Les faits sont prescrits :

Baupin: l'enquête pour agressions et harcèlement sexuels classée sans suite


Publié / Actualisé
L'enquête ouverte en mai 2016 après les révélations d'accusations d'agressions sexuelles et de harcèlement sexuel visant le député écologiste Denis Baupin, a été classée sans suite "pour prescription" même si certains faits étaient "susceptibles d'être qualifiés pénalement", a annoncé lundi le procureur de Paris.
L'enquête ouverte en mai 2016 après les révélations d'accusations d'agressions sexuelles et de harcèlement sexuel visant le député écologiste Denis Baupin, a été classée sans suite "pour prescription" même si certains faits étaient "susceptibles d'être qualifiés pénalement", a annoncé lundi le procureur de Paris.

L'enquête avait été ouverte le 10 mai après les révélations dans Mediapart et France Inter de huit femmes, quatre anonymes et quatre élues écologistes, qui dénonçaient les agissements de Denis Baupin. D'autres femmes avaient ensuite témoigné. "Il apparaît que les faits dénoncés (...) sont pour certains d'entre eux susceptibles d'être qualifiés pénalement. Ils sont cependant prescrits", a indiqué le procureur de la République, François Molins, dans un communiqué.


AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !