Le pays traverse une période de fortes tensions :

Yémen: au moins cinq morts dans deux attentats suicide à Aden


Publié / Actualisé
Deux attentats suicide attribués à Al-Qaïda et visant les services de sécurité ont secoué dimanche la ville d'Aden, faisant au moins cinq morts et mettant fin à des mois de calme dans la grande ville du sud du Yémen.
Deux attentats suicide attribués à Al-Qaïda et visant les services de sécurité ont secoué dimanche la ville d'Aden, faisant au moins cinq morts et mettant fin à des mois de calme dans la grande ville du sud du Yémen.

Le première attaque lancée par un kamikaze à bord d'un véhicule piégé a visé le convoi du chef de la sécurité de la ville, le général Chalal Chae, au moment où il entrait dans son QG. "Au moins deux policiers ont été tués et d'autres blessés", a indiqué un responsable des services de sécurité, ajoutant que le général Chae et ses gardes sont sortis indemnes de l'attaque.

L'attentat a été suivi par des tirs de "combattants d'Al-Qaïda" postés sur les toits entourant le QG. La police a envoyé des renforts et les échanges de tirs ont duré des heures, a ajouté ce responsable. Dans le deuxième attentat, un kamikaze a réussi à s'introduire dans le QG de la brigade criminelle d'Aden avant de se faire exploser, a indiqué le même responsable des services de sécurité.

L'explosion a provoqué un incendie et des échanges de tirs ont eu lieu entre des gardes du QG et des "éléments d'Al-Qaïda", soutenant le kamikaze. Durant l'attaque, des assaillants se sont introduits dans les locaux de la brigade criminelle et ont mis le feu aux dossiers de cette unité, a ajouté ce responsable. Aucun bilan n'a été communiqué pour le moment.

Depuis la reprise d'Aden par les forces progouvernementales aux rebelles chiites houthis pendant l'été 2015, le général Chae, bête noire des jihadistes, a survécu à cinq attentats. Les services de sécurité dirigés par le général Chae ont mené une lutte sans merci contre les jihadistes à Aden, qui n'avait pas connu d'attaques majeures ces derniers mois.

Ces services ont le soutien actif des Emirats arabes unis, l'un des piliers de la coalition arabe menée par l'Arabie saoudite, qui intervient militairement au Yémen depuis mars 2015 en soutien au président Abd Rabbo Mansour Hadi et à son gouvernement. Une force formée et encadrée par les Emirats arabes unis a réussi ces derniers mois à chasser les combattants d'Al-Qaïda des principaux centres urbains de deux provinces proches de celle d'Aden, celles de Chabwa et d'Abyane.

Les services de sécurité d'Aden dirigés par le général Chaeh sont en concurrence avec d'autres services de sécurité soutenus par le vice-président du Yémen Ali Mohsen al-Ahmar, considéré comme proche d'Al-Islah (la branche yéménite des Frères musulmans), et soutenu par l'Arabie saoudite.

AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !