En rentrant d'un mariage :

Une mère et ses deux bébés tués dans un accident de la route à Nîmes


Publié / Actualisé
Une femme de 24 ans et ses deux bébés, passagers sans ceinture ni siège enfant d'une voiture en excès de vitesse, ont été tués dans un accident en rentrant d'un mariage, dimanche à l'aube à Nîmes, a-t-on appris de sources concordantes.
Une femme de 24 ans et ses deux bébés, passagers sans ceinture ni siège enfant d'une voiture en excès de vitesse, ont été tués dans un accident en rentrant d'un mariage, dimanche à l'aube à Nîmes, a-t-on appris de sources concordantes.

Outre le décès de la mère et de ses enfants de 6 et 18 mois, l'accident a fait deux autres blessés graves parmi les 6 occupants de la voiture : deux passagers transportés à l'hôpital et dont le pronostic vital était engagé dimanche, a précisé la préfecture du Gard dans un communiqué.
Le sixième occupant de la voiture, le conducteur, plus légèrement blessé, a été placé en garde à vue. La mesure était temporairement interrompue dimanche soir pour des examens médicaux, a-t-on appris auprès du parquet et de la préfecture.
Une enquête judiciaire a été ouverte pour éclaircir les circonstances de l'accident.
Celui-ci a eu lieu vers 05H30 lorsque la voiture "a perdu le contrôle et est partie en glissade" sur un boulevard périphérique de la ville, a précisé un officier des pompiers, joint par l'AFP.
Selon les premiers éléments de l'enquête, les occupants de la voiture rentraient d'un mariage, a précisé François Lalanne, le secrétaire général de la préfecture.
Ils roulaient "manifestement à très grande vitesse", puisque sous le choc, la voiture s'est pliée contre un panneau publicitaire, a fait un tête-à-queue, puis a arraché le poteau d'un feu tricolore, qu'elle a traîné "sur plusieurs dizaines de mètres", a-t-il ajouté. Aucun n'autre véhicule n'est impliqué.
Les passagers étaient trop nombreux, les ceintures de sécurité n'avaient pas été bouclées, et les bébés n'étaient pas installés dans des sièges enfants, ont relevé les enquêteurs.
La voiture n'était pas assurée et le contrôle technique était périmé, a aussi souligné le préfet. En revanche, le conducteur ne semblait pas conduire en état d'ivresse. Un test d'usage de stupéfiants a été ordonné.

Par Kamal TAHA - © 2017 AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !