Il était en garde à vue depuis mercredi :

Le maire de Sainte-Marie remis en liberté


Publié / Actualisé
En garde à vue chez les gendarmes depuis ce mercredi matin 11 décembre 2019, Richard Nirlo, maire de Sainte-Marie a été remis en liberté ce jeudi en début d'après-midi. L'édile sainte-marien a été interrogé dans le cadre d'une affaire supposée de détournement de fonds publics, corruption, recels, faux et usage de faux, trafic d'influence et favoritisme. (Photo : rb/www.ipreunion.com)
En garde à vue chez les gendarmes depuis ce mercredi matin 11 décembre 2019, Richard Nirlo, maire de Sainte-Marie a été remis en liberté ce jeudi en début d'après-midi. L'édile sainte-marien a été interrogé dans le cadre d'une affaire supposée de détournement de fonds publics, corruption, recels, faux et usage de faux, trafic d'influence et favoritisme. (Photo : rb/www.ipreunion.com)

Également placés en garde à vue depuis mercredi matin, le directeur général des services, le directeur général adjoint et le chauffeur du maire ont eux aussi été remis en liberté ce jeudi après-midi.

Lire aussi : Richard Nirlo, maire de Sainte-Marie, est en garde à vue

C'est notamment un rapport de la chambre régionale des comptes (CRC) qui est à l'origine du dossier. La CRC s'était penchée sur la gestion de la commune entre 2011 et 2017. A l'époque c'est Jean-Louis Lagourgue qui était maire et Richard Nirlo premier adjoint. Ce dernier a accédé au fauteuil de premier magistrat en 2018 après l'élection de Jean-Louis Lagourgue au poste de sénateur.

La CRC avait pointé une série de faits relevant supposément du détournement de fonds publics, corruption, recels, faux et usage de faux, trafic d'influence et  favoritisme. A la suite de ce rapport, plusieurs services de la mairie de Sainte-Marie avaient été perquisitionnés en décembre 2018.

A noter qu'en novembre dernier la chambre régionale des comptes a publié un nouveau rapport portant cette fois sur la gestion du Centre communal d'action sociale (CCAS) de Sainte-Marie concernant les exercices 2014 et suivants.

Dans ce rapport la CRC avait dénombré "près d’un million d’euros de factures en attente de paiement dont 70% relatifs aux années 2012 à 2017".

Selon la chambre régionale des comptes, les recommandations faites dans un rapport préliminaire n'ont pas été mises en place. Le rapport pointe du doigt "l'absence de pilotage de la masse salariale" ce qui impacte "les fournisseurs, les usagers et les services".  La chambre a même affirmé que "l’établissement ne remplit pas ses missions sociales de manière satisfaisante".

Lire aussi : Le CCAS de Sainte-Marie jugé "sans stratégie, sans pilotage et sans rigueur"

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

4 Commentaire(s)

Nouslafé, Posté
A la Réunion on est dans le poleto
Est-ce qu'il existe à la Réunion un seul élu non corrompu ?
Ti pol, Posté
Je pense que toutes les communes sont pareilles mais on en parle pas on fait moins des bruits tout cela et politiser combien des maires à la reunion et d autres fonctions d élus paye des rédacteurs info audio comme écrite quand il y à des critiques sur eux ou sur leurs communes les rédacteurs téléphone pour demander oui où non ils publie l articles
Jolaracaille, Posté
Une vraie tête de vainqueur !!!.....
Le malabar, depuis son mobile, Posté
Pauvre bonhomme je pense qu'il y a d'autres personnes derrière tout ça regarde un peux dans le service d'urbanisme aux niveaux des marchés