Il a été placé en garde à vue (actualisé) :

Mayotte : un policier tire et tue un homme qui matraquait une victime


Publié / Actualisé
Ce dimanche matin 23 février 2020, policier de la brigade anti-criminalité (BAC) de Mayotte a tiré sur un homme "qui était en train de frapper un homme à l'aide d'une matraque télescopique" à Kaweni , un quartier de Mamoudzou (chef-lieu de l'île aux parfums) indique France Mayotte matin dans son édition de lundi. Blessé par balle au niveau de l'abdomen, l'homme est décédé. Une enquête a été ouverte et confiée à la gendarmerie. Le policier a été placé en garde à vue. Une grande tension s'est tout de suite installée dans le quartier. Dans la nuit de dimanche à lundi des heurts ont opposé des jeunes aux forces de l'ordre (Photo France Mayotte Matin)
Ce dimanche matin 23 février 2020, policier de la brigade anti-criminalité (BAC) de Mayotte a tiré sur un homme "qui était en train de frapper un homme à l'aide d'une matraque télescopique" à Kaweni , un quartier de Mamoudzou (chef-lieu de l'île aux parfums) indique France Mayotte matin dans son édition de lundi. Blessé par balle au niveau de l'abdomen, l'homme est décédé. Une enquête a été ouverte et confiée à la gendarmerie. Le policier a été placé en garde à vue. Une grande tension s'est tout de suite installée dans le quartier. Dans la nuit de dimanche à lundi des heurts ont opposé des jeunes aux forces de l'ordre (Photo France Mayotte Matin)

Selon France Mayotte Matin deux policiers de la BAC regagnaient en voiture le commissariat de Mamoudzou lorsqu'ils ont vu un individu blessé et allongé au sol. "Les deux fonctionnaires se sont arrêtés afin de porter assistance à la victime (…) Voyant que la vie du blessé n’était pas en danger, l’un des deux policiers est allé dans les cases en tôle situées en hauteur afin de recueillir les premiers témoignages, pendant que le second policier appelaient les secours et restait auprès de la victime" relate le quotidien mahorais.

"Le fonctionnaire à la recherche d’informations a rapidement trouvé un homme qui a accepté de raconter ce qui venait de se produire quelques minutes auparavant. Alors qu’il commençait à témoigner, un individu armé d’une matraque télescopique s’est jeté sur le témoin et l’a frappé à l’aide de l’arme blanche" poursuit le journal.

"Le policier s’est interposé en le sommant à plusieurs reprises de lâcher la matraque. Face à la détermination de l’agresseur et à la foule qui se trouvait autour, le fonctionnaire a fini par faire feu pour désarmer l’individu. L’homme atteint au niveau de l’abdomen s’est écroulé au sol" écrit encore le journal. Le témoin qui a reçu les coups de matraque et l’homme retrouvé allongé au sol par les policiers ont été hospitalisés.

Une enquête administrative et judiciaire a dont été ouverte et confiée aux gendarmes. "Le policier a été placé en garde-à-vue afin qu’il explique sa version des faits. Plusieurs témoins ont également été entendus pour expliquer les circonstances dans lesquelles l’arme à feu a été utilisée" note France Mayotte Matin.

Selon le quotidien mahorais "le premiers éléments recueillis laissent à penser qu’une histoire d’occupation illégale de propriété est à l’origine de la rixe. Un homme aurait souhaité se faire justice lui même et une bagarre aurait éclaté".

La tension déjà forte dans le quartier de Kaweni depuis le décès de l'homme, s'est nettement aggravée en début de soirée. Des jeunes ont dressé un barrage routier et s'en sont pris à des automobilistes. Plus tard dans la nuit au moins deux magasins ont été vandalisés. Des heurts ont opposés les forces de l'ordre et les jeunes.

Un calme précaire s'est installé dans le quartier en fin de nuit

www.ipreunion.com avec France Mayotte Matin

   

5 Commentaire(s)

Kamal, Posté
S il est de la BAC; il a était formé pour metriser un agresseur avec armes blanche sans user une arme à feu d autant plus que l agresseur n était pas en bande organisée.Les membres de la BAC ont d autres outils en dehors de l arme à feu pour metriser un individu dans une situation similaire le choix de l arme n est forcément pour abattre l agresseur car dans leur formation de bases ils sont exposés à des situations similaires l agent est éliminé s il choisit d abattre l agresseur Pouquoi défendre le Policier alors ?
Steph, Posté
Bonjour
Bien sûr, je suis contre la violence policière, comme on a pu le voir c'est dernier temps.
Mais la franchement, pour répondre à Joseph, t'as pas plus con comme solution? Et si cela avait été le cas et que la victime tabassée à coup de matraque avait succombé, tu aurais gueulé en accusant la BAC d'être présente et de ne pas être intervenu.
Et tu essaieras de viser un pied ou une main dans une bagarre, si tu y arrives, inscris-toi au Championnat du monde de tir à la volée.......t'as tes chances
Ali fayed, Posté
Bonjour ! Juste une question pourquoi ont donne des arme au force de l'ordre ? Si ils peut pas mes utilisé
Naila, Posté
Ce policier il n'as pas trouver un autre endroit pour tirer,le stabiliser ?le pied, la main et tout...il a fallu qu'il tire sur l abdomen?
Joseph, Posté
Ce sont les même qu'on a ici on dirait, à chaque fois ça finit par des barrages, et des magasins vandalisés.
La prochaine fois Messieurs les Gendarmes, laissez-les régler leurs comptes entre-eux, ça vaut mieux pour nous !