[VIDÉOS] Un rassemblement prévu devant le commissariat Malartic à Saint-Denis :

Les policiers en ont marre de servir "de défouloir aux voyous"


Publié / Actualisé
Les réactions se multiplient après la violente agression filmée de deux policiers durant la nuit du Nouvel An à Champigny-sur-Marne en banlieue parisienne le 31 décembre 2017. Dans l'île, les syndicats appellent à se rassembler devant l'hôtel de police Malartic à Saint-Denis le mardi 9 janvier 2018 à 12 heures afin de condamner ses violences. "Ras-le-bol de servir de défouloir à des voyous voulant casser du flic", lance Gilles Clain, secrétaire départemental d'Unité SGP Police Force ouvrière. (Photo RB/Imaz Press Réunion)
Les réactions se multiplient après la violente agression filmée de deux policiers durant la nuit du Nouvel An à Champigny-sur-Marne en banlieue parisienne le 31 décembre 2017. Dans l'île, les syndicats appellent à se rassembler devant l'hôtel de police Malartic à Saint-Denis le mardi 9 janvier 2018 à 12 heures afin de condamner ses violences. "Ras-le-bol de servir de défouloir à des voyous voulant casser du flic", lance Gilles Clain, secrétaire départemental d'Unité SGP Police Force ouvrière. (Photo RB/Imaz Press Réunion)


Interrogé ce mercredi 4 janvier 2018, il aborde dans une série de vidéos les difficultés de ses collègues. Le 31 décembre, soir de la Saint-Sylvestre, un capitaine de police et une gardienne de la paix étaient étaient passés à tabac lors d’une intervention. De quoi déclencher l’indignation en métropole mais aussi dans l’île.

Lire aussi : Agression de policiers: les autorités dénoncent une "société de violence"

Le syndicaliste Gilles Clain rappelle aussi que le lendemain de ces faits, un autre policier était agressé à Aulnay-Sous-Bois. La situation ne peut plus durer pour lui, y compris à La Réunion. Il s’en explique.

 

 

Le syndicaliste revient sur l'agression de policiers à Champigny-sur-Marne. Un acte volontaire "inacceptable" à ses yeux. Il espère la présence de 100 à 200 policiers réunionnais mardi prochain. Ce n'est pas gagné car beaucoup d’entre eux se trouvent actuellement en congés. Le rassemblement se déroule à 12 heures et les fonctionnaires de police de toute l’île reprendront leur service à 13 heures.

 


Il demande un durcissement des jugements rendus par les tribunaux à l'égard des délinquants auteurs de violences envers les policiers. Selon lui, il faut également renforcer les effectifs. L’an dernier, d’après ses estimations, une dizaine de policiers étaient blessés chaque mois lors de leurs interventions. Regardez, écoutez.

 

 

Le syndicaliste souhaite une meilleure collaboration entre police et justice. Il en appelle aussi aux responsables politiques. Objectif : assurer la sécurité des citoyens et celles des patrouilles policières. Le syndicaliste demande "de la protection et de la reconnaissance". Il veut une réponse pénale plus "sévère" envers les agresseurs de policiers à La Réunion.

 

 

Même position du côté du syndicat Alliance Police nationale. "Stop à la haine anti-flic", indique dans un communiqué Idriss Rangassamy, secrétaire général de l’organisation. Lui aussi invite au rassemblement mardi 9 janvier devant le commissariat Malartic. Il demande "la tolérance zéro" en cas d’agression de ses collègues.

"Encore une fois le sentiment d’impunité fait que des policiers se font agresser gratuitement. Encore une fois des policiers sont la cible. Encore une fois l’institution est attaquée. Alliance dit stop au non-respect des forces de l’ordre", ajoute le représentant syndical.

Pour lui, en métropole comme à La Réunion "nous ne pouvons plus être la cible d’attaque gratuite." Alliance exige aussi des peines planchers.

ts/rb/www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Jose, Posté
Des prisons plus coercitives, réouverture des centres de correction, les Lois appliquées sans aménagement, bloquer les prestations aux parents qui n'éduquent pas correctement leurs enfants, voir même placer les futurs délinquants. Il y a énormément de pistes valables, le problème, c'est les bisounours plein d'humanisme qui gangrènent notre Société avec leur compassion excessive.