L'événement a bouleversé le pays :

Née en 1917, une Russe raconte l'après-Révolution


Publié / Actualisé
Maria Riabtseva avait à peine trois mois lorsque la révolution d'Octobre 1917 a bouleversé la Russie, faisant d'elle un témoin ordinaire d'un siècle d'événements exceptionnels, de la naissance et la mort de l'Union soviétique jusqu'à l'arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine.
Maria Riabtseva avait à peine trois mois lorsque la révolution d'Octobre 1917 a bouleversé la Russie, faisant d'elle un témoin ordinaire d'un siècle d'événements exceptionnels, de la naissance et la mort de l'Union soviétique jusqu'à l'arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine.

Née le 14 juin 1917 au nord de Moscou, Maria Riabtseva était trop jeune pour se souvenir de la Révolution, prévient-elle avec un sourire. "Mes premiers souvenirs remontent aux années 1920", ajoute-t-elle.
En un siècle de vie, elle a survécu à deux guerres, celle entre l'Armée blanche, fidèle au Tsar Nicolas II, et l'armée bolchevique, et la Seconde guerre mondiale, qui lui a ravi deux de ses enfants.
Elle a aussi assisté à la collectivisation forcées des campagnes, dans les années 1920, aux purges staliniennes des années 1930, ainsi qu'à la perestroïka ayant mené à la chute de l'URSS en 1991.
Mais ce dont se souvient surtout la vieille dame, c'est d'avoir "travaillé toute (sa) vie". "J'ai travaillé depuis mon plus jeune âge", raconte à l'AFP celle qui fut tour à tour paysanne, infirmière et ouvrière.
"Notre famille était composée de cinq enfants, nous étions des paysans normaux", se souvient-elle. "On nous a saisis nos deux chevaux et une vache pour le kolkhoze (ferme collective). Que pouvions-nous faire? On a rejoint le kolkhoze", dit-elle.
Pendant la Seconde guerre mondiale, où ont été tués plus de 20 millions de Soviétiques, Maria Riabtseva devient infirmière à l'hôpital de Rostov-Iaroslavki, à 200 km au nord de Moscou.
"C'était dur, il n'y avait pas grand-chose à manger... Il fallait travailler, il y avait tant de soldats blessés, les lits étaient pleins", soupire-t-elle.
"Mais comme nous étions heureux le jour de la Victoire, comme tout le monde chantait et dansait!", s'exclame-t-elle ensuite, les yeux s'illuminant de joie à ce souvenir.


- 'Il faut vivre' -


De la mort de Staline, survenue en mars 1953, Maria Riabtseva ne conserve que peu de souvenirs. "Ce n'était pas une catastrophe", dit-elle en haussant les épaules. "Mais tout le monde était triste."
Ce qui a marqué la mémoire de cette vieille dame à l'humour intact, c'est surtout son emménagement en 1961 dans un appartement de deux-pièces situé à l'est de Léningrad (aujourd'hui Saint-Pétersbourg, ancienne capitale impériale de la Russie).
"Ca c'était le vrai bonheur: de l'eau chaude, le chauffage central... De quoi d'autre peut-on encore rêver ?", lance-t-elle.
Ce logement lui paraissait un véritable paradis après avoir vécu une dizaine d'années dans une baraque rustique et glaciale l'hiver avec sa famille pendant la dure période qui a suivi la Seconde guerre mondiale.
Les temps difficiles de la Perestroïka, précédant la chute de l'URSS, "n'ont pas vraiment changé (sa) vie, sauf que c'était plus dur qu'avant", tandis que l'arrivée de Vladimir Poutine, au pouvoir depuis fin 1999, a considérablement amélioré son quotidien, raconte cette dame, veuve depuis plus de quarante ans.
Maria Riabtseva partage désormais son appartement avec la famille d'un de ses petits-fils. Elle qui affirme ne pas s'intéresser à la politique, assure ne pas avoir l'intention de fêter le centenaire de la révolution d'Octobre qui aura lieu le 7 novembre.
"Je pense que j'aurais vécu la même vie, avec ou sans révolution. De toute façon, on ne peut rien changer", philosophe-t-elle.
"Est-ce que j'ai été heureuse? Je ne sais pas. Je vivais. Si tu es né, il faut vivre, n'est-ce pas? Surtout que la vie passe très vite", sourit-elle.

Par Anne CHAON - © 2017 AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !