Ligue 1 :

Lyon enlève le derby dans une ambiance délétère


Publié / Actualisé
Fumigènes et terrain envahi pour un chambrage inutile de Nabil Fekir, Lyon a remporté 5-0 un derby sous tension à Saint-Etienne marqué par deux interruptions, dimanche en clôture d'une 12e journée qui a vu Lille enfin gagner pour offrir un peu d'air à Marcelo Bielsa.
Fumigènes et terrain envahi pour un chambrage inutile de Nabil Fekir, Lyon a remporté 5-0 un derby sous tension à Saint-Etienne marqué par deux interruptions, dimanche en clôture d'une 12e journée qui a vu Lille enfin gagner pour offrir un peu d'air à Marcelo Bielsa.

Au Vélodrome, l'OM a surclassé Caen (5-0) pour tenter de faire oublier l'affaire Patrice Evra, devant des supporters qui ont réclamé son départ.


. Fekir, "pas un geste à faire"
Le match impressionnant de Lyon et de Nabil Fekir à Geoffroy-Guichard a été terni par l'ambiance délétère, avec deux interruptions, une pour fumigènes et une pour envahissement de terrain en fin de match.
En marquant le but du 5-0, Fekir a enlevé son maillot et l'a présenté aux supporters des Verts. Exaspérés, des supporters ont pénétré sur la pelouse, obligeant les CRS à intervenir. Il a fallu attendre une demi-heure pour que la partie reprenne.
L'entraîneur lyonnais Bruno Genesio a déploré le geste de son capitaine. "Je trouve ça dommage, la réponse c'était de gagner le match, ça ne sert à rien d'en rajouter et de provoquer. On n'aurait pas aimé qu'on (nous) fasse ça. Il faut savoir rester modeste. Il ne faut pas faire de chose comme ça, ce n'est pas bien", a dit l'entraîneur sur Canal+.
"Peut-être que ce n'est pas un geste à faire. Il n'y avait pas besoin de ça. Je ne regrette pas le geste mais voilà", a réagi Fekir, auteur d'un doublé.
Lyon, qui n'avait plus gagné à Saint-Etienne depuis 2013, enchaîne une sixième victoire toutes compétitions confondues, et récupère sa troisième place sur le podium.
Mais c'est moins cette série que les tristes images du Chaudron qui vont rester, avec une sanction à venir pour Saint-Etienne, voire pour Fekir si son geste venait à être examiné par la Ligue.


. 'Evra, casse-toi'
A Marseille, les supporters n'ont pas manqué de réagir à l'affaire Evra, auteur d'un coup pied contre l'un d'entre eux, jeudi dernier avant le match d'Europa League à Guimaraes. "Evra casse-toi", pouvait-on lire sur une banderole déployée dans le virage Sud pendant la victoire contre Caen ou "This game is over", dans le virage Nord avant le match, en guise de pastiche du fameux slogan "I love this game", qu'utilise souvent le latéral gauche sur les réseaux sociaux.
Deux jours après la mise à pied de leur coéquipier, les Marseillais n'ont pas tremblé sur le terrain. Ils ont marché sur Caen (5-0), dans le sillage de Florian Thauvin auteur d'un doublé et d'une passe décisive. Même Kostas Mitroglou a fini par marquer en dépit des sifflets qui ont accompagné ses maladresses pendant la partie.
Les Marseillais sont en embuscade à un point du podium.


. De l'air pour Bielsa et Nice


On disait Marcelo Bielsa sur le départ en cas de défaite de Lillois à Metz. L'entraîneur argentin peut souffler grâce à la victoire de Lille 3-0. C'est le deuxième succès en championnat de son équipe, qui n'avait plus gagné depuis début août contre Nantes.
"On souhaite que cette victoire ramène un peu de sérénité, a espéré Bielsa. Un climat serein est toujours bienvenu et nécessaire".
Les Nordistes ont peiné en première période, mais un penalty inscrit par Nicolas Pépé juste avant la pause a assommé les Messins, lanterne rouge du championnat. Bahlouli et Pépé, encore lui, ont fermé la marque. Le scénario est un peu cruel pour la première de Frédéric Hantz sur le banc lorrain. Ses joueurs n'ont pas démérité, mais ont été découragés par un très bon Mike Maignan dans les cages.
Nice a de son côté mis fin à l'hémorragie avec une très courte victoire 1-0 contre une faible équipe de Dijon. Le buteur Mario Balotelli a été exclu en fin de match pour un tacle par derrière.

Par Kamal TAHA - © 2017 AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !