MENU

Il présidera la chambre des députés :

Allemagne: Schäuble va quitter le ministère des Finances


Posté par
Wolfgang Schäuble s'apprête à quitter ses fonctions de ministre allemand des Finances pour prendre la présidence de la chambre des députés après huit ans en poste, a annoncé mercredi son parti conservateur, l'Union démocrate-chrétienne d'Angela Merkel. Âgé de 75 ans, Wolfgang Schäuble, qui tenait d'un main de fer le ministère des Finances, entend désormais prendre la présidence de la chambre des députés, suite aux élections législatives de dimanche.
Wolfgang Schäuble s'apprête à quitter ses fonctions de ministre allemand des Finances pour prendre la présidence de la chambre des députés après huit ans en poste, a annoncé mercredi son parti conservateur, l'Union démocrate-chrétienne d'Angela Merkel. Âgé de 75 ans, Wolfgang Schäuble, qui tenait d'un main de fer le ministère des Finances, entend désormais prendre la présidence de la chambre des députés, suite aux élections législatives de dimanche.

"Nous allons proposer Wolfgang Schäuble" pour cette fonction et "nous nous réjouissons qu'il se soit dit prêt à se porter candidat", a indiqué dans un communiqué le chef du groupe parlementaire des conservateurs allemands (CDU/CSU), Volker Kauder. Il confirmait des informations qui avaient filtré auparavant de sources proches de sa formation.


Wolfgang Schäuble, un fidèle de la chancelière Angela Merkel même s'ils n'étaient pas toujours d'accord, faisait l'objet de pressions amicales mais croissantes depuis plusieurs jours pour quitter son poste dans le futur gouvernement, dont la formation s'annonce particulièrement complexe entre les conservateurs, les libéraux du FDP et les écologistes. Les Libéraux n'ont en effet pas fait mystère de leur ambition de s'occuper des Finances. En laissant la place libre, Wolfgang Schäuble va faciliter la tâche d'Angela Merkel.

Le départ de Wolfgang Schäuble constituera une césure importante en Allemagne et en Europe. Gage dans l'opinion allemande de sérieux budgétaire, cette figure politique est souvent perçue ailleurs en Europe comme emblématique de l'orthodoxie et du manque de flexibilité de Berlin en matière de finances publiques.


Il avait notamment prôné une sortie de la Grèce de la zone euro au pic de la crise de financement que traversait le pays en 2015. C'est la chancelière qui avait finalement décidé de ne pas suivre son ministre dans cette voie.
 

AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !