[MAURICE] Une enquête lancée pour brutalité policière :

La photo d'un suspect nu et enchaîné diffusée


Publié / Actualisé
La photo diffusée ce samedi 27 janvier 2018 continue d'agiter l'actualité à Maurice. On y voit David Gaiqui, un suspect de 42 ans arrêté le vendredi 26 janvier dans le cadre d'un vol à une station service, nu, les pieds et les mains enchaînés au poste de police de la ville de Curepipe. Son visage porte aussi des traces de coups. Selon son avocat Anoup Goodary, l'homme a été victime de brutalité policière nous apprennent nos confrères de L'Express.mu. L'attorney general Maneesh Gobin assure : " J'ai parlé à l'adjoint au commissaire de police pour qu'une enquête soit lancée sur cette affaire de brutalité policière. Elle est en cours", précise-t-il à L'Express.
La photo diffusée ce samedi 27 janvier 2018 continue d'agiter l'actualité à Maurice. On y voit David Gaiqui, un suspect de 42 ans arrêté le vendredi 26 janvier dans le cadre d'un vol à une station service, nu, les pieds et les mains enchaînés au poste de police de la ville de Curepipe. Son visage porte aussi des traces de coups. Selon son avocat Anoup Goodary, l'homme a été victime de brutalité policière nous apprennent nos confrères de L'Express.mu. L'attorney general Maneesh Gobin assure : " J'ai parlé à l'adjoint au commissaire de police pour qu'une enquête soit lancée sur cette affaire de brutalité policière. Elle est en cours", précise-t-il à L'Express.


Un premier rapport sur ce qui s’est passé au commissariat de police doit être rendu cette semaine. Selon le média, l’équipe qui travaillait ce soir-là sera d’ailleurs entendue ce lundi 29 janvier. La Human Rights Commission diligentera d’ailleurs une enquête et il est possible que le magistrat en demande une aussi, a fait savoir Maneesh Gobin. Il précise qu’il veillera à ce que tout se passe vite.

Commentant le "strip search" que défendent les policiers et leur syndicat, l’Attorney General explique que cette pratique existe, mais qu'il y a des paramètres stricts à respecter. "Combien de temps prend une fouille corporelle et combien de temps est-ce que le suspect est resté nu ?", se demande l’attorney general. Ce sera à l’enquête de déterminer si la thèse de "strip search" tient ou pas.

L’avocat Anoup Goodary a pris la photo de son client avant qu’il ne dévoile son identité aux policiers présents sur place au poste de police de Curepipe. Il affirme que les policiers lui ont demandé de sortir avant qu’il ne puisse parler à son client 20 minutes plus tard. La femme de David Gaiqui, présente au poste, a aussi affirmé avoir entendu son mari crier à son arrivée au commissariat.

David Gaiqui comparaîtra devant la cour de justice de Curepipe ce lundi matin 19 janvier pour le vol dont il est suspecté. Il sera défendu par plusieurs avocats. Il a aussi porté plainte samedi dernier contre Anoup Goodary après le partage de ce cliché sur les réseaux sociaux. L’avocat s’est donc retiré de l’affaire.

www.ipreunion.com avec L'Express.mu

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !