[LIVE] Alerte violette pour la Martinique, rouge en Guadeloupe (actualisé) :

Ouragan Maria - Les Antillais de La Réunion s'inquiètent pour leurs proches


Publié / Actualisé
L'alerte violette, plus haut degré de vigilance, a été déclenchée en Martinique ce lundi soir 18 septembre 2017 en prévision du passage de l'ouragan Maria. La Guadeloupe pourrait au même niveau de vigilance dans les prochaines heures. À La Réunion, les Antillais sont à l'écoute des informations et se préoccupent pour leurs famille et proches qui y résident.
L'alerte violette, plus haut degré de vigilance, a été déclenchée en Martinique ce lundi soir 18 septembre 2017 en prévision du passage de l'ouragan Maria. La Guadeloupe pourrait au même niveau de vigilance dans les prochaines heures. À La Réunion, les Antillais sont à l'écoute des informations et se préoccupent pour leurs famille et proches qui y résident.

 

19h09 - L'alerte violette, plus haut degré de vigilance, est déclenchée en Martinique. L'ouragan Maria est désormais classé en catégorie 3 sur 5. Ce niveau d'alerte entraîne le confinement de la population.

"Maria sera au plus près de nos côtes vers la mi-journée", a indiqué la préfecture, précisant que l'ensemble des services de sécurité et de secours "sont pré-positionnés, prêts à intervenir (soit 600 sapeurs-pompiers, 200 policiers, 200 gendarmes et 500 militaires)", et que les communes doivent "mettre à l'abri leur population située en zones sensibles (submersion marine, zones inondables, zones à risques, glissements de terrain...)".

 

 

 

15h27 - La préfecture de la Martinique précise également que "l'activité économique doit être stoppée", les transports en commun "interrompus", et les grands rassemblements "annulés".

15h00 - Les vols à destination ou en provenance de Martinique et de Guadeloupe ont été reportés.

 

 

15h00 - La Martinique est placée en alerte rouge. Le phénomène devrait passer au plus près des côtes vers la mi-journée, indique le centre météorologique local.

 

 

 

12h00 - Les yeux rivés sur son téléphone, Jean-Claude scrute attentivement les messages de ses proches. Le Guadeloupéen vit à La Réunion depuis 5 ans mais la majorité des membres de sa famille réside en Guadeloupe. Une situation angoissante car il se dit "impuissant", lui qui revient tout juste de vacances passées sur son île natale. Là, où il a vécu l'ouragan Irma il y a une dizaine de jours. L'homme de 57 ans, raconte le passage d'Irma et la situation actuelle de La Guadeloupe à quelques heures du passage de l'ouragan Maria.

 

Lire aussi : Irma - Au moins 9 morts, 23 blessés, maisons détruites, électricité coupée 

 

- Pour rappel -

"Dès ce lundi 18 septembre, Météo-France prévoit pour la Guadeloupe une forte houle, des vents violents, avec rafales jusqu'à 200 km/h, de fortes pluies pouvant aller jusqu'à 400 mm par endroit", a fait savoir la préfecture dans un communiqué à la mi-journée. Les Iles du nord, Saint-Martin et Saint-Barthélemy, déjà ravagées début septembre par l'ouragan Irma, restent pour leur part en vigilance jaune cyclone, selon la préfecture.

 

 

Avec une puissance de Maria évaluée "entre 2 et 3", "cela montre évidemment que nous aurons des difficultés importantes", a de son côté affirmé le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb. En effet, "la Guadeloupe était le centre logistique à partir duquel nous pouvions alimenter l'île de Saint-Martin et organiser l'ensemble des rotations aériennes et des approvisionnements", a-t-il souligné lors d'un point de situation à Paris.
Mais "les moyens déjà disposés vont permettre de gérer les choses", a-t-il assuré, alors que le gouvernement a été accusé d'un manque d'anticipation lors du passage de l'ouragan Irma.

"Nous avons depuis hier (samedi) envoyé de nouveaux moyens de la protection civile" et "dès ce soir 110 militaires de la protection civile vont partir sur zone", a-t-il annoncé, rappelant qu'"environ 3.000 personnes" se trouvent sur place "pour gérer les problèmes de sécurité, recommencer la reconstruction et veiller à l'approvisionnement". "Dans les prochaines heures nous projetons de pouvoir envoyer jusqu'à 400 à 500 personnes pour venir encore en renfort" si besoin, a-t-il ajouté.

"Depuis hier nous avons anticipé ce qui peut se produire", a-t-il assuré. "Nous avons réuni une cellule interministérielle de crise à midi" et "nous en tiendrons une" lundi, a-t-il indiqué. Une réunion interministérielle est prévue mercredi.

⚠️ #Maria #Guadeloupe Les établissements scolaires seront fermés dès ce lundi matin, et ce jusqu’à nouvel ordre. pic.twitter.com/o9A5vHkO9m — Préfet de Guadeloupe (@Prefet971) 17 septembre 2017 - Ecoles fermées lundi en Guadeloupe -

A peine deux semaines après Irma, la population est appelée à se préparer, notamment à des "inondations sur les parties basses de l'archipel", selon le communiqué de la préfecture. Au rang des consignes de sécurité, s'imposent d'évacuer les habitations situées en zones inondables, de rejoindre un abri sûr, de consolider sa maison en protégeant les ouvertures, et de mettre hors de portée d'eau les objets personnels et documents. A cela s'ajoutent les consignes usuelles d'autonomie pour plusieurs jours: préparer des réserves d'eau, de nourriture, etc.

Les établissements scolaires resteront fermés lundi en Guadeloupe, "par mesure de précaution" et "ce jusqu'à nouvel ordre", a annoncé l'Académie de Guadeloupe. La "tempête tropicale forte" Maria "s'intensifie en s'approchant de l'arc antillais", a indiqué Météo-France dans son bulletin de suivi.

 

 

"Le centre du système est prévu à proximité immédiate de la Guadeloupe en seconde partie de nuit de lundi à mardi", selon Météo-France. "Maria serait alors au stade d'ouragan de catégorie 2". Selon Météo-France, "les incertitudes sur la trajectoire et l'intensité finale à cette échéance ne permettent pas à cette heure de localiser avec précision les impacts sur la Guadeloupe". Il n'est ainsi "pas totalement exclu que Maria atteigne la catégorie 3 à son passage au plus près de la Guadeloupe". "Cette menace doit être prise très au sérieux", souligne Météo-France.

La Martinique a, elle, été placée en vigilance orange vent violent, mer dangereuse et fortes précipitations.

de/me/www.ipreunion.com avec l'AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !