Les syndicats sont "globalement déçus" :

Fonction publique: la revalorisation des carrières reportée d'un an


Publié / Actualisé
Le plan de revalorisation des carrières des fonctionnaires, conclu sous le gouvernement précédent, sera reporté d'un an, ont annoncé lundi le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, et les syndicats de la fonction publique, qui se sont déclarés "globalement déçus", à l'issue de leur "rendez-vous salarial".
Le plan de revalorisation des carrières des fonctionnaires, conclu sous le gouvernement précédent, sera reporté d'un an, ont annoncé lundi le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, et les syndicats de la fonction publique, qui se sont déclarés "globalement déçus", à l'issue de leur "rendez-vous salarial".

Le ministre a chiffré le coût de ce plan, baptisé protocole sur les parcours, les carrières et les rémunérations des agents (PPCR) à 11 milliards d'euros en cumulé jusqu'en 2021. Son report d'un an devrait permettre au gouvernement de faire des économies de "800 millions" d'euros en 2018.
Le report devrait concerner 4,4 millions d'agents, selon l'entourage du ministre.

Le PPCR, mis en place par le gouvernement précédent, prévoit de revoir d'ici à 2020 dans le sens d'une revalorisation et d'une simplification toutes les grilles de rémunération des fonctionnaires en contrepartie d'un allongement des carrières. L'ensemble des syndicats, même ceux qui n'avaient pas signé le PPCR (CGT, FO et solidaires), ont affiché leur déception à l'issue de la réunion concernant ce décalage dans le temps, que tous redoutaient et qui aura des conséquences importantes sur le pouvoir d'achat des agents, dont les cotisations retraite ont parallèlement augmenté.

Par ailleurs, le ministre a confirmé la "compensation intégrale" de la hausse de la CSG "pour l'ensemble des agents publics". Comme prévu, cette compensation passe, comme pour les salariés, par la suppression de cotisations: la Contribution exceptionnelle de solidarité (CES) de 1%, payée par une partie des agents publics, ainsi que la cotisation maladie de 1,75% pour les contractuels.

Le gouvernement a prévu, dans le cadre du budget pour 2018, d'augmenter de 1,7 point le taux normal de la CSG (contribution sociale généralisée), utilisée pour financer la protection sociale. Une "prime compensatoire est également créée pour les agents des trois versants de la fonction publique" qui "sera versée en janvier 2018, calculée sur la moyenne de la rémunération 2017 et sera actualisée une fois, au 1er janvier 2019, sur la base de la rémunération 2018", selon le ministre.

A la demande des syndicats, "cette prime sera maintenue pour les nouveaux entrants", a-t-il ajouté. Le ministre a aussi confirmé la réinstauration d'un jour de carence (paiement du salaire à partir du deuxième jour d'arrêt maladie) dès 2018 et le gel du point d'indice, qui sert de calcul à la rémunération des agents publics, en 2018.

AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !