Pour "repartir sur de bonnes bases" :

Opération "team-building" pour les députés REM réunis en séminaire


Publié / Actualisé
Appels à l'"audace", exercices de "team-building", apéro convivial: les députés de la République en marche, réunis en séminaire jusqu'à mardi, veulent "construire une culture commune" pour "repartir sur de bonnes bases", à une semaine de la rentrée parlementaire.
Appels à l'"audace", exercices de "team-building", apéro convivial: les députés de la République en marche, réunis en séminaire jusqu'à mardi, veulent "construire une culture commune" pour "repartir sur de bonnes bases", à une semaine de la rentrée parlementaire.

Après un "mot d'accueil" de leur chef de file, Richard Ferrand, qui les a exhortés à "l'audace", alors que le contexte social et politique s'est tendu depuis l'été, place à des exercices d'esprit "start-up".
En cercle, du plus jeune au plus âgé, ils ont fait "un petit jeu", a rapporté l'un d'eux. Marchant un peu au hasard, ils devaient s'arrêter avec la musique et répondre à des questions du type: "Qu'est-ce qui nous motive?".
Quelque 290 élus se sont inscrits pour ce séminaire à huis clos jusqu'à mardi aux Docks d'Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), selon une source parlementaires, sur les 313 membres du groupe depuis le départ de M'jid El Guerrab, mis en examen pour "violences volontaires avec arme". Le président de l'Assemblée, François de Rugy (REM), présent, ne s'est pas exprimé devant la presse à l'arrivée, ni Manuel Valls (apparenté REM).
Encadrés de formateurs extérieurs, choisis par le pôle formation du groupe, et après un "gros travail en amont" selon Laurent Pietraszewski, lui-même ex-spécialiste des ressources humaines, les élus avaient répondu à un questionnaire sur leurs attentes pour cette journée de "coworking".
Ils se sont retrouvés en plus petits groupes pour d'autres ateliers "dans un état d'esprit très start-up", a tweeté Marie Guévenoux, photo à l'appui.
"On a eu ce matin une séance de brainstorming, pour réfléchir au type de député on voulait être, à ce qui nous avait gêné, ce dont on était fier. Des choses quasiment intimes", a-t-elle ensuite expliqué à l'AFP, se réjouissant que tous aient "à peu près le même ressenti".
"L'idée, c'est à travers des petits exercices, de créer de la cohésion, pas de manière du tout artificielle, mais à travers des choses un peu différentes, de se côtoyer, de discuter, de rigoler", selon l'un des porte-parole du groupe, Hervé Berville.


- Couacs, "loin derrière" -


Après cette étape pour "mieux partager les richesses que chacun porte en lui", la journée de mardi vise à "travailler de manière approfondie sur les grands textes" de rentrée, dont la loi antiterroriste et le budget, selon M. Ferrand.
L'adoption des lois "ne suffit pas, il faut aussi de la promotion", a notamment souligné Sacha Houlié, vice-président de l'Assemblée.
Réfutant tout couac en session extraordinaire au sein du groupe, qu'un premier séminaire en juin n'avait pas permis d'éviter, M. Ferrand a assuré que tout irait "encore mieux" après ces journées. A ceux qui lui ont reproché sa discrétion avant l'été, l'élu, qui compte rester à son poste, a rétorqué qu'il ne fallait "pas confondre être présent au travail et être absent dans les médias".
Présidente de la commission de Lois, Yaël Braun-Pivet n'a également rien vu "quoi que ce soit de problématique" dans la dernière session, Olivia Grégoire jugeant cela "loin derrière" et l'état d'esprit pas à "panser les plaies".
Plusieurs députés ont toutefois assuré avoir planché sur le règlement de l'Assemblée durant la pause estivale, même si "le livre est assez épais", comme l'a observé Bruno Fuchs (apparenté MoDem).
Certains reconnaissaient être "toujours en phase d'apprentissage", telle Laetitia Avia, Xavier Roseren prédisant un nouveau départ "sur des bonnes bases" après de "petits calages".
Plusieurs membres du gouvernement, dont Édouard Philippe, devaient participer à un dîner précédé d'un "apéritif des territoires". Chaque député avait été invité à apporter des spécialités: tomme de 9 kilos pour une élue, "Jésus" de Lyon pour Bruno Bonnell, Ricard pour Aurore Bergé, bières amiénoises pour Barbara Pompili...
Le Premier ministre devait aussi faire un passage mardi à la journée parlementaire MoDem, dont le chef de file Marc Fesneau a assuré sur LCP être "pleinement entendu, pleinement en dialogue avec les collègues de REM".

Par Jan HENNOP - © 2017 AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !