titan. Le rond-point est barré et les fauteurs de trouble ont été repoussés par les forces de l'ordre.

19 h 35 : Les pilotes des deux roues effectuaient leurs figures sur le Boulevard du Chaudron, près de la Poste

 

 

19 h 30 : Comme annoncé, les rodéos motos ont quand même eu lieu dans le quartier du Chaudron. Regardez

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- Pour rappel -

Le maire Olivier Hoarau prenait des mesures pour éviter les rodéos motos au Port. Des phénomènes également récurrents dans le quartier du Chaudron à Saint-Denis comme ce fut le cas cet après-midi avec des courses dans le secteur. L'élu décidait,lui, de fermer des rues par arrêté municipal ce dimanche 19 novembre 2017 afin d'enrayer la pousse sauvage. Nos journalistes présents sur place en début d'après-midi décrivaient une Avenue de la Commune de Paris très calme. (Photos Richard Bouhet/Imaz Press)

Au rond-point Titan, ils observaient plusieurs groupes de jeunes rassemblés le long des barrières installées pour interdire la circulation. Des patrouilles de Police étaient aussi présentes dans les différents secteurs.

Une dizaine d'axes étaient interdits d'accès et de nombreux vigiles se postaient partout dans la cité portoise. Seul un léger râlé-poussé -vite terminé- était observé peu avant 14 heures. Du côté du commissariat, les rues semblaient désertes.

Un hélicoptère de la Gendarmerie effectuait des rotations au-dessus du quartier ainsi qu'au Chaudron, où comme quasiment tous les dimanches, les deux roues effectuaient leurs rodéos dans le quartier dionysien. Selon Clicanoo, des poubelles auraient aussi été brûlées dans le secteur de Titan.

Les ralentisseurs installés rue Roger-Payet au Chaudron suite aux violences urbaines du 13 août n'enrayent pas le phénomène. Le dimanche après-midi la pousse moto se poursuit dans le quartier de Saint-Denis. Comme ce fut le cas cet après-midi. Les pilotes de deux roues se retrouvent désormais au niveau de l'avenue Leconte-de-Lisle. Un axe sans gendarmes couchés.

Et les conducteurs continuent à accélérer, à se mettre en danger et surtout à causer des nuisances pour les riverains. Au Port, le maire Olivier Hoarau  interdit, lui, la circulation sur l’Avenue de la Commune de Paris et sur d'autres axes ce dimanche 19 novembre 2017. De 12h30 à 19h30, par arrêté municipal. Une portion de route théâtre depuis plusieurs semaines de rodéos sauvages. Un accident grave se produisait le 12 novembre.

Un scootériste percutait une voiture lors d’une pousse et se blessait grièvement. D’où la décision prise par l’élu. Suffira-t-elle à dissuader les irréductibles ce dimanche ? Rien ne semble moins sûr. Comme au Chaudron, les pousseurs se déplaceront peut-être un peu plus loin pour se livrer à leur show ou braveront l’arrêté municipal.

Cela relève du domaine du possible. Et on peut raisonnablement imaginer que les rodéos ne vont pas s’arrêter du jour au lendemain. Alors quelles alternatives ? Il n’existe pas de solution miracle selon Monique Orphé. Contactée, la deuxième adjointe au maire de Saint-Denis, déléguée au secteur du Chaudron, dresse un point d’étape après la mise en place des ralentisseurs.

"Je ne l’ai pas constaté mais il y a encore des irréductibles qui font des rodéos vers Leconte-de-Lisle. Le coup de baguette magique n’existe pas. Certains rentrent dans le cadre ou non. Risque ou pas risque, ils continueront leur rodéo quand même", glisse-t-elle.

Lire aussi : Rodéos sauvages : circulation interdite sur l'Avenue de la Commune de Paris

Les rodéos continuent effectivement malgré la pose de ces obstacles et le deuxième Show cross bitume organisé dans les prochaines semaines sur la piste de la Jamaïque. Après les violences du mois d’août, l’élue accompagnait la création de cette manifestation. Pour permettre aux pilotes de pratiquer leurs acrobaties, une association -le Chaudron bike family- était créée.

Ses adhérents doivent payer une cotisation de 3 euros afin d’accéder à la piste. Le précédent rassemblement était annulé en raison d’un imprévu.

"Nous avons cherché à réduire les nuisances pour les familles qui voyaient des jeunes roulaient sans casque ou sans protection au Chaudron. Ce genre de rodéos est dangereux mais il y en a partout. Mais l’objectif est de ne pas mettre la vie des gens en danger. Les jeunes présents à la Jamaïque étaient ravis d’y être", ajoute-t-elle. Selon la responsable politique les rodéos motos auraient été importés des États-Unis et de la métropole il y a une dizaine d’années.

"Ce n’est pas spécifique à La Réunion. Cela vient d’ailleurs et on subit. Nous essayons de réguler mais il n’y a pas de solutions pour ceux qui ne veulent pas entrer dans les cases." Au Port, les rodéos sur l’avenue de la Commune de Paris constituent une phénomène récent.

Avant, ils se déroulaient sur le front de mer. Cela oblige l’édile Olivier Hoarau à réagir. Surtout après l’accident intervenu dimanche dernier. Il commente la décision prise dans la semaine.

Lire aussi : Le défilé de motos dégénère au Chaudron

"L’accident grave a conduit à ma décision rapide. Il m’appartenait en tant que premier magistrat d’interdire ce genre de comportements de non-respect du code la route et de mise en danger systématique des motards. J’appelle à une éducation à l’état de droit. Ils ne peuvent pas faire ce qu’ils veulent", analyse l’élu.

Il ne ferme pas la porte aux discussions avec les amateurs de rodéos motos. Le maire accepte d’échanger avec eux quand ils le voudront. Notamment pour évoquer une alternative similaire à celle trouvée à Saint-Denis avec l’idée de la piste de course. Même s’il ne semble pas convaincu par cette option.

Mais comme Monique Orphé, Olivier Hoarau pense que les rodéos se tiennent partout dans l’île.

"Quand j’était petit il y avait déjà des rodéos. Il y en a à Saint-Pierre aussi. C’est un phénomène de société. Les motards veulent être vus, se montrer. Pour faire l’intéréssant comme on dit en créole. C’est humain mais à condition de le faire en sécurité. Ce n’est pas que l’affaire du maire. C’est celle de tout le monde. De l’État et de la Police. Il faut être dans la répression si nécessaire", glisse-t-il.

Si la Police nationale doit intervenir dimanche, tout le monde espère surtout ne pas assister à des échauffourées dans la commune portoise. Le 13 août dernier, les forces de l’ordre interrompaient un rodéo au Chaudron. Deux membres d'entre elles étaient blessés et des violences suivaient leur intervention.

ts/mb/rb/www.ipreunion.com (publié dimanche 19 novembre 2017 à 3 heures - actualisé)

   

5 Commentaire(s)

Badiane, Posté
Le gang des chiens errants a encore frappé
Kaz, Posté
Comment voulez-vous éduquer des enfants dans ce monde dans lequel les délinquants ne sont pas inquiétés? et le contribuable va payer les dégradations? Ce monde est fou! A vous dégoûter d'être honnête et respectueux
Henri, Posté
La solution : leur laisser une rue déserte pour qu'ils s'adonnent à leur passion débile, et s'ils se blessent ou se tuent, qu'ils se démerdent.
De toutes façons, il y en a trop, la sélection naturelle devrait éliminer les plus mauvais !
CHABAN, Posté
Gilles
Comment dire les choses autrement ?

Merci à imaz pour le direct.
Gilles, Posté
"Il n'y pas de solution"...voilà l'aveu des élus...Et sinon, faire appliquer la loi tt simplement ? Confisquation des motos et basta ! Qd un automobiliste se fait prendre à grande vitesse ou bourré, les forces de l'ordre confisquent le véhicule point barre ! ARRETEZ D'ACHETER LA PAIX SOCIALE LES HONNETES GENS N 'EN PEUVENT PLUS !!!! Au trou les f.....de m.....A quand des élus avec du courage ?