MENU

Actualités du monde :

Trump n'a pas le droit à l'erreur au dernier débat contre Clinton


Posté par
Donald Trump joue l'une de ses dernières cartes mercredi pour renverser la tendance d'une campagne présidentielle désormais dominée par Hillary Clinton, lors de leur dernier débat télévisé avant le scrutin du 8 novembre.
Donald Trump joue l'une de ses dernières cartes mercredi pour renverser la tendance d'une campagne présidentielle désormais dominée par Hillary Clinton, lors de leur dernier débat télévisé avant le scrutin du 8 novembre.

Les deux candidats à la Maison Blanche se retrouveront à partir de 18H00, à l'Université du Nevada à Las Vegas (01H00 GMT), pour la troisième fois depuis le 26 septembre, pour 90 minutes d'un duel qui devrait à nouveau être suivi par des dizaines de millions d'Américains.
Les dernières semaines ont vu un accroissement de l'avance d'Hillary Clinton chez les électrices, qui sont 52% à la soutenir, contre 37% pour Donald Trump, selon un nouveau sondage Quinnipiac. La courte avance de Donald Trump chez les hommes ne suffit pas, et il accuse un déficit général de sept points dans cette étude comme dans d'autres. Le libertarien Gary Johnson recueille 7% des intentions de vote.
Trump arrive affaibli et sur la défensive, après avoir été accusé par plus d'une demi-douzaine de femmes d'attouchements et baisers forcés. Des mensonges, selon lui. Mais ces témoignages sont venus s'ajouter à la diffusion d'un enregistrement désastreux, dans lequel il se vantait en 2005 de pouvoir, en tant que star, faire tout ce qu'il voulait à une femme.
Dans ce climat nauséabond, le site d'informations Breitbart, dont le patron Steve Bannon est devenu en août le directeur général de la campagne Trump, a de son côté publié mercredi le témoignage vidéo d'une ancienne journaliste de l'Arkansas, Leslie Millwee, affirmant avoir été victime d'attouchements par Bill Clinton en 1980, quand il était gouverneur de cet Etat du sud.
Sans se prononcer sur ces "allégations", le porte-parole de Mme Clinton Brian Fallon a indiqué qu'il ne "serait pas surpris" que Donald Trump cherche à en parler lors du débat ou dans les prochains jours. Il a dénoncé une "stratégie de la terre brûlée". "S'il a cette stratégie ce soir au débat, ce sera sa perte", a-t-il prédit.
- Clinton en tête des sondages -
Le milliardaire faisait monter la pression dans les heures précédant l'émission. Il a invité un demi-frère de Barack Obama, Malik, ainsi que la mère d'un informaticien tué dans l'attaque contre la mission diplomatique américaine de Benghazi en Libye en 2012, Patricia Smith, qui accuse Hillary Clinton, alors secrétaire d'Etat, de lui avoir menti sur les circonstances de l'attaque.
Et le républicain puise abondamment dans les messages piratés du compte Gmail du président de l'équipe de campagne d'Hillary Clinton, John Podesta, divulgués par WikiLeaks, pour accuser la démocrate de corruption et de conflits d'intérêts.
Sa directrice de campagne Kellyanne Conway a eu un conseil pour lui mercredi: "rester concentré".
Elle a renouvelé ses attaques contre Hillary Clinton, une "menteuse reconnue. Elle a menti au Congrès, elle a menti au FBI, elle a menti aux familles de Benghazi. Elle ment et c'est toujours pour un gain politique", a-t-elle déclaré sur MSNBC, dénonçant aussi la "collusion" entre la campagne Clinton et une partie de la presse américaine.
Contrairement à son adversaire, l'ancienne chef de la diplomatie s'est minutieusement préparée au débat, n'ayant rien fait d'autre depuis samedi. Ses stratèges estiment en effet que les deux premiers ont eu un impact déterminant pour décrédibiliser Donald Trump.
La démocrate arrive dopée par les sondages, tant au niveau national que dans la plupart des Etats-clés où se jouera l'élection.
Un nouveau sondage en Arizona, un Etat conservateur, plaçait même la démocrate en tête, et un autre dans le Texas la montrait sur les talons de Donald Trump. Dans l'Utah, un candidat conservateur anti-Trump, Evan McMullin, surpasse Donald Trump, selon une étude-choc Emerson College.
Le débat sera modéré par le journaliste de Fox News Chris Wallace, organisé en six séquences de 15 minutes, consacrées notamment à l'économie, l'immigration et la politique étrangère. Le dernier thème concernera l'aptitude à exercer la fonction suprême.

- © 2016 AFP

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !