Relations internationales :

Trump, en difficulté à Washington, reçu en grande pompe à Paris


Publié / Actualisé
Le président américain Donald Trump, embourbé chez lui dans des accusations de collusion avec la Russie, devrait avoir un répit fastueux jeudi et vendredi à Paris, où il est l'invité d'honneur d'Emmanuel Macron pour les commémorations de l'entrée des Etats-Unis dans la Première guerre mondiale.
Le président américain Donald Trump, embourbé chez lui dans des accusations de collusion avec la Russie, devrait avoir un répit fastueux jeudi et vendredi à Paris, où il est l'invité d'honneur d'Emmanuel Macron pour les commémorations de l'entrée des Etats-Unis dans la Première guerre mondiale.

Attendu jeudi matin dans la capitale française, M. Trump aura une matinée consacrée aux personnels civil et militaire américains, avant d'entamer la partie diplomatique et commémorative de sa visite.

Accueil solennel et cérémonie militaire aux Invalides, visite du tombeau de Napoléon, entretien au palais de l'Elysée, dîner des couples présidentiels dans un restaurant étoilé de la Tour Eiffel, défilé du 14 juillet sur les Champs-Elysées: le programme élaboré par la présidence française devrait faire oublier momentanément ses ennuis à M. Trump - son fils aîné est soupçonné de collusion avec Moscou pendant la campagne électorale américaine.

Les Premières dames, Brigitte Macron et Melania Trump, visiteront de leur côté la cathédrale Notre-Dame de Paris, au coeur de Paris, avant une croisière sur la Seine.

Le président Trump "est très excité. La Première dame est très excitée. Rendre visite à un couple comme les Macron dans la Ville Lumière, c'est assez prodigieux", confie un haut responsable américain. "Nous avons l'habitude de bien recevoir les gens qu'on invite. Nous aurons à coeur que ce séjour se déroule bien", explique de son côté l'Elysée, démentant l'idée que cette invitation en grande pompe constitue un blanc seing à l'imprévisible dirigeant américain.

La visite de M. Trump revêt une forte charge politique, compte tenu des relations difficiles que le président, chantre de l'"Amérique d'abord", entretient avec de nombreux pays. Et elle intervient quelques jours après un G20 houleux, où les Etats-Unis ont réaffirmé leur volonté de faire cavalier seul, notamment sur la question primordiale du climat.

- Lutte contre le terrorisme -

La présidence française insiste sur les enjeux diplomatiques. Il s'agit, selon M. Macron, de ne pas "rompre" avec les Etats-Unis, de ne pas les "isoler", et de réaffirmer les "liens historiques" qui unissent les deux vieux alliés. Les deux dirigeants s'entretiendront jeudi après-midi en tête à tête à l'Elysée, avant un entretien élargi aux délégations.

Les discussions seront en grande partie consacrées "à ce qui unit le plus les deux pays en ce moment: la lutte antiterroriste", explique l'Elysée. La France, deuxième contributeur de la coalition antijihadiste en Irak et en Syrie, est "un partenaire très proche dans le domaine sécuritaire", reconnaît un haut responsable américain.

Toutefois, précise l'Elysée, les sujets de divergence, en particulier le climat, "ne seront pas évités". Depuis le retrait début juin des Etats-Unis de l'accord de Paris, le président français a endossé le costume de défenseur de l'accord, notamment avec une formule choc: "Make our planet great again" ("Rendre sa grandeur à notre planète") qui parodiait le slogan de campagne du président Trump. Néanmoins, il a affirmé ne pas désespérer de convaincre les Etats-Unis de revenir dans l'accord.

Experts et diplomates, eux, mettent en garde contre l'imprévisibilité totale de M. Trump. "C'est très compliqué de jouer aux échecs avec un homme dont on ignore tout de la stratégie, et dont le seul postulat est de tout subordonner à l'intérêt national américain. S'imaginer qu'on le fera changer d'avis est une pure folie", analyse le spécialiste des relations internationales Bertrand Badie.

- 'Bonne alchimie' -

Les deux hommes, que tout semble opposer au premier abord, "ont beaucoup de chose en commun dans leur façon de voir le monde", estime le haut responsable américain. Selon lui, il y a "une très bonne alchimie" entre le centriste pro-européen Macron, 39 ans, et l'isolationniste et impétueux Trump, 71 ans.

"Ils ont une relation de travail extrêmement ouverte, franche, mais aussi constructive. La relation s'est bien mise en place", opine-t-on côté français. Lors du récent sommet du G20, le président français a multiplié les amabilités, les gestes complices, les accolades, en net contraste avec les autres Européens, notamment la chancelière allemande Angela Merkel, très critique vis à vis de l'Américain.

Hasard du calendrier, Mme Merkel est d'ailleurs à Paris jeudi en même temps que M. Trump, pour un sommet franco-allemand qu'elle coprésidera dans la matinée avec Emmanuel Macron.
Mais aucune rencontre n'est prévue entre la chancelière et le dirigeant américain.

AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !