Les talibans afghans ont revendiqué les deux attentats :

Afghanistan: attaques contre la police et les renseignements


Publié / Actualisé
Les talibans afghans ont revendiqué deux attentats quasi-simultanés à Kaboul mercredi visant un poste de police et un centre des renseignements, qui ont fait au moins trois morts.
Selon une source de sécurité qui a tenu à garder l'anonymat, au moins un assaillant armé a réussi, après une explosion, à se frayer un chemin au sein du poste de police et a "pris position" à l'intérieur des locaux. Deux heures après l'explosion, les services de sécurité essayaient encore de le déloger. Un hélicoptère des forces de l'ordre notamment survolait l'endroit. Un bilan provisoire fait état d'au moins trois morts et 38 blessés, qui ont été transportés d'urgence à l'hôpital.
Les talibans afghans ont revendiqué deux attentats quasi-simultanés à Kaboul mercredi visant un poste de police et un centre des renseignements, qui ont fait au moins trois morts.
Selon une source de sécurité qui a tenu à garder l'anonymat, au moins un assaillant armé a réussi, après une explosion, à se frayer un chemin au sein du poste de police et a "pris position" à l'intérieur des locaux. Deux heures après l'explosion, les services de sécurité essayaient encore de le déloger. Un hélicoptère des forces de l'ordre notamment survolait l'endroit. Un bilan provisoire fait état d'au moins trois morts et 38 blessés, qui ont été transportés d'urgence à l'hôpital.

"On s'attend à plus de victimes car les ambulances sont en chemin", a déclaré à l'AFP un porte-parole du ministère de la Santé, Waheed Majroh. Le premier attentat, le plus violent des deux, perpétré dans l'ouest de la capitale afghane par "un kamikaze au volant d'une voiture piégée", s'est produit en milieu de journée, vers 08H00 GMT, à l'entrée du poste de police PD6, a indiqué à l'AFP le porte-parole du ministère de l'Intérieur Najibullah Danish, qui a mentionné des "tirs" après la première explosion. De nombreux témoins cités par les médias locaux ou réagissant sur Twitter ont fait également état de tirs plusieurs dizaines de minutes après l'explosion initiale.

- Epaisse fumée noire -

"C'était l'heure du déjeuner, les gens faisaient la queue pour acheter du pain", a témoigné à l'AFP un boulanger voisin du poste de police attaqué, Ahmad Fawad.
"Soudain nous avons entendu un énorme boum, c'était effrayant. Toutes les fenêtres de la boutique ont volé en éclats et deux de mes employés ont été légèrement atteints par le verre brisé. Il y avait de la fumée et de la poussière partout. On entendait des tirs, on s'est enfermé dans la boulangerie", a-t-il relaté.

Une épaisse colonne de fumée noire s'est élevée pendant plus d'une heure au-dessus du quartier, selon les images montrées en direct par la chaîne de télévision Tolo.
Selon le porte-parole du ministère, la deuxième attaque a été perpétrée cinq minutes après la première à 12H35 locales (08H05 GMT) par un kamikaze à pied: elle visait un centre des services de renseignements afghans, le NDS, dans le sud-est de la ville a ajouté ce porte-parole.

Selon une source sécuritaire refusant d'être citée, un assaillant a été abattu alors qu'il pénétrait dans les locaux. Dans un message posté sur Twitter, le porte-parole des talibans Zabibullah Mujahid a revendiqué cette double opération en affirmant que "des attaques martyres ont commencé contre le poste de police PD6 et un important centre des renseignements à Kaboul".

Le dernier attentat en date à Kaboul remontait au 7 février: un kamikaze à pied s'était fait exploser contre les locaux de la Cour Suprême à l'heure de sortie des bureaux, faisant 20 morts, dont plusieurs femmes et enfants, et une quarantaine de blessés. Cette opération n'a pas été revendiquée.

Lundi, un policier afghan gagné à la cause des talibans avait par ailleurs retourné son arme contre ses collègues, tuant onze d'entre eux à un point de contrôle dans la province du Helmand (sud).
AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !