[INFO IMAZ PRESS] Justice (actualisé) :

Affaire des musées régionaux : Didier Robert renvoyé devant le tribunal correctionnel


Publié / Actualisé
Didier Robert est renvoyé devant le tribunal correctionnel de Saint-Denis dans le cadre de l'affaire dite des musées régionaux. Selon nos informations, le président de Région sera jugé avant la fin de l'année, en novembre a priori. Ce procès est l'aboutissement d'une enquête préliminaire ouverte le 20 septembre 2018 pour détournement de fonds publics et de recel de détournement de fonds publics. Dans ce dossier les investigations menées par les gendarmes avaient notamment portées sur le salaire de 6.800 euros attribué par le conseil d'administration de la société publique locale des musées régionaux à Didier Robert, lorsqu'il était directeur général de la structure. L'affaire avait été révélée par Imaz Press. Dans un communiqué publié après la parution de notre article Didier Robert affirme "je démontrerai que (...) j'ai toujours travaillé avec sérieux et rigueur pour installer une gestion saine et apaisée des musées régionaux et remettre cette société en ordre de marche". (Photo rb/www.ipreunion.com)
Didier Robert est renvoyé devant le tribunal correctionnel de Saint-Denis dans le cadre de l'affaire dite des musées régionaux. Selon nos informations, le président de Région sera jugé avant la fin de l'année, en novembre a priori. Ce procès est l'aboutissement d'une enquête préliminaire ouverte le 20 septembre 2018 pour détournement de fonds publics et de recel de détournement de fonds publics. Dans ce dossier les investigations menées par les gendarmes avaient notamment portées sur le salaire de 6.800 euros attribué par le conseil d'administration de la société publique locale des musées régionaux à Didier Robert, lorsqu'il était directeur général de la structure. L'affaire avait été révélée par Imaz Press. Dans un communiqué publié après la parution de notre article Didier Robert affirme "je démontrerai que (...) j'ai toujours travaillé avec sérieux et rigueur pour installer une gestion saine et apaisée des musées régionaux et remettre cette société en ordre de marche". (Photo rb/www.ipreunion.com)

C’est la Chambre régionale des comptes (CRC) qui est à l’origine de cette procédure. Après avoir examiné le fonctionnement financier et administratif de SPL Réunion des Musées Régionaux (RMR), elle rédigeait le 30 août 2018 un rapport lapidaire. Il était notamment question des "procédures de recrutement" jugées "opaques" et du salaire de Didier Robert augmenté de 52%...

L'attribution de ce salaire, décidé à à main levée du conseil d’administration, avait eu lieu alors que les musées étaient en grande difficulté financière. Ainsi, un an plus tôt, les salariés des musées régionaux s’étaient mis en grève pour, notamment, demander la revalorisation de leurs salaires et avaient été éconduits. Des licenciements avaient ensuite été prononcés par la SPL.

La Chambre avait "invité la société (les Musées) à obtenir le remboursement des sommes versées à l'intéressé entre le 1er septembre 2017 et le 30 juin 2018"... Elle avait saisi ensuite le parquet de Saint-Pierre. Une enquête préliminaire avait été ouverte en octobre 2018 pour détournement de fonds publics et recel de détournement de fonds publics et le dossier avait été transféré au parquet de Saint-Denis.

Musées : la Cour des comptes demande le remboursement des salaires de Didier Robert

Ces salaires perçus Didier Robert avaient aussi retenu toute l'attention de la Haute autorité pour la transparence de vie publique. "La Haute Autorité estime, au regard des différents éléments dont elle a connaissance, qu'il existe en l'état un doute sérieux quant à l'exhaustivité, l'exactitude et la sincérité de ces déclarations", avait écrit la HATVP dans un communiqué publié le mrredi 10 avril 2019. En conséquence, l'institution indépendante avait "jugé nécessaire de porter ces faits, susceptibles de constituer des infractions pénales, à la connaissance du procureur de la République de Saint-Denis de La Réunion et lui a transmis l'ensemble du dossier"

Lire aussi : La déclaration d'intérêts de Didier Robert atterrit sur le bureau du procureur

Dans le cadre de l'enquête préliminaire concernant les Musées régionaux, Didier Robert avait été entendu par les gendarmes une première fois le mardi 24 septembre 2019 et une seconde fois le mercredi 1er juillet 2020. Des sources judiciaires avaient alors indiqué à Imaz Press que "cette audition constitue le dernier acte de procédure avant la décision d'un renvoi en correctionnelle ou d'un classement sans suite".

C'est donc la première option qui a été choisie dans ce dossier révélé par notre média dès le 8 novembre 2018

Lire aussi : Cher Monsieur Didier Robert, nous sommes tellement heureux de vous savoir à l'abri du besoin

- Plusieurs autres procédures judiciaires-

Cette révélation d’Imaz Press était intervenue quelques jours avant le 17 novembre 2018, début du mouvement des Gilets jaunes. Lesquels, en lutte contre les injustices, n'avaient pas apprécié que ce même président de Région qui comptait augmenter les taxes sur le carburant touchait un revenu en tant que directeur général des musées régionaux. Le "rends l’argent Didier" était sur beaucoup de lèvres et pas mal de pancartes. C’était d’ailleurs devenu l’une des revendications de la colère jaune : plus de transparence de la part des élus.

Didier Robert annonçait alors l'abandon de l’augmentation des taxes sur le carburant sur une période de trois ans. Le 30 novembre 2018, interrogé à la préfecture par Imaz Press, le président de Région déclarait qu'il démissionnait de son poste de directeur général de la SPL des musées régionaux, prononçant son, désormais mythique "un homme, un mandat, une fonction".

Lire aussi : Didier Robert annonce sa démission des Musées régionaux

Le 7 décembre 2018, le Quotidien avait révélé que Didier Robert aurait "empoché un chèque de 111.870 euros" de cette SPL au titre de salaires non versés depuis mars 2016. Le président de avait formellement démenti et avait annoncé qu'il portait plainte pour diffamation, incitation à la haine et appel au meurtre. Il avait déclaré : "Je n’ai aucun moment perçu la somme de 111.870,96 euros. C’est un propos mensonger de la part de ce journaliste."

Le mardi 24 septembre 2019, lors de sa première audition chez les gendarmes, Didier Robert avait clamer sa bonne foi en soulignant avoir remboursé la totalité des sommes jugées litigieuses. Il a mainenu cette position lors de sa seconde audition le mercredi 1er juillet dernier.

En tant que président de Région, Didier Robert est impliqué dans plusieurs procédures judiciaires. L'affaire des musées régionaux est la première qui aboutit à un procès.

- Didier Robert jure qu'il a travaillé avec sérieux et rigueur -

Dans un communiqué publié à la suite de la parution de notre article, Didier Robert écrit : "Dans le cadre de l'enquête concernant la Société Publique Locale des Musées Régionaux qui date de 2 ans, j'ai été informé par mes avocats que je devrai au mois de novembre prochain apporter les éclairages utiles et répondre aux questions du tribunal judiciaire".

Il ajoute "sur la base du dossier auquel je pourrai enfin avoir accès, je démontrerai qu'à la direction générale de la Société Publique Locale des musées Régionaux (RMR) jusqu'en 2018, j'ai toujours travaillé avec sérieux et rigueur pour installer une gestion saine et apaisée des musées régionaux et remettre cette société en ordre de marche. J'aurai à contester les griefs qui me sont aujourd'hui reprochés et à faire la démonstration qu'aucun enrichissement personnel ou abus ne peuvent m'être reprochés.
J'ai toujours agi dans l'intérêt de la société.

Il termine en disant : "de manière plus globale, c'est l'intérêt général seul qui dicte mon action. Et cette unique dimension est encore plus importante dans ce contexte de crise et d'urgence qui mobilise toute mon attention pour permettre à La Réunion de relever tous les défis qui se posent".

Et si c'est lui qui le dit...

mb/www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

17 Commentaire(s)

Mister spl, Posté
Il a su en profiter pendant 2-3 ans à la maraina avec +6000 euros/mois .... son ex dg , est maintenant à la Spl edden avec 10000 euros/ mois en a profité aussi comme Olivier rivière a nexa, Vincent Payet avec une dizaine de mandat dont Spl rmr, couapel à la maraina avec 4500 euros/ mois , ... c est de l'argent de poche facile . Aucune responsabilité bien evidement . L'argent est la
Tananarive, Posté
Ça porte malchance tout ça , comme les grigris, .... et les crocodiles.... et les zébus.... et les ossements des morts.... des exemples ne manquent pas autour de nous.... Life is not only MONEY
Rouletabille, Posté
Commentaire cire-pompes de cette affaire sur zinfos, organe valet de la Région. Rien sur le Jir/Clicanoo du pote Tillier à plat ventre - mou - devant son subventionneur. Seul Imaz Press fait son boulot et honore le peu de presse libre qui reste à La Réunion ! Bravo à vous !
Moet et chandon néna l'hotel, Posté
À force vire do moun innocent , i gaigne coud' bâton venant de bondié, néna l'exemple si Woui vé
CHABAN, Posté
Et si c'est lui qui le dit...Bien évidemment. Avec 100 000 balles il s'enrichit pas !La photo ð?'?
Macatia, Posté
IL dit partout que le procureur, bougre qui est derrière lui sur la photo, est son ami. Si c'est vrai, il est inutile de gaspiller notre argent pour faire un procès.
Cadet roussel nana 3 maisons, Posté
Moi ce qui me désole ce qu'il a mis des agents au chÃ'mage donc licenciés pour s'octroyer un salaire de 6800 euros et donc la rétroactivité lui a permis de récolter plus de 100000 euros et qu'il nous dit qu'il les a placés sur un compte séquestre mais manque de pot ce compte séquestre n'existe pas. IL Y A ENRICHISSEMENT PERSONNEL.
Disak napodi, Posté
OBJECTIF POGNON . La politique c'est une affaire de fric . Toys les élus à tous les niveaux sont là pour faire leur beurre et autant que possible avoir les faveurs de la fermière.
Pierre Henri Furcy, Posté
Pourquoi le journaliste ne signe pas son article ? Celui ou celle qui écrit aurait-il une carte de presse ? Et celui qui commente pourquoi ne met-il pas son nom ?
Phil, Posté
Si vous êtes intéressé, j'ai surpris aujourd'hui une tractopelle déversant en catimini de la terre polluée aux hydrocarbures dans une ravine sur un ancien site industriel appartenant à ....la Région.
Amouny, Posté
Sa sÅ"ur travaille toujours à la SPL des musées régionaux! Ah famille et ça ose moucater Annette .... il faut savoir la fermer vous et vos petits sbires
Vilain, Posté
ce voyou a sa place en prison. Et il a d'autres salles affaires qui traînent.
Frigidaire, Posté
Il est à voir également pourquoi c'est toujours le même cabinet d'architectes qui est retenu.
Planete pi bon, Posté
La photo IMAZ presse ça en dit long! N'empêche vous êtes les meilleurs de la presse.... oublie pas questionne à lu sur le compte séquestre ? La fini ouvert ce compte ou l'argent lé sur son compte même!!!!!!! Petit cet homme, il n'aura pas marqué la reunion en tous les cas
Missouk, Posté
Ca sent de plus en plus la fin de règne... Les personnes licenciées par la SPL pour que ce monsieur (petit 'm" bien sÃ"r!) puisse palper 6 800 euros par mois pour un "travail" où on peut peut raisonnablement se demander ce qu'il y avait à faire, ne récupéreront malheureusement par leurs postes. Au tribunal correctionnel désormais de faire la lumière, toute la lumière, et de condamner.Et on attend les autres dossiers où il est mis en cause.Au fait, Imaz Press, avez-vous des nouvelles de cette fameuse plainte en diffamation ?
CHABAN, Posté
Imaz Press, la photo d'illustration ! La photo d'illustration, ELLE EST MAGNIFIQUE !!!!!Sur le fond, on va nous dire que c'est la procédure normal, que c'est la routine..... Et bla bla et bla
La vérité si je mens !, Posté
En attendant ce type fera appel si reconnu coupable en 1ère instance D'ici là les poules auront des dents A quand le départ du type de derrière ?